La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

09/05/2005 | FRANCE | N°01PA04273

France | France, Cour administrative d'appel de Paris, 3eme chambre - formation b, 09 mai 2005, 01PA04273


Vu la requête et le mémoire ampliatif, enregistrés les 21 décembre 2001 et 19 mars 2002, présentés pour M. André X élisant domicile ..., par Me Gasco ; M. X demande à la cour :

1°) l'annulation du jugement du Tribunal administratif de Paris en date du 16 octobre 2001 ;

2°) l'annulation de la décision implicite par laquelle le conseil départemental de Paris de l'ordre des chirurgiens dentistes a rejeté sa demande d'indemnité et la condamnation dudit conseil départemental à lui payer une somme de 1 franc au titre de son préjudice moral, une somme de 25 000 FF au t

itre de son préjudice matériel et à publier le jugement à intervenir dans tro...

Vu la requête et le mémoire ampliatif, enregistrés les 21 décembre 2001 et 19 mars 2002, présentés pour M. André X élisant domicile ..., par Me Gasco ; M. X demande à la cour :

1°) l'annulation du jugement du Tribunal administratif de Paris en date du 16 octobre 2001 ;

2°) l'annulation de la décision implicite par laquelle le conseil départemental de Paris de l'ordre des chirurgiens dentistes a rejeté sa demande d'indemnité et la condamnation dudit conseil départemental à lui payer une somme de 1 franc au titre de son préjudice moral, une somme de 25 000 FF au titre de son préjudice matériel et à publier le jugement à intervenir dans trois journaux professionnels, et ce dans la limite de 10 000 FF et sous astreinte de 1 000 FF par jour de retard ;

3°) la condamnation du conseil départemental de Paris de l'ordre des chirurgiens dentistes à lui payer une somme de 3 500 euros sur le fondement des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

.....................................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de déontologie dentaire ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 11 avril 2005 :

- le rapport de M. Amblard, rapporteur,

- les observations de Me Tranvouez pour M. André X et celles de Me Couzinet pour l'Ordre des chirurgiens-dentistes,

- et les conclusions de Mme Adda, commissaire du gouvernement ;

Sur la faute :

Considérant que M. X, candidat malheureux aux élections organisées le 19 mars 1995 en vue du renouvellement du conseil départemental de Paris de l'ordre des chirurgiens-dentistes, a obtenu l'annulation desdites élections par décision du conseil national de l'ordre en date du 5 octobre 1995 ; que, par lettre en date du 25 octobre 1995, il a demandé au président du conseil départemental de Paris la date fixée pour l'organisation de nouvelles élections ; que cette lettre rédigée sur papier libre portait en entête, comme indication de son auteur, la mention dr André X ; que le conseil départemental de Paris se fondant sur cette circonstance a décidé le 12 janvier 1996 de porter plainte pour violation des dispositions des articles 13 et 16 du code de déontologie dentaire susvisé ; que lesdites dispositions interdisent l'usurpation de titres et l'usage de titres non autorisés par le conseil national de l'ordre sur les imprimés professionnels, et ce à fin de réprimer les manoeuvres destinées à tromper le public sur la valeur de ces titres ; que ladite plainte, dont l'examen avait été confié à la section disciplinaire du conseil régional d'Alsace de l'ordre national des chirurgiens-dentistes, a été rejetée par ce dernier au motif que la lettre adressée par M. X au président de son conseil départemental ne saurait être regardée comme un imprimé professionnel et que M. X n'usurpe évidemment aucunement le titre de docteur, lequel est naturellement autorisé, et que le courrier incriminé est d'autant moins destiné à tromper le public qu'il ne s'adresse pas à lui mais au président du conseil départemental de Paris ; que, dans ces circonstances, le conseil départemental de l'ordre des chirurgiens-dentistes de Paris a manifestement fait un usage abusif de son pouvoir de déférer aux instances disciplinaires ordinales des faits susceptibles de méconnaître les règles édictées par le code de déontologie dentaire ; qu'il en a résulté une faute de nature à engager sa responsabilité ; que M. X est fondé à demander l'annulation du jugement du Tribunal administratif de Paris en date du 16 octobre 2001 rejetant sa demande tendant à la condamnation du conseil départemental de Paris de l'ordre des chirurgiens dentistes à réparer les préjudice résultant de la plainte déposée à son encontre par ledit conseil ;

Sur le préjudice :

Considérant, en premier lieu, que M. X n'établit pas la réalité du préjudice matériel qu'il allègue ; que, dès lors, ses conclusions tendant à ce que le conseil départemental de Paris de l'ordre des chirurgiens-dentistes lui verse à ce titre une somme de 3 811, 23 euros (25 000 FF) ne peuvent qu'être rejetées ;

Considérant, en deuxième lieu, que la décision fautive, dans les circonstances de l'espèce, de déposer plainte contre M. X pour usurpation de titre a causé à ce dernier un préjudice moral ; que M. X est donc fondé à solliciter la condamnation du conseil départemental de Paris à lui payer la somme de 0, 15 euros (1 franc) qu'il réclame à ce titre ;

Considérant, en troisième lieu, qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, de condamner le conseil départemental de Paris de l'ordre des chirurgiens-dentistes à publier à ses frais le présent arrêt ;

Sur les conclusions tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative et de mettre à la charge du conseil départemental de Paris de l'ordre des chirurgiens-dentistes la somme de 3 500 euros correspondant aux frais exposés par M. X et non compris dans les dépens ; que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soient mise à la charge de M. X qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante, la somme que le conseil départemental de Paris de l'ordre des chirurgiens-dentistes demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;

DECIDE :

Article 1er : Le jugement du Tribunal administratif de Paris du 16 octobre 2001 est annulé.

Article 2 : Le conseil départemental de Paris de l'ordre des chirurgiens-dentistes est condamné à payer à M. X une somme de 0, 15 euros en réparation de son préjudice moral.

Article 3 : Le conseil départemental de Paris de l'ordre des chirurgiens-dentistes est condamné à payer à M. X une somme de 3 500 euros au titre des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 4 : Le surplus des conclusions de M. X est rejeté.

2

N° 01PA04273


Sens de l'arrêt : Satisfaction partielle
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Références :

Publications
RTFTélécharger au format RTF
Composition du Tribunal
Président : M. FOURNIER DE LAURIERE
Rapporteur ?: M. François AMBLARD
Rapporteur public ?: Mme ADDA
Avocat(s) : GASCO

Origine de la décision
Tribunal : Cour administrative d'appel de Paris
Formation : 3eme chambre - formation b
Date de la décision : 09/05/2005
Date de l'import : 04/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 01PA04273
Numéro NOR : CETATEXT000007447083 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.paris;arret;2005-05-09;01pa04273 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.
Logo iall 2012 website award