Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Lyon, 1ère chambre - formation à 3, 12 juin 2012, 11LY02368

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11LY02368
Numéro NOR : CETATEXT000026024403 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.lyon;arret;2012-06-12;11ly02368 ?

Analyses :

Procédure - Introduction de l'instance - Intérêt pour agir - Existence d'un intérêt - Syndicats - groupements et associations.


Texte :

Vu la requête, enregistré au greffe de la Cour le 26 septembre 2011 sous le n° 11LY02368, présentée pour l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION, dont le siège est sis chez ..., représentée par son président, par Me Létang ;

L'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement du Tribunal administratif de Dijon n° 0800861 du 30 juin 2011 qui a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté, en date du 4 février 2008, par lequel le maire de Sens a délivré un permis de construire modificatif à la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils ;

2°) d'annuler ledit arrêté ;

3°) de condamner la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils à lui verser la somme de 5 000 euros en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Elle soutient que la présente requête est formée dans le délai d'appel ; que le jugement attaqué ne vise pas, en violation de l'article R. 741-2 du code de justice administrative, la note en délibéré déposée le 23 juin 2011 par la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils ; que les premiers juges lui ont à tort dénié tout intérêt pour agir à l'encontre de l'arrêté contesté, alors que son objet statutaire, relatif à la sauvegarde du patrimoine naturel, architectural, paysager et urbanistique est en rapport avec la nature et l'importance du projet litigieux, relatif à la construction d'un centre commercial de 24 060 m² ; que cet intérêt a été admis par la Cour en son arrêt du 12 octobre 2010 ; que l'activité professionnelle de ses membres est indifférente ; que rien ne permet d'énoncer qu'elle ne défendrait pas effectivement l'objet défini par ses statuts ; que le permis de construire initial est entaché d'illégalité dès lors qu'il a été délivré sur le fondement du plan local d'urbanisme approuvé par délibération du 27 février 2006, laquelle a été annulée par l'arrêt susmentionné ; que le plan d'occupation des sols antérieurement applicable classait le terrain d'assiette du projet en zones NC et ND inconstructibles, et ne pouvait donc permettre la délivrance du permis de construire ; que l'illégalité de celui-ci affecte le permis de construire modificatif contesté ;

Vu le jugement attaqué et l'arrêté contesté ;

Vu le mémoire, enregistré le 18 octobre 2011, présenté pour l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION, concluant aux mêmes fins que la requête, par les mêmes moyens ;

Vu le mémoire, enregistré le 25 janvier 2012, présenté pour la commune de Sens, concluant au rejet de la requête et à la condamnation de l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION à lui verser la somme de 5 000 euros en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Elle soutient que le moyen tiré du défaut de mention de la note en délibéré produite par la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils manque en fait ; que le Tribunal a jugé à bon droit la demande irrecevable, dès lors que l'association requérante, loin de défendre l'urbanisme et l'environnement comme elle le prétend, regroupe des personnes animées par un intérêt commercial concurrent de celui de la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils et souhaitant seulement faire échec à son projet de centre commercial ; qu'elle a été créée dans le mois suivant la délivrance de la première autorisation d'urbanisme commercial, est composée de trois personnes ayant une activité dans une zone commerciale concurrente et ne justifie d'aucune activité autre que la contestation dudit projet ; que le moyen par lequel il est excipé de l'annulation de la délibération du 27 février 2006 est inopérant en vertu de l'article L. 600-1 du code de l'urbanisme, dès lors que cette annulation a été prononcée pour un simple vice de forme et que ledit moyen a été invoqué plus de six mois après la prise d'effet de cette délibération, régulièrement transmise en préfecture et publiée par affichage puis insertion dans la presse locale ; qu'en tout état de cause, l'association requérante ne peut utilement invoquer, en conséquence de l'annulation de la délibération du 27 février 2006, les dispositions du plan d'occupation des sols antérieur qui n'est lui-même plus en vigueur puisque le conseil municipal a de nouveau approuvé le plan local d'urbanisme par délibération du 16 avril 2009 ;

Vu le mémoire, enregistré le 10 mai 2012, présentée pour la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils, concluant au rejet de la requête et à la condamnation de l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION à lui verser la somme de 5 000 euros en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Elle soutient que le moyen tiré du défaut de mention de sa note en délibéré, qui ne peut d'ailleurs utilement viser que la minute du jugement attaqué, manque en fait ; que le Tribunal ne s'est pas borné à mentionner l'activité professionnelle des membres de l'association requérante ou sur son fonctionnement interne, mais a réuni l'ensemble des indices permettant de relever le caractère fictif de l'intérêt pour agir dont elle se prévaut ; que la circonstance que le Tribunal administratif de Dijon ou la Cour se sont prononcées au fond dans d'autres instances est sans portée, dès lors que son caractère fictif ou transparent n'avait pas alors été invoqué ; que son objet statutaire est général et imprécis ; que le caractère artificiel de sa constitution caractérise un abus de personnalité morale ; qu'elle ne poursuit en réalité aucun but urbanistique, a été constitué quelques semaines après la première autorisation d'équipement commercial relative au projet litigieux, n'est composée que de personnes exerçant une activité commerciale liée à l'hypermarché Carrefour concurrent et n'exerce aucune activité autre que la contestation de ce projet ; que l'on peut s'interroger sur le financement de ses multiples recours, dans lequel elle est représentée par le même avocat que le syndicat commercial et artisanal de l'agglomération sénonaise ; que le moyen par lequel il est excipé de l'annulation de la délibération du 27 février2006 est inopérant en vertu de l'article L. 600-1 du code de l'urbanisme, dès lors que cette annulation a été prononcée pour un simple vice de forme et que ledit moyen a été invoqué plus de six mois après la prise d'effet de cette délibération ; que ces irrégularités n'ont pas d'incidence directe sur le permis de construire contesté ; qu'en tout état de cause, un nouveau plan local d'urbanisme a été approuvé par délibération du 16 avril 2009, sur le fondement duquel l'exposante s'est vue délivrer le permis modificatif le 27 janvier 2010, qui régularise le permis initial et l'arrêté contesté;

Vu le mémoire, enregistré le 10 mai 2012, présenté pour l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION, concluant aux mêmes fins que la requête, par les mêmes moyens ;

Elles soutient en outre que la jurisprudence citée par la défense concerne des cas dans lesquels les associations requérantes agissaient en réalité pour le compte d'enseignes concurrentes, ce qui n'est nullement le cas en l'espèce ; qu'elle a été déclarée en sous-préfecture de Sens dès le 30 décembre 2004 ; qu'elle a exercé en 2009 un recours contre un permis de construire sans lien avec le projet de centre commercial de la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils ; que, sur le fond, les dispositions de l'article L. 600-1 ne peuvent être utilement opposées ; que l'annulation de la délibération du 27 février 2006 a un effet absolu ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de l'urbanisme ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 15 mai 2012:

- le rapport de M. Zupan, président-assesseur ;

- les conclusions de M. Vallecchia, rapporteur public,

- ainsi que les observations de Me Le Fouler, avocat de l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION, de Me Ciaudo, représentant le cabinet Chaton, avocat de la commune de Sens et de Me Renaux, représentant la Selarl Pascal Wilhelm et associés, avocat de la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils ;

Considérant que l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION relève appel du jugement, en date du 30 juin 2011, par lequel le Tribunal administratif de Dijon a rejeté son recours pour excès de pouvoir dirigé contre l'arrêté du maire de Sens du 4 février 2008 délivrant à la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils un permis de construire modificatif concernant la réalisation d'un centre commercial dénommé " Porte de Bourgogne " au lieu-dit Chambertrand ;

Considérant que, contrairement à ce que soutient l'association requérante, la minute du jugement attaqué vise la note en délibéré produite le 23 juin 2011 par la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils ; que le moyen tiré de la méconnaissance de l'article R. 741-2 du code de justice administrative manque dès lors en fait ;

Considérant que l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION a été créée quelques semaines après que la commission départementale de l'équipement de l'Yonne a délivré à la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils l'autorisation de créer, sur le terrain litigieux, un centre commercial ; qu'il n'est pas contesté que ses membres, au nombre de trois, exploitent des commerces situés dans une zone d'activités que le projet de la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils vient directement concurrencer ; qu'elle ne démontre l'exercice d'aucune autre activité que ses actions contentieuses à l'encontre des décisions d'urbanisme ayant pour objet ou pour effet de rendre possible la réalisation de ce projet ; que, dans ces circonstances particulières, il apparaît que cette association, sous couvert d'un objet social visant, selon l'article 1er de ses statuts, à " la sauvegarde du patrimoine naturel, architectural, paysager et urbanistique, des terroirs, du développement durable et, plus généralement, de l'organisation urbaine, de l'environnement et du cadre de vie de la région de Sens et de l'Yonne ", poursuit en réalité uniquement la défense des intérêts commerciaux de ses membres ; que dès lors, et comme l'ont relevé à bon droit les premiers juges, elle ne justifie d'aucun intérêt propre à demander l'annulation de l'autorisation d'urbanisme contestée ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Dijon a rejeté sa demande comme irrecevable ;

Sur l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils, qui n'est pas la partie perdante dans la présente instance, soit condamnée à verser à l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION la somme qu'elle réclame en remboursement des frais exposés et non compris dans les dépens ; qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire droit aux conclusions présentées sur le même fondement par la commune de Sens et par la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION est rejetée.

Article 2 : Les conclusions de la commune de Sens et de la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

Article 3 : Le présent arrêt sera notifié à l'ASSOCIATION DE SAUVEGARDE DE SENS ET DE SA REGION, à la commune de Sens et à la société Les Anciens Etablissements Georges Schiever et fils.

Délibéré après l'audience du 15 mai 2012, à laquelle siégeaient :

M. Zupan, président de la formation de jugement,

M. Bézard, président,

M. Chenevey, premier conseiller.

Lu en audience publique, le 12 juin 2012.

,

''

''

''

''

1

2

N° 11LY02368

mg


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. ZUPAN
Rapporteur ?: M. David ZUPAN
Rapporteur public ?: M. VALLECCHIA
Avocat(s) : LETANG et ASSOCIES

Origine de la décision

Formation : 1ère chambre - formation à 3
Date de la décision : 12/06/2012
Date de l'import : 02/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.