Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour de cassation, Chambre civile 1, 08 novembre 1989, 86-16197

Imprimer

Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Civile

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 86-16197
Numéro NOR : JURITEXT000007023680 ?
Numéro d'affaire : 86-16197
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1989-11-08;86.16197 ?

Analyses :

PRET - Prêt d'argent - Organisme de crédit - Crédit consenti à un acquéreur - Enregistrement informatique des achats - Preuve du paiement - Clause du contrat déterminant le procédé de preuve - Licéité.

PAIEMENT - Preuve - Convention en déterminant le procédé - Prêt - Prêt d'argent - Organisme de crédit - Crédit consenti à un acquéreur - Enregistrement informatique des achats - Preuve du paiement - Licéité

PREUVE (règles générales) - Moyen de preuve - Preuve d'un paiement - Convention en déterminant le procédé - Prêt - Prêt d'argent - Organisme de crédit - Crédit consenti à un acquéreur - Enregistrement informatique des achats - Preuve du paiement - Licéité

Dans un contrat qui prévoit l'usage par l'emprunteur d'une carte magnétique et la composition concomitante d'un code confidentiel valant ordre pour l'organisme prêteur de verser au vendeur le prix d'achat, la clause déterminant le procédé de preuve de l'ordre de paiement est, pour les droits dont les parties ont la libre disposition, une convention relative à la preuve, qui est licite (arrêts n° 1 et 2).


Texte :

Sur le moyen unique :

Vu les articles 1134 et 1341 du Code civil ;

Attendu que la société Crédicas a consenti à Mme X... une ouverture de crédit utilisable par fractions, dans la limite de 5 000 francs, destinée à financer des achats dans des magasins déterminés ; que le contrat a prévu l'usage par l'emprunteur d'une carte magnétique et la composition concomitante d'un code confidentiel valant ordre, pour l'organisme prêteur, de verser au vendeur le prix d'achat ; que, Mme X... ayant refusé de régler les sommes dont la société Crédicas s'estimait créancière en vertu de la convention précitée, cette société l'a assignée en paiement ;

Attendu que, pour rejeter la demande, le jugement attaqué retient que si, pour les créances inférieures à 5 000 francs, la preuve est libre, il est néanmoins nécessaire, quelles que soient les conventions des parties, que soient produits des éléments propres à entraîner la conviction du juge ; qu'il énonce que la simple production de documents dactylographiés émanant de la société demanderesse, ou, pour le moins et selon ses dires, d'une machine dont elle a la libre et entière disposition, est inopérante à constituer la preuve de l'engagement de rembourser consécutif à l'utilisation d'une fraction de l'ouverture de crédit consentie ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors que la société Crédicas invoquait l'existence, dans le contrat, d'une clause déterminant le procédé de preuve de l'ordre de paiement et que, pour les droits dont les parties ont la libre disposition, ces conventions relatives à la preuve sont licites, le Tribunal a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, le jugement rendu le 14 mai 1986, entre les parties, par le tribunal d'instance de Sète ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit jugement et, pour être fait droit, les renvoie devant le tribunal d'instance de Béziers

Références :

Code civil 1134, 1341
Décision attaquée : Tribunal d'instance de Sète, 14 mai 1986


Publications :

Proposition de citation: Cass. Civ. 1re, 08 novembre 1989, pourvoi n°86-16197, Bull. civ. 1989 I N° 342 p. 230
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles 1989 I N° 342 p. 230
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Président :M. Jouhaud, conseiller doyen faisant fonction
Avocat général : Avocat général :M. Charbonnier
Rapporteur ?: Rapporteur :M. Camille Bernard
Avocat(s) : Avocats :Mme Baraduc-Bénabent (arrêts n° 1 et 2), M. Brouchot (arr^ et n° 1), la SCP Urtin-Petit et Rousseau-Van Troeyen, (arrêt n° 2)..

Origine de la décision

Formation : Chambre civile 1
Date de la décision : 08/11/1989
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.