Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Nancy, 1ère chambre - formation à 3, 01 février 2007, 06NC00502

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 06NC00502
Numéro NOR : CETATEXT000017998657 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.nancy;arret;2007-02-01;06nc00502 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 6 avril 2006, complétée par mémoires enregistrés les 23 octobre et 21 décembre 2006, présentée pour M. Marcel X élisant domicile ..., par Me Bertani, avocat au barreau de Strasbourg ; M. X demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0400663 en date du 24 janvier 2006 par lequel le Tribunal administratif de Nancy a rejeté sa demande tendant à la condamnation du centre hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges à lui verser les sommes de 6 070,60 euros au titre de l'indemnité compensatrice de congés annuels et de 6 237 euros au titre de l'indemnité compensatrice de congés RTT, avec intérêts de droit à compter de la décision à intervenir ;

2°) d'admettre sa demande devant le Tribunal administratif de Nancy ;

3°) d'ordonner la décision à intervenir exécutoire par provision ;

4°) de mettre à la charge du centre hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges une somme de 2 000 euros en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Il soutient que :

- c'est à tort que les premiers juges ont considéré qu'il n'avait pas droit à une indemnité compensatrice des congés annuels dont il n'a pu bénéficier en raison de la rupture anticipée de son contrat ;

- il n'a jamais été destinataire d'une note l'informant que la totalité de ses congés annuels et RTT 2002 devait être soldée à la date du 31 décembre 2002, et qu'il a été institué un compte épargne temps ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 21 septembre 2006, complété par un mémoire enregistré le 20 novembre 2006, présentés pour le centre hospitalier général de Saint-Dié-des-Vosges ayant son siège 26 rue du Nouvel Hôpital à Saint-Dié-des-Vosges (88187) représenté par son directeur ;

Le centre hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges conclut au rejet de la requête et demande que soit mis à la charge de M. X la somme de 2 000 euros en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Il soutient qu'aucun des moyens de la requête n'est fondé ;

Vu l'ordonnance fixant la clôture d'instruction au 7 décembre 2006 à 16 heures ;

Vu l'ordonnance en date du 9 janvier 2007 portant réouverture d'instruction ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la loi n° 83-33 du 9 janvier 1986 modifiée, portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière ;

Vu le décret n° 91-155 du 6 février 1991 modifié, relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels des établissements mentionnés à l'article 2 de la loi n° 86-33 ;

Vu le décret n° 2002-9 du 4 janvier 2002 modifié, relatif au temps de travail et à l'organisation du travail dans les établissements mentionnés à l'article 2 de la loi n° 86-33 ;

Vu le décret n° 2002-788 du 3 mai 2002 modifé, relatif au compte épargne temps dans la fonction publique hospitalière ;

Vu l'ordonnance n° 2000-916 du 19 septembre 2000 portant adaptation de la valeur en euros de certains montants exprimés en francs dans les textes législatifs, ensemble le décret n° 2001-373 du 27 avril 2001 ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 11 janvier 2007 :

- le rapport de Mme Mazzega, présidente,

- et les conclusions de Mme Steinmetz-Schies, commissaire du gouvernement ;

Considérant que M. X a été recruté par le centre hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges en tant qu'ingénieur biomédical contractuel à compter du 1er janvier 1990 pour une durée de deux ans ; que son contrat a ensuite été renouvelé annuellement par tacite reconduction, puis résilié le 16 octobre 2003, M. X ayant atteint l'âge de la retraite ; que par jugement en date du 24 janvier 2006, le Tribunal administratif de Nancy a rejeté ses demandes tendant au versement par le centre hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges des sommes de 6 070,60 euros au titre de l'indemnité compensatrice de congés annuels et de 6 237 euros au titre de l'indemnité compensatrice de congés liés à la RTT, avec intérêts de droit à compter de la décision à intervenir ; qu'il fait appel ;

En ce qui concerne les congés annuels :

Considérant qu'aux termes de l'article 8 du décret du 6 février 1991 dans sa rédaction applicable en 2003 : «I. L'agent contractuel en activité a droit, compte tenu de la durée de service effectuée, à un congé annuel rémunéré, déterminé dans les mêmes conditions que celui accordé aux fonctionnaires titulaires des établissements mentionnés à l'article 2 de la loi du 9 janvier 1986 susvisé… II. En cas de licenciement n'intervenant pas à titre de sanction disciplinaire ou à la fin d'un contrat à durée indéterminée, l'agent qui, du fait de l'administration, n'a pu bénéficier de tout ou partie de ses congés annuels a droit à une indemnité compensatrice de congés annuels. / L'indemnité compensatrice de congés annuels.» ; qu'aux termes de l'article 4 du décret n° 2002-8 du 4 janvier 2002 relatif aux congés annuels :«le congé dû pour une année de service accompli ne peut se reporter sur l'année suivante sauf autorisation exceptionnelle… Un congé non pris ne donne lieu à aucune indemnité compensatrice. Les congés annuels d'un agent quittant définitivement son établissement doivent intervenir avant la date prévue pour la cessation des fonctions» ;

Considérant que si M. X soutient que les premiers juges ont ajouté une condition à l'article 8 du décret précité en estimant qu'une indemnité compensatrice de congés annuels n'est due que lorsque l'agent n'a pu bénéficier de tels congés du fait de l'administration, ceux-ci n'ont fait qu'appliquer les dispositions de l'article 8 précité qui prévoient une telle restriction, et n'ont commis aucune erreur de droit ; qu'il ressort des pièces du dossier que M. X a été informé dès le 22 avril 2003 qu'ayant atteint l'âge de la retraite, son activité au sein de l'établissement prendrait fin en octobre 2003 ; que le centre hospitalier produit par ailleurs une note d'information pour tous les services concernant les droits à congés au titre de l'année 2002 ; qu'ainsi, la circonstance que le requérant n'a pas bénéficié de tous ses congés avant sa mise à la retraite n'apparaît pas due au fait de l'administration ; que, par suite, c'est à bon droit que le directeur du centre hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges lui a refusé le versement d'une indemnité compensatrice de congés annuels ;

En ce qui concerne la réduction du temps de travail et le compte épargne temps :

Considérant qu'aux termes de l'article 1er du décret du 3 mai 2002 : «Il est institué dans la fonction publique hospitalière un compte épargne-temps. / (…) Il est ouvert à la demande de l'agent, qui est informé annuellement des droits épargnés et consommés» ; qu'aux termes de l'article 2 du même décret : «Les dispositions du présent décret sont applicables aux agents titulaires et non titulaires, qui, exerçant leurs fonctions dans les établissements mentionnés à l'article 2 de la loi du 9 janvier 1986 susvisés, sont employés de manière continue et ont accompli au moins une année de service» ; qu'enfin, aux termes de l'article 12 dudit décret : «Lorsqu'un agent, quelle que soit sa position au regard du statut qui lui est applicable, quitte définitivement la fonction publique hospitalière, les jours ou heures accumulés sur son compte épargne-temps doivent être soldés avant sa date de cessation d'activités. En pareil cas, l'administration ne peut s'opposer à sa demande de congés» ; que si M. X soutient que le centre hospitalier ne l'a pas informé de la possibilité d'ouvrir un tel compte, le centre hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges établit, par des notes d'information diffusées et affichées au centre hospitalier, avoir informé le personnel du centre de cette possibilité ; que M. X n'ayant pas demandé l'ouverture d'un compte épargne temps, il lui appartenait de demander les congés correspondant à la réduction du temps de travail avant la résiliation de son contrat, ainsi que l'a également constaté à juste titre le Tribunal administratif de Nancy ; que par suite, c'est à bon droit que le directeur du centre hospitalier de Saint-Die-des-Vosges a rejeté sa demande d'indemnité compensatrice de congés liés à la RTT non pris ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Nancy a rejeté sa demande ;

Sur les conclusions tendant à l'application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant qu'en vertu des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative, la cour ne peut pas faire bénéficier la partie tenue aux dépens ou la partie perdante du paiement par l'autre partie des frais qu'elle a exposés à l'occasion du litige soumis au juge ; que les conclusions présentées à ce titre par M. X doivent dès lors être rejetées ;

Considérant qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, en application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative, de mettre à la charge de M. X la somme demandée au titre des frais exposés par le centre hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges en appel et non compris dans les dépens ;

D É C I D E :

Article 1er : La requête de M. X est rejetée.

Article 2 : Les conclusions du centre hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges tendant au versement d'une somme au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

Article 3 : Le présent arrêt sera notifié à M. Marcel X et au centre hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges.

2

N° 06NC00502


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme MAZZEGA
Rapporteur ?: Mme Danièle MAZZEGA
Rapporteur public ?: Mme STEINMETZ-SCHIES
Avocat(s) : LERASLE

Origine de la décision

Formation : 1ère chambre - formation à 3
Date de la décision : 01/02/2007
Date de l'import : 02/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.