Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Marseille, 6ème chambre - formation à 3, 04 février 2008, 07MA02156

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 07MA02156
Numéro NOR : CETATEXT000018935210 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.marseille;arret;2008-02-04;07ma02156 ?

Texte :

Vu l'arrêt n° 284870 en date du 11 juin 2007 par lequel le Conseil d'Etat a, d'une part, annulé l'arrêt du 31 janvier 2005 n° 04MA01212 rejetant la requête de Mme Anne-Marie X, et, d'autre part, renvoyé l'affaire à la Cour administrative d'appel de Marseille ;

Vu la requête enregistrée au greffe de la Cour administrative d'appel de Marseille le 8 juin 2004 sous le n° 04MA01212, présentée par Me Vielleville, avocat, pour Mme Anne-Marie X, demeurant ... ; Mme X demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement en date du 15 avril 2004 par lequel le Tribunal administratif de Marseille a rejeté comme irrecevable sa demande tendant à la condamnation de l'Etat à lui verser la somme de 100 000 F en réparation du préjudice qu'elle aurait subi du fait de l'illégalité de la décision en date du 13 décembre 1999 portant annulation de son permis de conduire ;

2°) de condamner l'Etat à lui payer la somme de 30 000 euros en réparation du préjudice qu'elle a subi ;

Vu le jugement attaqué ;
Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de la route ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 7 janvier 2008 :

- le rapport de Mme Favier, président-assesseur,

- les observations de Me Vieilleville représentant Mme X,

- et les conclusions de Mme Buccafurri, commissaire du gouvernement ;

Considérant que Mme X demande l'annulation du jugement du 15 avril 2004 par lequel le Tribunal administratif de Marseille a rejeté sa demande tendant à ce que l'Etat soit condamné à lui verser 100.000 francs (15.244,90 euros) en réparation du préjudice que lui a causé le retrait fautif par le préfet des Alpes de Haute Provence de son permis de conduire ;

- sur la recevabilité de la demande devant le tribunal :

Considérant qu'il résulte de l'instruction que si Mme X ne justifiait, lors de l'introduction le 9 mars 2001 de sa demande devant le Tribunal administratif de Marseille tendant à ce que l'Etat soit condamné à réparer le préjudice résultant de l'invalidation de son permis de conduire, d'aucune décision lui refusant l'indemnité sollicitée, elle a saisi le préfet des Alpes de Haute Provence le 28 juin 2001 d'une demande tendant au versement de dommages intérêts, demande qui a été rejetée par une décision expresse du 4 juillet 2001 que Mme X a transmise au Tribunal administratif le 9 juillet 2001 en indiquant que cette décision liait le contentieux ; que l'intervention de cette décision avant le jugement de l'affaire avait pour effet de régulariser la demande ; que c'est donc à tort que les premiers juges ont estimé qu'elle n'avait pas d'incidence sur la recevabilité de la demande ; que le jugement attaqué du 15 avril 2004 doit donc être annulé ;

Considérant qu'il y a lieu d'évoquer et de statuer immédiatement sur la demande indemnitaire de Mme X ;
- sur les conclusions indemnitaires de Mme Anne-Marie X :
Considérant qu'il résulte de l'instruction que par une décision du 13 décembre 1999, notifiée à l'intéressée le 17 janvier 2000, le préfet des Alpes de Haute Provence a annulé le permis de conduire de Mme X pour défaut de points ; qu'il a, par un courrier du 31 janvier 2000 rejeté le recours gracieux qu'elle avait formé le 24 janvier ; que Mme X a également saisi le ministre de l'intérieur de sa situation le 27 janvier 2000 ; que par un courrier du 29 février 2000, ce dernier lui a fait savoir que son permis de conduire était valide et qu'il demandait au préfet de mettre fin à la procédure de restitution de ce titre ; que par une décision du 13 mars 2000, le préfet des Alpes de Haute Provence a procédé au retrait de sa décision précédente ;

Considérant que l'erreur commise par le préfet sur le capital de points affecté au permis de conduire de Mme X, et donc sur la validité de ce titre, fût-elle consécutive au changement du système d'enregistrement des infractions du ministère de l'intérieur, est constitutive d'une faute susceptible d'engager la responsabilité de l'Etat ; que Mme X est, par suite, fondée à demander réparation du préjudice résultant pour elle de la privation de son droit à conduire pendant deux mois ;
Considérant que Mme X vivait seule avec sa fille de neuf ans, dans une zone isolée, non desservie par les transports collectifs et les transports scolaires ; que le retrait de son permis de conduire lui a causé d'importantes difficultés pour les actes de la vie quotidienne et l'a mise dans une situation psychologique non moins difficile ; qu'il résulte, en outre, de l'instruction que par courrier du 16 février 2000, soit après que le préfet ait refusé de faire droit à son recours gracieux, elle a dû renoncer au contrat emploi solidarité que lui proposait le laboratoire départemental de préhistoire du Lazaret, au motif que son permis de conduire lui avait été retiré ; que dans ces conditions, il sera fait une juste appréciation du préjudice subi par Mme X en fixant à 7.000 euros l'indemnité que devra lui verser l'Etat ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que l'Etat doit être condamné à verser à Mme X une somme de 7.000 euros ;

DÉCIDE :

Article 1er : Le jugement attaqué du Tribunal administratif de Marseille du 15 avril 2004 est annulé.

Article 2 : L'Etat (ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales) est condamné à verser une indemnité de 7.000 euros (sept mille euros) à Mme X.

Article 3 : Le surplus des conclusions indemnitaires de Mme X est rejeté.

Article 4 : le présent arrêt sera notifié à Mme Anne-Marie X et au ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales.
N° 07MA02156 2


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. GUERRIVE
Rapporteur ?: Mme Sylvie FAVIER
Rapporteur public ?: Mme BUCCAFURRI
Avocat(s) : CABINET VIEILLEVILLE

Origine de la décision

Formation : 6ème chambre - formation à 3
Date de la décision : 04/02/2008
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.