Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Marseille, 4eme chambre-formation a 3, 02 mai 2006, 03MA01159

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Autres

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 03MA01159
Numéro NOR : CETATEXT000007594935 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.marseille;arret;2006-05-02;03ma01159 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 11 juin 2003, présentée pour M. Jacques X, élisant domicile ... par Me Cabanat ;

M. X demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0101649 du 27 février 2003 par lequel le Tribunal administratif de Montpellier a rejeté sa demande en décharge des cotisations supplémentaires à l'impôt sur le revenu et des pénalités y afférentes qui lui ont été réclamées au titre des années 1995 et 1996 ;

2°) de prononcer la décharge des impositions contestées et des pénalités y afférentes ;

………………………………………………………………………………………….

Vu le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 28 mars 2006,

- le rapport de Mme Mariller, rapporteur ;

- et les conclusions de M. Bonnet, commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article 109 du code général des impôts : 1. Sont considérés comme revenus distribués : 1° tous les bénéfices ou produits qui ne sont pas mis en réserve ou incorporés au capital ; 2° toutes les sommes ou valeurs mises à la disposition des associés, actionnaires ou porteurs de parts et non prélevées sur les bénéfices ... ; que selon l'article 111 du même code : « Sont notamment considérés comme revenus distribués : … c) Les rémunérations et avantages occultes ;

Considérant qu'à l'occasion de la vérification de comptabilité de la SARL Projets de Société portant sur les années 1995 et 1996, l'administration a estimé excessifs les loyers versés par ladite société à M. X, propriétaire des locaux et a réintégré la fraction de ces loyers jugée exagérée dans les résultats de la SARL ; que l'administration a également imposé les sommes correspondantes sur le fondement des dispositions précitées du 1-2 de l'article 109, en tant que revenus distribués, entre les mains de M. X ; que toutefois, il est constant que M. X n'était plus actionnaire de la SARL Projets de Société au cours des années d'imposition litigieuses ; qu'en conséquence, lesdites sommes ne pouvaient légalement être imposées entre ses mains en tant que revenus distribués sur le fondement des dispositions précitées du 1-2 de l'article 109 du code général des impôts ;

Considérant cependant que le ministre demande à la Cour que la taxation soit établie sur le fondement de l'article 109-1-1° en ce qui concerne l'année 1995 et de l'article 111-c en ce qui concerne l'année 1996 ; que si le service est en droit à tout moment de la procédure contentieuse de justifier une imposition par un nouveau fondement juridique, c'est à la condition qu'une telle substitution de base légale ne prive le contribuable d'aucune des garanties de procédure prévues par la loi ; qu'en l'espèce, la substitution de base légale demandée n'est pas de nature à priver le contribuable de l'une de ces garanties ; qu'ainsi, et en l'absence de toute contestation par M. X du caractère excessif des loyers qui lui ont été versés par la SARL Projets de Société, le ministre est fondé à demander que la taxation de la fraction excessive des loyers soit imposée entre les mains de M. X en tant que revenus distribués sur le fondement de l'article 109-1-1° en ce qui concerne l'exercice 1995, demeuré bénéficiaire pour la société, et sur le fondement de l'article 111-c en ce qui concerne l'exercice 1996 au cours duquel la société a enregistré un résultat déficitaire, le caractère davantage occulte de la fraction excessive des loyers n'étant par ailleurs pas contesté ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Montpellier a rejeté sa demande ;

DÉCIDE :

Article 1er : La requête de M. X est rejetée.

Article 2 : Le présent arrêt sera notifié à M. X et au ministre de l'économie, des finances et de l'industrie.

N° 03MA01159 2


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. DUCHON-DORIS
Rapporteur ?: Mme Cécile MARILLER
Rapporteur public ?: M. BONNET
Avocat(s) : CABANAT

Origine de la décision

Formation : 4eme chambre-formation a 3
Date de la décision : 02/05/2006
Date de l'import : 04/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.