Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9ème chambre, 28 juin 2021, 443502

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 443502
Numéro NOR : CETATEXT000043799683 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2021-06-28;443502 ?

Texte :

Vu la procédure suivante :

Mme N... V..., M. I... V... et Mme J... BG... ont demandé au tribunal administratif de Nantes d'annuler les opérations électorales qui se sont déroulées le 15 mars 2020 en vue de l'élection des conseillers municipaux et des conseillers communautaires de la commune de Gennes-Val-de-Loire (Maine-et-Loire). Par un jugement no 2003392 du 31 juillet 2020, le tribunal administratif de Nantes a annulé ces opérations électorales.

Par une requête sommaire et un mémoire complémentaire enregistrés les 31 août et 30 septembre 2020 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, Mme AZ... T..., M. AS... AB..., Mme L... AG..., Mme BH... A..., Mme L...-BN... M..., M. AP... K..., Mme BF... S..., M. BJ... AT..., Mme BF... W..., Mme BA... AH..., M. G...-BM... BL..., M. AE... AA..., M. C... AN..., Mme AD... AI..., M. BI... AR..., Mme BD... BB..., Mme AQ... H..., M. X... AY..., Mme AO... AW..., M. F... AJ..., Mme AX... Z..., Mme P... AU..., M. O... AM..., M. U... AK..., M. Q... BC..., Mme R... AV..., M. E... AC... et M. Y... AL..., demandent au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler ce jugement ;

2°) de rejeter la protestation formée devant le tribunal administratif de Nantes ;

3°) de mettre à la charge de Mme V..., M. V... et Mme BG... une somme de 6 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code justice administrative.

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu :

- le code électoral ;

- le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de Mme BE... BK..., conseillère d'Etat,

- les conclusions de Mme Emilie Bokdam-Tognetti, rapporteure publique ;

La parole ayant été donnée, après les conclusions, à la SCP Matuchansky, Poupot, Valdelièvre, avocat de Mme AZ... T..., de M. AS... AB..., de Mme L... AG..., de Mme BH... A..., de Mme L...-agnès Pihee, de M. AP... K..., de Mme BF... S..., de M. BJ... AT..., de Mme BF... W..., de Mme BA... AH..., de M. G...-rodrigue BL..., de M. AE... AA..., de M. C... AN..., de Mme AD... AI..., de M. B...-michel AR..., de Mme BD... BB..., de Mme AQ... H..., de M. X... AY..., de Mme AO... AW..., de M. F... AJ..., de Mme AX... Z..., de Mme P... AF..., de M. O... AM..., de M. U... AK..., de M. Q... BC..., de Mme R... AV..., de M. E... AC... et de M. Y... AL... ;

Considérant ce qui suit :

1. A l'issue des opérations électorales qui se sont déroulées le 15 mars 2020 dans la commune de Gennes-Val-de-Loire, la liste conduite par Mme AZ... T... est arrivée en tête avec 50,49 % des suffrages exprimés, l'autre liste, menée par M. Q... D... recueillant 49,51 % de ces suffrages. Par un jugement du 31 juillet 2020, dont Mme T... et autres relèvent appel, le tribunal administratif de Nantes a accueilli le grief tiré de ce que les bulletins de la liste conduite par Mme T... n'indiquaient pas la nationalité allemande de l'un des candidats de cette liste et prononcé, pour ce motif, l'annulation de ces opérations électorales.

2. D'une part, aux termes du premier alinéa de l'article L.O. 247-1 du code électoral : " Dans les communes soumises au mode de scrutin prévu au chapitre III du présent titre, les bulletins de vote imprimés distribués aux électeurs comportent, à peine de nullité, en regard du nom des candidats ressortissants d'un Etat membre de l'Union européenne autre que la France, l'indication de leur nationalité (...) ". Il résulte des termes mêmes de cet article que l'omission de l'indication de la nationalité sur les bulletins de vote des candidats ressortissants d'un Etat membre de l'Union européenne autre que la France entache, à elle seule, ces bulletins de nullité.

3. D'autre part, aux termes de l'article L. 241 du même code : " Des commissions, dont la composition et le fonctionnement sont fixés par décret, sont chargées, pour les communes de 2 500 habitants et plus, d'assurer l'envoi et la distribution des documents de propagande électorale. ". Selon l'article R. 38 de ce code, dans sa version alors applicable : " (...) La commission n'assure pas l'envoi des circulaires qui ne sont pas conformes aux articles R. 27 et R. 29 et des bulletins de vote qui ne sont pas conformes à l'article R. 30 et aux prescriptions édictées pour chaque catégorie d'élections. (...) ".

4. Il résulte de l'instruction que les bulletins de vote de la liste conduite par Mme T... ne mentionnaient pas la nationalité allemande de l'un des candidats inscrits sur cette liste. En dépit de la nullité dont ils étaient entachés, ces bulletins ont néanmoins été pris en compte dans le dépouillement et ont conduit à ce que la liste conduite par Mme T... obtienne vingt-huit sièges au conseil municipal et cinq sièges de conseillers communautaires. Par suite et alors même que la nationalité de l'intéressé était mentionnée dans la circulaire de campagne électorale accompagnant les bulletins de vote de la liste, que la commission créée en application de l'article L. 241 du code électoral n'avait pas formulé d'observations sur le contenu de ces bulletins et qu'aucune manoeuvre n'est établie, l'irrégularité induite par la prise en compte de ces bulletins qui auraient dû être tenus pour nuls a été de nature à altérer la sincérité du scrutin.

5. Il résulte de ce qui précède que Mme T... et autres ne sont pas fondés à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Nantes a prononcé l'annulation des opérations électorales qui se sont déroulées le 15 mars 2020 en vue de l'élection des conseillers municipaux et des conseillers communautaires de la commune de Gennes-Val-de-Loire. Par voie de conséquence, les conclusions présentées par les requérants tendant à l'application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative doivent également être rejetées.

6. Les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soit mise à la charge de Mme V..., M. V... et Mme BG..., qui ne sont pas les parties perdantes dans la présente espèce, la somme demandée par Mme T... et autres. Il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire droit aux conclusions présentées au même titre par Mme V..., M. V... et Mme BG....

D E C I D E :

--------------

Article 1er : La requête de Mme T... et autres est rejetée.

Article 2 : Les conclusions de Mme V..., de M. V... et de Mme BG... au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à Mme AZ... T..., représentante unique pour l'ensemble des demandeurs, à Mme N... V..., à M. I... V... et Mme J... BG... ainsi qu'au ministre de l'intérieur.


Publications :

Proposition de citation: CE, 28 juin 2021, n° 443502
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Catherine Fischer-Hirtz
Rapporteur public ?: Mme Emilie Bokdam-Tognetti
Avocat(s) : SCP MATUCHANSKY, POUPOT, VALDELIEVRE

Origine de la décision

Formation : 9ème chambre
Date de la décision : 28/06/2021
Date de l'import : 20/07/2021

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.