Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Tribunal des conflits, 24 avril 2017, T1704075

Imprimer

Numérotation :

Numéro d'arrêt : T1704075
Numéro NOR : JURITEXT000035624973 ?
Numéro d'affaire : 17-04075
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;tribunal.conflits;arret;2017-04-24;t1704075 ?

Analyses :

SEPARATION DES POUVOIRS - Compétence judiciaire - Domaine d'application - Arbitrage international - Sentence - Recours ou exequatur - Limites - Détermination.

ARBITRAGE - Arbitrage international - Sentence - Recours ou exequatur - Compétence judiciaire - Limites - Détermination SEPARATION DES POUVOIRS - Exclusion - Cas - Litige relatif à un contrat administratif - Contrat soumis aux règles impératives du droit public français - Occupation du domaine public ou commande publique.

Lorsqu'une sentence arbitrale a été rendue sur le fondement d'une convention d'arbitrage, dans un litige né de l'exécution ou de la rupture d'un contrat conclu entre une personne morale de droit public française et une personne de droit étranger, exécuté sur le territoire français, mettant en jeu les intérêts du commerce international, il appartient en principe à la juridiction judiciaire, d'une part, de connaître d'un recours formé contre la sentence si elle a été rendue en France et, d'autre part, de se prononcer sur une demande tendant à ce que la sentence, rendue en France ou à l'étranger, soit revêtue de l'exequatur. Dans le cas où le contrat à l'origine du litige sur lequel l'arbitre s'est prononcé est soumis aux règles impératives du droit public français relatives à l'occupation du domaine public ou à celles qui régissent la commande publique, le recours contre la sentence rendue en France et la demande d'exequatur relèvent de la compétence de la juridiction administrative

Références :


A rapprocher :1re Civ., 8 juillet 2015, pourvoi n° 13-25846, Bull. 2015, I, n° 168 (cassation), et les arrêts cités ;Tribunal des conflits, 11 avril 2016, Bull. 2016, T. conflits, n° ???, et la décision citée


Texte :

Références :

loi des 16-24 août 1790 ; décret du 16 fructidor an III ; loi du 24 mai 1872 ; décret n° 2015-233 du 27 février 2015 ; articles III, V et VII de la convention de New York du 10 juin 1958
Décision attaquée : Cour d'appel de Paris, 08 novembre 2016


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Maunand
Avocat général : M. Liffran (rapporteur public)
Rapporteur ?: M. Chauvaux
Avocat(s) : SCP Matuchansky, Poupot et Valdelièvre, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano

Origine de la décision

Date de la décision : 24/04/2017
Date de l'import : 10/01/2018

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.