Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour de cassation, Chambre sociale, 25 janvier 2016, 14-25625

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Sociale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 14-25625
Numéro NOR : JURITEXT000031954068 ?
Numéro d'affaire : 14-25625
Numéro de décision : 51600170
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;2016-01-25;14.25625 ?

Texte :

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Sur le moyen unique :
Attendu, selon le jugement attaqué (tribunal d'instance de Fort-de-France, 3 octobre 2014), que le 17 septembre 2013, un protocole d'accord préélectoral a été signé entre la société Transport Boniface et le syndicat Force ouvrière (FO) pour l'élection des délégués du personnel devant se dérouler les 10 et 31 octobre 2013 ; qu'à la suite d'un mouvement social, l'employeur a affiché au siège de l'entreprise, un document reportant le scrutin aux 21 novembre et 6 décembre 2013 ; que la Centrale syndicale des travailleurs martiniquais (le syndicat CSTM) a saisi le tribunal d'instance d'une demande d'annulation du protocole d'accord préélectoral et du scrutin ;
Attendu que la société Transport Boniface fait grief au jugement d'annuler l'ensemble du processus électoral et les élections des délégués du personnel alors selon le moyen :
1°/ que le syndicat qui présente des candidats sans contester l'accord préélectoral adhère à celui-ci, même s'il ne l'a pas signé, et ne peut dès lors en contester la validité ; qu'en jugeant que le syndicat CSTM pouvait contester la validité de l'accord préélectoral du 17 septembre 2013 bien qu'il eut déposé une liste de deux candidats le 25 septembre 2013, au prétexte que même un syndicat signataire peut contester l'accord préélectoral lorsque l'effectif qui y est mentionné résulte d'une erreur, le tribunal d'instance a violé les articles L. 2314-3-1, L. 2314-11 et L. 2314-23 du code du travail ;
2°/ qu'en reprochant à la société Transport Boniface d'avoir manqué à son obligation de donner aux syndicats les informations nécessaires pour pouvoir négocier utilement et contrôler les chiffres, notamment s'agissant des effectifs, au motif inopérant que l'accord préélectoral comportait une erreur d'effectif, le tribunal a privé sa décision de base légale au regard des articles L. 1111-2, L. 2312-8 et L. 2322-6 du code du travail ;
3°/ qu'en imputant à la société Transport Boniface de n'avoir pas invité par courrier le syndicat CSTM à négocier l'avenant à l'accord préélectoral, sans rechercher si ce syndicat n'avait pas eu connaissance de l'affichage invitant à cette négociation, le tribunal a privé sa décision de base légale au regard de l'article L. 2314-3 du code du travail ;
4°/ que le jugement attaqué a retenu qu'il n'était pas établi qu'un avenant à l'accord préélectoral relatif au calendrier avait été négocié avec les signataires de l'accord ; qu'en statuant ainsi, sans avoir recherché si le syndicat CSTM avait eu connaissance de l'affichage invitant à négocier l'avenant, auquel cas ce syndicat ne pouvait ériger en grief sa propre carence à négocier un avenant quant aux dates des scrutins, le tribunal a privé sa décision de base légale au regard de l'article L. 2314-3 du code du travail ;
5°/ que le jugement attaqué a constaté que la société Transport Boniface s'était engagée à reporter les élections à la fin de la grève affectant l'entreprise, que les dates de scrutin modifiées avaient été fixées au 21 novembre 2013 et 6 décembre 2013 par un document du 1er novembre 2013 qui a été affiché, et que par lettre du 20 novembre 2013 le syndicat CSTM avait contesté cette modification ; que de ces constatations, établissant que ce syndicat avait connaissance des dates de scrutin qui avaient été modifiées pour que les élections puissent se dérouler normalement, il s'évinçait que le dit syndicat ne pouvait faire grief à la société Transport Boniface de n'avoir pas négocié un avenant sur la modification des dates de scrutin ; qu'en décidant le contraire, le tribunal a violé l'article L. 2314-3 du code du travail ;
6°/ qu'en énonçant que selon l'attestation d'une candidate du syndicat CSTM la liste d'émargement comportait plus de noms que d'électeurs inscrits, quand seul le tribunal avait le pouvoir de trancher ce point, celui-ci a délégué son pouvoir de juger en violation de l'article 4 du code civil ;
7°/ qu'en se bornant à affirmer que les opérations électorales étaient affectées de graves irrégularités tenant notamment à ce que le procès-verbal du second tour mentionnait un nombre de votants inférieur aux suffrages recueillis par le syndicat FO, sans dire en quoi cette simple erreur matérielle aurait nui à la sincérité du scrutin, le tribunal a privé sa décision de base légale au regard des principes du droit électoral ;
Mais attendu que l'employeur ne peut modifier unilatéralement un protocole électoral, y compris s'agissant du calendrier fixé par cet accord ;
Qu'il en résulte que le tribunal d'instance, qui a constaté que la société Transport Boniface avait, de manière unilatérale, procédé à un report de la date du scrutin fixée par le protocole préélectoral signé le 13 septembre 2013 et modifié par voie de conséquence le calendrier électoral prévu par ce protocole, a, par ce seul motif, légalement justifié sa décision ;
PAR CES MOTIFS :
REJETTE le pourvoi ;
Vu l'article 700 du code de procédure civile, condamne la société Transport Boniface à payer à la SCP Coutard et Munier-Apaire la somme de 3 000 euros ;
Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, chambre sociale, et prononcé et signé par Mme Lambremon, conseiller le plus ancien en ayant délibéré, conformément aux dispositions de l'article 456 du code de procédure civile, en son audience publique du vingt-cinq janvier deux mille seize

.

MOYEN ANNEXE au présent arrêt :


Moyen produit par la SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat aux Conseils, pour la société Transport Boniface.
Il est fait grief au jugement attaqué d'AVOIR annulé l'ensemble du processus électoral et les élections des délégués du personnel au sein de la société TRANSPORT BONIFACE ;
AUX MOTIFS QUE : « 1) Sur l'absence de validité du protocole d'accord préélectoral du 17 septembre 2013 en l'absence de mention de l'effectif précis de l'entreprise :Le protocole préélectoral a obligatoirement pour objet la répartition des électeurs dans les collèges électoraux et la répartition des sièges entre les différentes catégories de salariés (article L 2314-11 du code du travail).La répartition des sièges entre les différents collèges consiste, en fonction des effectifs et des catégories déterminées à fixer le nombre de sièges à élire dans chaque collège ;L'employeur doit donner aux syndicats les informations nécessaires pour pouvoir négocier utilement et contrôler les chiffres donnés par l'employeur ;C'est le cas notamment, s'agissant des effectifs de l'entreprise (Cas. Soc. 20 mars 2002) y compris pour les salariés mis à disposition (Cas. Soc. 26 mai 2010) ;A défaut, le processus électoral peut être annulé (Cas. Soc. 13 mai 2009)En l'espèce, le protocole préélectoral n'indique pas de manière précise l'effectif de l'entreprise à la date des négociations, mais se borne à indiquer que le nombre des représentants à élire est de 2 titulaires et de 2 suppléments « sachant que sur les trois dernières années, le quota de 50 salariés n'a pas été atteint »Cette carence est d'autant plus préjudiciable que par courrier du 7 octobre 2013, deux salariés adhérents de la CSTM ont demandé à leur employeur de remédier à cette irrégularité avant le 10 octobre 2013, date de déroulement des élections et que le procès-verbal du second tour mentionne 109 électeurs inscrits ;La SARL TRANSPORT BONIFACE admet implicitement l'existence d'une erreur d'effectif lors de l'établissement du protocole d'accord préélectoral en sollicitant l'autorisation d'organiser des élections complémentaires ;Elle ne peut prétendre que cette erreur aurait été purgée par le dépôt d'une liste de deux candidats par la CSTM le 25 septembre 2013, dès lors qu'il est établi en droit qu'une organisation syndicale signataire est toujours admise à contester le protocole d'accord préélectoral lorsque l'effectif qui y est mentionné résulte d'une erreur (Cas. Soc. 3 mai 1995) ;2) Sur l'absence d'invitation en vue de la modification du protocole préélectoral Aux termes de l'article L 2314-3 du code du travail « sont informés par voie d'affichage de l'organisation des élections et invités à négocier le protocole d'accord, les syndicats qui remplissent les conditions de respect des valeurs républicaines et d'indépendance, qui sont légalement constitués depuis au moins et dont le champ géographique et professionnel couvre l'entreprise ou l'établissement concerné ;Les organisations syndicales reconnues représentatives de l'entreprise ou l'établissement, celles ayant constitué une section syndicale dans l'entreprise ou l'établissement ainsi que les syndicats affiliés à une organisation syndicale représentative au niveau national et interprofessionnel y sont également invités par courrier »Depuis la loi du 20 août 2008, la règle est la convocation des syndicats par voie d'affichage ;Le législateur a cependant maintenu l'obligation d'informer par courrier les syndicats ont il connaît la représentativité, soit parce qu'elle est reconnue dans l'entreprise, soit parce qu'elle est reconnue au niveau national ou interprofessionnel. S'y ajoutent également les syndicats qui ont constitué une section syndicale dans l'entreprise. Une telle constitution ne pouvant toutefois donner lieu à une convocation par courrier que si l'employeur en a été informé ;La sanction de l'omission de l'envoi d'une convocation écrite entraîne la nullité du scrutin si elle a empêché une des organisations syndicales intéressées à participer à la négociation du protocole ;Il s'agit d'une cause automatique d'annulation, sans qu'il soit besoin d'établir que la carence de l'employeur a eu un effet sur les résultats du scrutin ;Par ailleurs, il est établi en droit que lorsque des modifications, y compris lorsqu'elles portent sur le calendrier procédural sont apportées à un protocole préélectoral, elles ne peuvent résulter que d'un avenant soumis aux mêmes conditions de validité que le protocole lui-même (Cas. Soc. 26 octobre 2011) ;En l'espèce, le protocole préélectoral du 17 septembre 2013 a fixé le premier tour des élections au 10 octobre 2013 et le second tour au 31 octobre 201 ;En raison d'un mouvement de grève au cours de cette période, l'employeur s'est engagé, lors des négociations de fin de conflit, à annuler le processus électoral et à attendre la fin du mouvement ;Il est établi par les pièces produites aux débats que l'employeur a affiché au siège de l'entreprise un document daté du 1er novembre modifiant les dates du scrutin aux 21 novembre et 6 décembre 2013, sans inviter la CSTM à participer à la modification du protocole électoral ;La SARL TRANSPORT BONIFACE ne peut arguer d'une méconnaissance de la section syndicale CSTM, dès lors qu'elle avait invité cette dernière à négocier le protocole par LR du 20/08/2013 et qu'elle a été destinataire d'un courrier de la CSTM l'invitant à organiser la négociation de l'avenant en date du 25/10/2013 ;En outre, il ne résulte pas des pièces du débat et des explications du défendeur qu'un avenant relatif au calendrier électoral ait été négocié entre les organisations syndicales signataire du protocole et l'employeur et la CSTM a émis de nouvelles réserves sur la régularité du protocole modifié par lettre du 20 novembre 2013 ;3) Sur la nullité des opérations électorales Il résulte des pièces versées aux débats que les opérations électorales qui se sont déroulées au sein de l'entreprise TRANSPORT BONIFACE et notamment celles du deuxième tour sont affectées d'irrégularités importantes ;Ainsi, par attestation du 6/12/2013, madame X..., candidate titulaire de la CSTM a indiqué que la liste d'émargement comportait plus de noms que d'électeurs inscrits et le procès-verbal du second tour mentionne un nombre de votants (60) inférieur au nom de bulletins recueillis par le syndic FO (64) ;Dans ces conditions et au regard de l'ensemble des moyens susvisés, il convient de prononcer l'annulation de l'ensemble du processus électoral et des élections des Délégués du personnel au sein de l'entreprise BONIFACE ; »
ALORS 1°) QUE : le syndicat qui présente des candidats sans contester l'accord préélectoral adhère à celui-ci, même s'il ne l'a pas signé, et ne peut dès lors en contester la validité ; qu'en jugeant que le syndicat CSTM pouvait contester la validité de l'accord préélectoral du 17 septembre 2013 bien qu'il eut déposé une liste de deux candidats le 25 septembre 2013, au prétexte que même un syndicat signataire peut contester l'accord préélectoral lorsque l'effectif qui y est mentionné résulte d'une erreur, le tribunal d'instance a violé les articles L. 2314-3-1, L. 2314-11 et L. 2314-23 du code du travail ;
ALORS 2°) QUE : en reprochant à la société TRANSPORT BONIFACE d'avoir manqué à son obligation de donner aux syndicats les informations nécessaires pour pouvoir négocier utilement et contrôler les chiffres, notamment s'agissant des effectifs, au motif inopérant que l'accord préélectoral comportait une erreur d'effectif, le tribunal a privé sa décision de base légale au regard des articles L. 1111-2, L. 2312-8 et L. 2322-6 du code du travail ;
ALORS 3°) QUE : en imputant à l'exposante de n'avoir pas invité par courrier le syndicat CSTM à négocier l'avenant à l'accord préélectoral, sans rechercher si ce syndicat n'avait pas eu connaissance de l'affichage invitant à cette négociation, le tribunal a privé sa décision de base légale au regard de l'article L. 2314-3 du code du travail ;
ALORS 4°) QUE : le jugement attaqué a retenu qu'il n'était pas établi qu'un avenant à l'accord préélectoral relatif au calendrier avait été négocié avec les signataires de l'accord ; qu'en statuant ainsi, sans avoir recherché si le syndicat CSTM avait eu connaissance de l'affichage invitant à négocier l'avenant, auquel cas ce syndicat ne pouvait ériger en grief sa propre carence à négocier un avenant quant aux dates des scrutins, le tribunal a derechef privé sa décision de base légale au regard de l'article L. 2314-3 du code du travail ;
ALORS 5°) QUE : le jugement attaqué a constaté que la société TRANSPORT BONIFACE s'était engagée à reporter les élections à la fin de la grève affectant l'entreprise, que les dates de scrutin modifiées avaient été fixées au 21 décembre 2013 et 6 décembre 2013 par un document du 1er novembre 2013 qui a été affiché, et que par lettre du 20 7 novembre 2013 le syndicat CSTM avait contesté cette modification ; que de ces constatations, établissant que ce syndicat avait connaissance des dates de scrutin qui avaient été modifiées pour que les élections puissent se dérouler normalement, il s'évinçait que le dit syndicat ne pouvait faire grief à la société TRANSPORT BONIFACE de n'avoir pas négocié un avenant sur la modification des dates de scrutin ; qu'en décidant le contraire, le tribunal a violé l'article L. 2314-3 du code du travail ;
ALORS 6°) QUE : en énonçant que selon l'attestation d'une candidate du syndicat CSTM la liste d'émargement comportait plus de noms que d'électeurs inscrits, quand seul le tribunal avait le pouvoir de trancher ce point, celui-ci a délégué son pouvoir de juger en violation de l'article 4 du code civil ;
ALORS 7°) QUE : en se bornant à affirmer que les opérations électorales étaient affectées de graves irrégularités tenant notamment à ce que le procès-verbal du second tour mentionnait un nombre de votants inférieur aux suffrages recueillis par le syndicat FO, sans dire en quoi cette simple erreur matérielle aurait nui à la sincérité du scrutin, le tribunal a privé sa décision de base légale au regard des principes du droit électoral.

Références :

Décision attaquée : Tribunal d'instance de Fort-de-France, 03 octobre 2014


Publications :

Proposition de citation: Cass. Soc., 25 janvier 2016, pourvoi n°14-25625

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président)
Avocat(s) : SCP Coutard et Munier-Apaire, SCP Thouin-Palat et Boucard

Origine de la décision

Formation : Chambre sociale
Date de la décision : 25/01/2016
Date de l'import : 23/03/2016

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.