Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour de cassation, Chambre criminelle, 08 novembre 2011, 10-88819

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Criminelle

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10-88819
Numéro NOR : JURITEXT000025028235 ?
Numéro d'affaire : 10-88819
Numéro de décision : C1106347
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;2011-11-08;10.88819 ?

Texte :

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l'arrêt suivant :

Statuant sur les pourvois formés par :

- M. Pierre X...,
- Mme Michèle X..., parties civiles,

contre l'arrêt de chambre de l'instruction de la cour d'appel de BORDEAUX, en date du 25 novembre 2010, qui, a confirmé l'ordonnance du juge d'instruction refusant d'informer sur leur plainte, contre personne non dénommée, du chef d'atteinte arbitraire à la liberté individuelle par dépositaire de l'autorité publique ;

Joignant les pourvois en raison de la connexité ;

Vu le mémoire produit, commun aux demandeurs ;

Sur le moyen unique de cassation, pris de la violation des articles 2 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789, 1er du Protocole additionnel à la Convention européenne des droits de l'homme, 111-2, 111-4, 432-4 du code pénal et 85, 86, 591, 593 du code de procédure pénale ;

"en ce que l'arrêt attaqué a confirmé l'ordonnance de refus d'informer ;

"aux motifs que l'article 432-4 du code pénal incrimine le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, agissant dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission, d'ordonner ou d'accomplir arbitrairement un acte attentatoire à la liberté individuelle ; que cet article ne réprime que les atteintes portées à la liberté d'aller et venir, comme le souligne, dans une jurisprudence constante, la Cour de cassation ; qu'il n'a donc pas vocation à protéger d'autres libertés et, a fortiori, ce qui constituent moins des libertés que des droits ; qu'en effet, le droit de propriété fait bien partie intégrante des droits et libertés fondamentaux mais s'analyse comme un droit fondamental et non comme une liberté fondamentale ; que ce droit de propriété doit, par ailleurs, être distingué du principe de la libre disposition de ses biens par un propriétaire qui n'est qu'une règle découlant dudit droit ; qu'en l'espèce, les faits dénoncés ne sont pas constitutifs d'atteintes arbitraires à une liberté fondamentale, et encore moins à la liberté d'aller et venir, mais s'analysent plutôt comme des limites ou atteintes portées à un droit fondamental, à savoir le droit de propriété ; que la décision d'expropriation de leur immeuble, en date du 13 juillet 2006, n'a absolument pas été contestée par les consorts X... ; qu'en l'absence de qualification pénale possible et de poursuites légales envisageables relativement aux faits dénoncés, ceux-ci n'étant pas constitutifs d'atteinte arbitraire à la liberté d'aller et venir réprimées par les dispositions de l'article 432-4 du code pénal, le magistrat instructeur était légitime à rendre une ordonnance de refus d'informer, tout comme le ministère public l'est à prendre des réquisitions de confirmation de ladite ordonnance du fait de l'impossible mise en mouvement de l'action publique ;

"1°) alors que l'article 432-4 du code pénal réprime toute atteinte arbitraire à la liberté individuelle sans que son champ d'application soit limité à la seule liberté d'aller et venir ;

"2°) alors que le droit de propriété, en ce qu'il donne de plein droit à son bénéficiaire les plus larges pouvoirs sur la chose et en imposant, corrélativement aux tiers de s'abstenir de porter atteinte à ces pouvoirs, constitue une liberté individuelle, et non pas seulement un droit, qui, comme tel, serait exclu de la protection accordée par l'article 432-4 du code pénal" ;

Attendu qu'il résulte de l'arrêt attaqué et des pièces de la procédure que M. et Mme X... ont porté plainte et se sont constitués parties civiles du chef d'atteinte arbitraire à la liberté individuelle par dépositaire de l'autorité publique, à la suite de l'expropriation de leur maison à un prix selon eux très inférieur à sa valeur, au bénéfice d'une société d'économie mixte ayant pour objet la restauration immobilière du centre historique de Bordeaux ; que le juge d'instruction a rendu le 23 juillet 2010 une ordonnance portant refus d'informer ; que les époux X... ont interjeté appel de cette décision ;

Attendu que, pour confirmer l'ordonnance entreprise, l'arrêt prononce par les motifs repris au moyen ;

Attendu qu'en l'état de ces énonciations, la cour d'appel a justifié sa décision ;

Qu'en effet, l'article 432-4 du code pénal incrimine au titre des atteintes à la liberté individuelle, les seuls actes d'arrestation, de détention ou de rétention arbitraires commis par des fonctionnaires publics ;

D'où il suit que le moyen ne saurait être accueilli ;

Et attendu que l'arrêt est régulier en la forme ;

REJETTE les pourvois ;

Ainsi jugé et prononcé par la Cour de cassation, chambre criminelle, en son audience publique, les jour, mois et an que dessus ;

Etaient présents aux débats et au délibéré, dans la formation prévue à l'article 567-1-1 du code de procédure pénale : M. Louvel président, Mme Divialle conseiller rapporteur, M. Blondet conseiller de la chambre ;

Greffier de chambre : Mme Krawiec ;

En foi de quoi le présent arrêt a été signé par le président, le rapporteur et le greffier de chambre ;

Références :

Décision attaquée : Chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux, 25 novembre 2010


Publications :

Proposition de citation: Cass. Crim., 08 novembre 2011, pourvoi n°10-88819

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Louvel (président)
Avocat(s) : Me Haas

Origine de la décision

Formation : Chambre criminelle
Date de la décision : 08/11/2011
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.