Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour de cassation, Chambre civile 3, 27 février 2002, 00-18411

Imprimer

Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Civile

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 00-18411
Numéro NOR : JURITEXT000007045460 ?
Numéro d'affaire : 00-18411
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;2002-02-27;00.18411 ?

Analyses :

1° BAIL A LOYER (loi du 1er septembre 1948) - Domaine d'application - Habitation à loyer modéré - Immeuble à loyer moyen.

1° HABITATION A LOYER MODERE - Bail - Loi du 1er septembre 1948 - Domaine d'application - Immeuble à loyer moyen.

1° Le chapitre VI de la loi du 1er septembre 1948 régit les immeubles à loyer moyen construits en application de la loi du 13 juillet 1928.

2° BAIL A LOYER (loi du 1er septembre 1948) - Prix - Prix illicite - Répétition - Prescription triennale - Domaine d'application - Immeuble à loyer moyen - Suppléments de loyers de solidarité.

2° PAIEMENT DE L'INDU - Prescription - Répétition soumise à courte prescription.

2° La prescription triennale de l'article 68 de la loi du 1er septembre 1948 s'applique à l'action engagée par des locataires d'un immeuble à loyer moyen pour obtenir le remboursement de suppléments de loyers de solidarité.

Références :


A RAPPROCHER : (1°). Chambre civile 3, 1970-01-29, Bulletin 1970, III, n° 74, p. 54 (rejet).


Texte :

Sur le moyen unique, pris en ses première et deuxième branches :

Vu les articles 63 et 68 de la loi du 1er septembre 1948, ensemble les articles L. 442-6 et L. 442-10 du Code de la construction et de l'habitation ;

Attendu que toute clause ou stipulation tendant à imposer, sous une forme directe ou indirecte, un prix de location supérieur à celui fixé en application des dispositions de la loi, est nulle de plein droit ; qu'il en est de même si les avantages exigés, autres que ceux représentant une rémunération équitable du service rendu, l'ont été au profit de tout autre personne que le bailleur ; que toutes les sommes indûment perçues sont sujettes à répétition ; que les actions en nullité et les actions en répétition prévues au présent chapitre se prescrivent par trois ans ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Paris, 11 mai 2000, n° 242), que M. et Mme X..., locataires d'un appartement faisant partie d'un immeuble construit en application de la loi du 13 juillet 1928 (immeuble " à loyer moyen ") et géré par la société Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), ont assigné cette dernière en remboursement de suppléments de loyer ; que la bailleresse a soulevé la prescription triennale de l'action ;

Attendu que pour accueillir la demande de restitution, l'arrêt retient que, selon l'article 68 de la loi du 1er septembre 1948, se prescrivent par trois ans les actions en répétition définies par l'article 63 de la même loi ; que les loyers excédant le prix légal de location sont ceux dont le montant dépasse celui déterminé suivant les règles définies par le chapitre III de cette loi ; que les articles L. 442-6 et L. 442-10 du Code de la construction et de l'habitation ne prévoient pas l'application de ce chapitre aux immeubles " à loyer moyen " et que les suppléments de loyer indus n'ont pas été perçus en vertu d'une clause ou stipulation, mais sur un fondement légal ;

Qu'en statuant ainsi, alors que les articles L. 442-6 et L. 442-10 du Code de la construction et de l'habitation prévoient que le chapitre VI de la loi du 1er septembre 1948, dans lequel se trouvent les articles 63 et 68, régit les appartements construits en application de la loi du 13 juillet 1928 et que toutes les sommes indûment perçues sont sujettes à répétition, et soumises à la prescription abrégée de trois ans, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;

Par ces motifs, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur le moyen unique, pris en sa troisième branche :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt n° 242 rendu le 11 mai 2000, entre les parties, par la cour d'appel de Paris ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Versailles.

Références :

Code de la construction et de l'habitation L442-6, L442-10
Loi 48-1260 1948-09-01 chapitre VI
Loi 1928-07-13
Loi 48-1260 1948-09-01 art. 63, art. 68
Décision attaquée : Cour d'appel de Paris, 11 mai 2000


Publications :

Proposition de citation: Cass. Civ. 3e, 27 février 2002, pourvoi n°00-18411, Bull. civ. 2002 III N° 48 p. 40
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles 2002 III N° 48 p. 40
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Président : M. Weber .
Avocat général : Avocat général : M. Guérin.
Rapporteur ?: Rapporteur : M. Toitot.
Avocat(s) : Avocats : la SCP Piwnica et Molinié, la SCP Waquet, Farge et Hazan.

Origine de la décision

Formation : Chambre civile 3
Date de la décision : 27/02/2002
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.