Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Marseille, 3eme chambre - formation a 3, 10 juin 2004, 00MA00768

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 00MA00768
Numéro NOR : CETATEXT000007585309 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.marseille;arret;2004-06-10;00ma00768 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la Cour administrative d'appel de Marseille le 12 avril 2000 sous le n°00MA00768, présentée pour la société ENTREPRISE D'ELECTRICITE ET D'EQUIPEMENT, dont le siège social est 5, rue Arnavielle à Nîmes (30000) et son assureur, la compagnie A.G.F dont le siège est Tour Athéna à Paris-la-Défense (92076 - CEDEX 43), par Me Durand, avocat ;

Les requérantes demandent à la Cour :

1°/ d'annuler le jugement n° 9402324 du Tribunal administratif de Nice du 7 décembre 1999, par lequel elles ont été condamnées à indemniser M. X des dommages qu'il a subis ;

2°/ de dire que M. X a commis une faute qui est à l'origine du dommage ;

Classement CNIJ : 67-03-01-02-02

C

3°/ de condamner M. X et son assureur à leur verser la somme de 48.048 F hors taxes, ainsi qu'une somme de 10.000 F au titre des frais irrépétibles de l'article L.8-1 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 13 mai 2004 :

- le rapport de M. CHAVANT, premier conseiller ;

- les observations de Me Ganet du cabinet Durand-Andréani et de Me Otto substituant Me Plantevin pour les Mutuelles du Mans ;

- et les conclusions de M. TROTTIER, commissaire du gouvernement ;

Considérant que si l'ENTREPRISE D'ELECTRICITE ET D'EQUIPEMENT et son assureur, la compagnie A.G.F, font appel du jugement du Tribunal administratif de Nice du 7 décembre 1999 qui a retenu leur responsabilité exclusive dans l'accident survenu à M. X le 8 octobre 1992, il résulte de l'instruction, que M. X n'a commis aucune faute qui puisse atténuer la responsabilité de la société requérante qui n'apporte aucun élément nouveau par sa requête d'appel ;

Considérant que si M. X réitère en appel sa demande d'expertise médicale, il ne fait état d'aucun trouble précis, ni d'aucune séquelle ; qu'ainsi, l'expertise sollicitée est dépourvue d'utilité ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction que M. X, transporteur indépendant, a été contraint d'arrêter son emploi pendant un mois sans percevoir les indemnités journalières habituellement versées par l'assurance maladie ; qu'il est par la suite fondé à soutenir qu'il a subi un préjudice dont il sera fait une juste appréciation en condamnant la société ENTREPRISE D'ELECTRICITE ET D'EQUIPEMENT à lui verser 12.515 F (1.908 euros), soit la différence entre la somme de 16.140 F correspondant à un mois de salaire et les 3.625 F qui lui ont été alloués par les premiers juges ; qu'il y a lieu, dans cette mesure, de réformer le jugement susvisé ;

Considérant qu'il y a lieu dans les circonstances de l'espèce, de condamner l'ENTREPRISE D'ELECTRICITE ET D'EQUIPEMENT à verser à M. X une somme de 1.000 euros au titre des frais irrépétibles et de rejeter les conclusions de la société ENTREPRISE D'ELECTRICITE ET D'EQUIPEMENT partie perdante, relatives à l'application des dispositions de l'article L.761-1 du code de justice administrative ;

D E C I D E :

Article 1er : La requête présentée par l'ENTREPRISE D'ELECTRICITE ET D'EQUIPEMENT est rejetée.

Article 2 : La société ENTREPRISE D'ELECTRICITE ET D'EQUIPEMENT est condamnée à verser à M. X une somme de 1.908 euros, ainsi que 1.000 euros au titre des frais irrépétibles.

Article 3 : Le jugement du Tribunal administratif de Nice en date du 7 décembre 1999 est réformé en ce qu'il a de contraire au présent arrêt.

Article 4 : Le surplus des conclusions de l'appel incident de M. X est rejeté.

Article 5 : Le présent arrêt sera notifié à l'ENTREPRISE D'ELECTRICITE ET D'EQUIPEMENT, à la compagnie A.G.F., à M. X, aux Mutuelles du Mans assurances et à la Caisse régionale des professions indépendantes de la Côte d'Azur.

Copie en sera adressée à Me Pichard, Me Plantavin, au cabinet Durand-Andréani et au ministre de l'équipement, des transports et du logement.

2

N°'''''''''


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. DARRIEUTORT
Rapporteur ?: M. Jacques CHAVANT
Rapporteur public ?: M. TROTTIER
Avocat(s) : CABINET DURAND - ANDREANI AVOCATS ASSOCIES

Origine de la décision

Formation : 3eme chambre - formation a 3
Date de la décision : 10/06/2004
Date de l'import : 02/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.