Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Marseille, 3eme chambre - formation a 3, 08 avril 2004, 00MA02814

Imprimer

Sens de l'arrêt : A saisir ultérieurement
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 00MA02814
Numéro NOR : CETATEXT000007582733 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.marseille;arret;2004-04-08;00ma02814 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la Cour administrative d'appel de Marseille le 18 décembre 2000 sous le n° 00MA02814, présentée pour Mme Martine X, demeurant ...) et le mémoire complémentaire en date du 5 novembre 2001, par Me Guibert, avocat ;

Mme X demande à la Cour :

1°/ d'annuler le jugement n° 96-2068 du 22 septembre 2000 par lequel le Tribunal administratif de Nice a rejeté sa demande tendant à ce que le centre hospitalier de la Seyne-sur-Mer et M. François Y soient condamnés solidairement à lui verser la somme 100.000 F à valoir sur l'indemnisation du préjudice occasionné par l'intervention chirurgicale du 9 octobre 1992 ;

Classement CNIJ : 60-02-01-01-02

54-04-02-02

C

2°/ de condamner le Centre hospitalier intercommunal de Toulon-la Seyne-sur-mer et la Caisse primaire d'assurance maladie du Var à lui verser la somme de 100.000 F à valoir sur l'indemnisation du préjudice occasionné par l'intervention chirurgicale du 9 octobre 1992 ;

3°/ d'ordonner une expertise afin de déterminer si l'opération du 9 octobre 1992 a bien porté sur les vertèbres à l'origine de ses souffrances et de fournir tous éléments sur les conséquences dommageables de cette opération dans l'hypothèse où elle aurait été inutile ;

Elle soutient que l'opération du 9 octobre 1992 a porté sur les vertèbres L4L5 alors qu'elle aurait dû porter sur les vertèbres L5S1 ;

Vu les mémoires en défense enregistrés les 8 juin 2001 et 14 janvier 2002 présentés par le Centre hospitalier intercommunal de Toulon-la Seyne-sur-mer ; le Centre hospitalier intercommunal de Toulon-la Seyne-sur-mer conclut au rejet de la requête ; il soutient que ce sont bien les vertèbres L4L5 qui ont été opérées et que ce sont celles-ci qui devaient l'être ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 26 mars 2004 :

- le rapport de M. MARCOVICI, premier conseiller ;

- les observations de Me FERNANDEZ substituant Me GUIBERT et de Me CAILLOUET-GANET du cabinet DURAND-ANDREANI ;

- et les conclusions de M. TROTTIER, commissaire du gouvernement ;

Sur les conclusions dirigées contre M. Y :

Considérant que la requérante n'invoque devant la cour aucun moyen autre que ceux développés en première instance ; qu'il résulte de l'instruction que, pour les mêmes motifs que ceux contenus dans le jugement attaqué, aucun des moyens de Mme X ne saurait être accueilli ;

Sur les conclusions dirigées contre le Centre hospitalier intercommunal de Toulon-la Seyne-sur-mer :

Considérant que Mme X, qui exerçait les fonctions d'assistante maternelle à la pouponnière de Carqueiranne, a été victime d'un accident en soulevant un enfant ; qu'elle a subi une intervention le 9 octobre 1992 à l'hôpital de Font-Pré dépendant du Centre hospitalier intercommunal de Toulon-la Seyne-sur-mer ; qu'il est constant qu'elle a été opérée entre les quatrième et cinquième vertèbres lombaires ; qu'elle soutient que cette intervention était inutile et qu'elle aurait dû intervenir entre la cinquième vertèbre lobaire et la première vertèbre sacrée ;

Considérant que si le rapport d'expertise établi le 21 mars 1995 par le docteur B aidé du sapiteur, le professeur Z, conclut que l'opération a eu lieu sur les vertèbres nécessitant une intervention, la requérante produit en appel un certificat du docteur A qui affirme que l'opération en cause était inutile ; que dès lors, en présence de conclusions opposées des hommes de l'art, il convient d'ordonner une expertise aux fins précisées ci-après ;

D E C I D E :

Article 1er : Il sera, avant de statuer sur la requête de Mme X, procédé à une expertise médicale.

Article 2 : L'expert sera désigné par le président de la Cour. Il accomplira sa mission dans les conditions prévues par les articles R.621-2 à R.621-14 du code de justice administrative.

Article 3 : Il aura pour mission :

1) de prendre connaissance du dossier présenté à la Cour par Mme X, notamment des courriers dont le docteur A est l'auteur, ainsi que de l'expertise déjà réalisée par les docteurs B et Z ;

2) de décrire les conditions dans lesquelles Mme X a été hospitalisée et opérée le 9 octobre 1992 ; il précisera si l'opération a porté sur les vertèbres lombaires L4-L5 ou bien sur la lombaire L5 et la vertèbre sacrée S1 ;

3) de réunir tous les éléments devant permettre de déterminer si des fautes médicales ont été commises lors de l'hospitalisation de l'intéressée et notamment si l'intervention du 9 octobre 1992 était utile. Dans l'hypothèse où les vertèbres L4-L5 ont été opérées le 9 octobre 1992, l'expert précisera si ces vertèbres nécessitaient une intervention ;

4) dans l'hypothèse où cette opération était inutile, l'expert précisera les préjudices subis par Mme X du fait exclusif de cette opération, en les distinguant des préjudices qu'a subis Mme X du fait de sa pathologie. Il décrira la nature et l'étendue des séquelles et évaluera le taux d'incapacité permanente qui en résulte pour la requérante.

Article 4 : L'expert, pour l'accomplissement de sa mission, se fera communiquer tous documents relatifs à l'état de santé de Mme X et notamment tous documents relatifs aux examens, soins et interventions pratiqués sur l'intéressée au cours de son hospitalisation ; il pourra entendre toute personne du service hospitalier ayant donné des soins à Mme X.

Article 5 : Tous droits et moyens des parties, sur lesquels il n'est pas expressément statué par le présent jugement, sont réservés jusqu'en fin d'instance.

Article 6 : Le présent arrêt sera notifié à Mme X, au Centre hospitalier intercommunal de Toulon-la Seyne-sur-mer et à la Caisse primaire d'assurance maladie du Var.

Copie en sera adressée à Me GUIBERT, au cabinet DURAND-ANDREANI, au ministre de la santé et au préfet du Var.

Délibéré à l'issue de l'audience du 25 mars 2004, où siégeaient :

M. DARRIEUTORT, président de chambre,

M. CHAVANT, premier conseiller,

M. MARCOVICI, premier conseiller,

assistés de M. BOISSON, greffier ;

Prononcé à Marseille, en audience publique le 8 avril 2004.

Le président, Le rapporteur,

Signé Signé

Jean-Pierre DARRIEUTORT Laurent MARCOVICI

Le greffier,

Signé

Alain BOISSON

La République mande et ordonne au ministre de la santé en ce qui le concerne et à tous les huissiers de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun contre les parties privées de pourvoir à l'exécution de la présente décision.

Pour expédition conforme,

Le greffier,

2

N° 00MA02814


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. DARRIEUTORT
Rapporteur ?: M. MARCOVICI
Rapporteur public ?: M. TROTTIER
Avocat(s) : GUIBERT

Origine de la décision

Formation : 3eme chambre - formation a 3
Date de la décision : 08/04/2004
Date de l'import : 02/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.