Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Marseille, 3eme chambre - formation a 3, 22 janvier 2004, 00MA01240

Imprimer

Sens de l'arrêt : Satisfaction partielle
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 00MA01240
Numéro NOR : CETATEXT000007584472 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.marseille;arret;2004-01-22;00ma01240 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la Cour administrative d'appel de Marseille le 9 juin 2000 sous le n° 00MA01240,présentée pour M. et Mme Max X, demeurant ..., par Me Laurent PENARD avocat ;

Classement CNIJ : 67-03-03-03

60-04-01-01-02

C

M. et Mme Max X demandent à la Cour :

1°/ d'annuler le jugement n°96-4114 en date du 28 mars 2000 par lequel le Tribunal administratif de Marseille a rejeté leur demande tendant à la condamnation d'Electricité de France à leur verser la somme de 40.017,87 euros (262.500 F), soit un prix par arbre de 57,17 euros, correspondant au remplacement des 700 amandiers détruits par l'incendie dû à un court-circuit qui s'est produit sur un pylône E .D.F. de 20 000 volts et au paiement de la somme de 914,69 euros (6.000 F) au titre des frais irrépétibles ;

2°/ de condamner Electricité de France à leur verser le montant précité de 40.017,87 euros avec intérêts au taux légal à compter du dépôt de la requête en première instance et la somme de 2.286,74 euros (15.000 F) au titre des frais exposés et non compris dans les dépens ;

3°/ de faire droit à leur demande de première instance ;

Ils soutiennent que la perte de leur verger leur a bien causé un préjudice certain, et ce, même s'ils n'étaient pas exploitants agricoles ; que le défaut d'entretien du terrain en cause, qu'ils ne contestent pas, peut entraîner une réduction, mais en aucun cas, une dispense de l'indemnisation réclamée devant la Cour ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 19 septembre 2000, présenté pour Electricité de France, par Me Jean BUSSAC, avocat ; Electricité de France conclut au rejet de la requête ; l'entreprise publique soutient que le feu s'étant propagé à l'ensemble du verger à la suite du défaut d'entretien du sol, sa responsabilité ne peut se voir engagée que pour la destruction des dix premiers arbres situés à proximité du pylône ; que la perte du verger n'entraîne pour les requérants aucun préjudice de quelque nature que ce soit ; que les intérêts de droit n'ayant pas été réclamés en première instance, cette nouvelle demande doit être rejetée par la Cour ; que les époux X doivent être condamnés au versement d'une somme de 1.524, 49 euros (10.000 F) au titre des frais irrépétibles ;

Vu le mémoire, enregistré le 25 janvier 2001, par lequel Mme Arlette X informe la Cour qu'à la suite du décès de son époux, ses trois enfants, M. Michel X, Mlle Nathalie X et Mme Valérie poursuivent la présente instance au nom de leur père ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 8 janvier 2004 :

- le rapport de M. GUERRIVE, président ;

- et les conclusions de M.TROTTIER, premier conseiller ;

Sur la responsabilité :

Considérant qu'il ressort de l'instruction et qu'il n'est pas contesté que les arbres appartenant à M. et Mme X ont été détruits par l'incendie ayant eu pour origine le court-circuit qui s'est produit sur un pylône supportant une ligne de 20 000 volts, appartenant à Electricité de France, le 20 août 1995 vers 18 heures ; que, dès lors, le dommage qui en découle présente un caractère certain ; qu'il en résulte que la responsabilité d'Electricité de France se trouve engagée ; qu'il s'ensuit que les requérants, qui sont tiers par rapport à l'ouvrage public dont est issu le dommage, sont fondés à soutenir que c'est à tort que le Tribunal administratif de Marseille a rejeté leur demande ;

Considérant, cependant, que la propriété en cause des consorts X était composée d'un verger d'amandiers à l'abandon, non entretenu, dans lequel se développaient des arbustes et, au sol, de la folle avoine ; que le feu s'est ainsi propagé rapidement dans ces surfaces boisées non débroussaillées ; que cette circonstance est de nature à atténuer la responsabilité d'Electricité de France ; qu'il sera fait une appréciation correcte des responsabilités respectives en laissant à la charge des consorts X le quart des conséquences du sinistre ;

Sur le préjudice :

Considérant, qu'en l'absence de toute exploitation du verger, les consorts X ne peuvent se prévaloir de la valeur agricole des arbres endommagés telle qu'elle a été fixée par un expert intervenant dans le cadre d'un autre litige ; qu'il sera fait une juste appréciation du préjudice subi, sans qu'il y ait lieu de prescrire une expertise, en le fixant à 20.000 euros ; que Electricité de France doit, dès lors, être condamnée à verser aux consorts X les trois quarts de cette somme, soit 15.000 euros ;

Sur les intérêts :

Considérant que les intérêts peuvent être demandés à tout moment de la procédure ; que la demande d'intérêts formée par les consorts pour la première fois en appel est, par suite, recevable ; que la somme de 15.000 euros doit porter intérêts à compter du 10 juillet 1996, date d'enregistrement de leur demande au greffe du Tribunal administratif de Marseille ;

Sur les conclusions de M. et Mme X tendant à l'application des dispositions de l'article L.761-1 du code de justice administrative :

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de condamner Electricité de France à payer à M. et Mme X une somme de 1.000 euros au titre des frais exposés par eux et non compris dans les dépens ;

D E C I D E :

Article 1er : Le jugement du Tribunal administratif de Marseille en date du 28 mars 2000 est annulé.

Article 2 : Electricité de France est condamné à verser à M. et Mme X la somme de 15.000 euros (quinze mille euros) au titre du préjudice subi par ces derniers. Ces sommes porteront intérêts au taux légal à compter du 10 juillet 1996.

Article 3 : Electricité de France est condamné à verser à M. et Mme X la somme de 1.000 euros (mille euros) au titre des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 4 : Le présent arrêt sera notifié à Mme X, à M. Michel X, à Mlle Nathalie X, à Mme Valérie et à Electricité de France.

Copie en sera adressée à la S.C.P PENARD-MARIN, à Me BUSSAC, au préfet de Vaucluse et au ministre de l'économie, des finances et de l'industrie.

Délibéré à l'issue de l'audience du 8 janvier 2004, où siégeaient :

M. GUERRIVE, président ,

M. CHAVANT, premier conseiller,

M. MARCOVICI, premier conseiller,

assistés de M. BOISSON, greffier ;

Prononcé à Marseille, en audience publique le 22 janvier 2004.

Le président, Le premier assesseur,

Signé Signé

Jean-Louis GUERRIVE Jacques CHAVANT

Le greffier,

Signé

Alain BOISSON

La République mande et ordonne au ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, en ce qui le concerne et à tous les huissiers de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun contre les parties privées de pourvoir à l'exécution de la présente décision.

Pour expédition conforme,

Le greffier,

2

N° 00MA01240


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. GUERRIVE
Rapporteur ?: M. GUERRIVE
Rapporteur public ?: M. TROTTIER
Avocat(s) : SCP PENARD-MARIN

Origine de la décision

Formation : 3eme chambre - formation a 3
Date de la décision : 22/01/2004
Date de l'import : 02/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.