La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

11/03/2002 | FRANCE | N°215390

France | France, Conseil d'État, 2 ss, 11 mars 2002, 215390


Vu la requête, enregistrée au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 15 décembre 1999, présentée par M. Khaled X..., demeurant ... ; M. X... demande que le Conseil d'Etat annule la décision du 19 novembre 1999 par laquelle le chef de la chancellerie détachée de France à Alep a refusé de lui délivrer un visa de long séjour sur le territoire français ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu l'ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 modifiée ;
Vu le code de justice administrative ;
Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de Mme Imbert

-Quaretta, Conseiller d'Etat,
- les conclusions de Mme Prada Bordenave, Commiss...

Vu la requête, enregistrée au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 15 décembre 1999, présentée par M. Khaled X..., demeurant ... ; M. X... demande que le Conseil d'Etat annule la décision du 19 novembre 1999 par laquelle le chef de la chancellerie détachée de France à Alep a refusé de lui délivrer un visa de long séjour sur le territoire français ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu l'ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 modifiée ;
Vu le code de justice administrative ;
Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de Mme Imbert-Quaretta, Conseiller d'Etat,
- les conclusions de Mme Prada Bordenave, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que M. X..., ressortissant syrien, titulaire d'un diplôme en odontologie obtenu à l'université d'Alep, exerçait l'art dentaire à titre libéral à Hassakeh ; que, s'il souhaitait suivre les enseignements d'un diplôme d'université de "prothèse fixée" à l'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris XI), il ne possédait pas, comme il le reconnaît lui-même, une connaissance suffisante de la langue française ; qu'ainsi, et alors même que le requérant entendait également suivre les cours de civilisation française de la Sorbonne, le chef de la chancellerie détachée de France à Alep, en refusant de lui délivrer un visa de long séjour, n'a pas commis une erreur manifeste d'appréciation ; que, dès lors, M. X... n'est pas fondé à demander l'annulation de la décision attaquée ;
Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Khaled X... et au ministre des affaires étrangères.


Type d'affaire : Administrative

Analyses

335-005-01 ETRANGERS - ENTREE EN FRANCE - VISAS.


Références :

Publications
Proposition de citation: CE, 11 mar. 2002, n° 215390
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF
Composition du Tribunal
Rapporteur ?: Mme Imbert-Quaretta
Rapporteur public ?: Mme Prada Bordenave

Origine de la décision
Formation : 2 ss
Date de la décision : 11/03/2002
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 215390
Numéro NOR : CETATEXT000008116367 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2002-03-11;215390 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.
Logo iall 2012 website award