La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

02/06/2004 | FRANCE | N°04-81675

§ | France, Cour de cassation, Chambre criminelle, 02 juin 2004, 04-81675


AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique tenue au Palais de Justice à PARIS, le deux juin deux mille quatre, a rendu l'arrêt suivant :

Sur le rapport de M. le conseiller référendaire CHAUMONT et les observations de la société civile professionnelle THOUIN-PALAT et URTIN-PETIT, avocat en la Cour, et les conclusions de M. l'avocat général MOUTON ;

Statuant sur le pourvoi formé par :

- X... Lucien,

contre l'arrêt de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de PARIS, en date du 20 février 2004,

qui, dans l'information suivie contre lui pour destruction d'un bien appartenant à autru...

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique tenue au Palais de Justice à PARIS, le deux juin deux mille quatre, a rendu l'arrêt suivant :

Sur le rapport de M. le conseiller référendaire CHAUMONT et les observations de la société civile professionnelle THOUIN-PALAT et URTIN-PETIT, avocat en la Cour, et les conclusions de M. l'avocat général MOUTON ;

Statuant sur le pourvoi formé par :

- X... Lucien,

contre l'arrêt de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de PARIS, en date du 20 février 2004, qui, dans l'information suivie contre lui pour destruction d'un bien appartenant à autrui par l'effet d'une substance explosive, infractions à la législation sur les armes, en relation avec une entreprise terroriste, a ordonné la prolongation de sa détention provisoire ;

Vu le mémoire produit ;

Sur le moyen unique de cassation, pris de la violation des articles 197 et 802 du Code de procédure pénale, 6.1, 6.3-b et c, de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;

"en ce que l'arrêt attaqué, en date du 20 février 2004, qui a ordonné la prolongation de la détention provisoire de Lucien X... pour une durée de six mois à compter du 5 mars 2004 à 0 heure, mentionne que "Me Babelaere-Pettre, avocat de la personne mise en examen, bien que régulièrement avisé, ne s'est pas présenté" ;

"alors que, par courrier du 16 février 2004, doublé d'une télécopie en date du même jour, Me Babelaere-Pettre avait sollicité le renvoi de l'affaire qui devait - et qui a néanmoins - été évoquée à l'audience du 20 février 2004, en faisant valoir qu'à cette même date, elle était retenue à la cour d'assises, et en produisant à cet effet la convocation qui lui avait été adressée ; qu'en rejetant implicitement cette demande de renvoi, sans aucunement s'en expliquer, ceci quand bien même elle disposait jusqu'au 5 mars 2004, date à compter de laquelle elle a fixé la prolongation de la détention provisoire de Lucien X..., d'un délai de près de trois semaines pour fixer une nouvelle date d'audience, et jusqu'au 10 mars 2004, date à laquelle la détention provisoire prolongée par sa précédente décision du 5 septembre 2003 devait prendre fin, d'un délai de quatre semaines pour fixer une nouvelle date d'audience, la chambre de l'instruction a ouvertement violé les droits de la défense" ;

Attendu que le mis en examen et son avocat ont été avisés, le 3 février 2004, dans les formes prévues par l'article 197 du Code de procédure pénale, de la date d'audience fixée au 20 février 2004 ;

Attendu qu'il ne saurait être fait grief à l'arrêt d'avoir implicitement rejeté la demande de renvoi, dès lors que la décision par laquelle une juridiction refuse de renvoyer une affaire à une audience ultérieure, ne constitue qu'une mesure d'administration judiciaire qui échappe au contrôle de la Cour de Cassation ;

D'où il suit que le moyen ne peut être admis ;

Et attendu que l'arrêt est régulier en la forme ;

REJETTE le pourvoi ;

Ainsi jugé et prononcé par la Cour de Cassation, chambre criminelle, en son audience publique, les jour, mois et an que dessus ;

Etaient présents aux débats et au délibéré, dans la formation prévue à l'article L.131-6, alinéa 4, du Code de l'organisation judiciaire : M. Cotte président, M. Chaumont conseiller rapporteur, M. Farge conseiller de la chambre ;

Greffier de chambre : Mme Krawiec ;

En foi de quoi le présent arrêt a été signé par le président, le rapporteur et le greffier de chambre ;


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Criminelle

Références
Décision attaquée : Chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, 20 février 2004


Publications
Proposition de citation: Cass. Crim., 02 juin 2004, pourvoi n°04-81675

RTFTélécharger au format RTF
Composition du Tribunal
Président : Président : M. COTTE

Origine de la décision
Formation : Chambre criminelle
Date de la décision : 02/06/2004
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 04-81675
Numéro NOR : JURITEXT000007614300 ?
Numéro d'affaire : 04-81675
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;2004-06-02;04.81675 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.