La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

25/04/1979 | FRANCE | N°78-11639

§ | France, Cour de cassation, Chambre civile 1, 25 avril 1979, 78-11639


SUR LE MOYEN UNIQUE : ATTENDU, SELON LES ENONCIATIONS DE L'ARRET INFIRMATIF ATTAQUE, QUE LA SOCIETE NOUVELLE DES ETABLISSEMENTS MARTELLI A ACHETE AU GARAGE DES BATIGNOLLES UNE VOITURE AUTOMOBILE D'OCCASION ;

QU'AYANT APPRIS ULTERIEUREMENT QUE CETTE VOITURE AVAIT SUBI UN GRAVE ACCIDENT, LA SOCIETE NOUVELLE DES ETABLISSEMENTS MARTELLI A ASSIGNE SON VENDEUR EN RESOLUTION DE LA VENTE POUR VICE CACHE ;

ATTENDU QU'IL EST FAIT GRIEF A LA COUR D'APPEL D'AVOIR REJETE CETTE ACTION, ALORS QUE, SELON LE MOYEN, LE VICE CACHE EST CELUI QUI AFFECTE LES QUALITES SUBSTANTIELLES DE LA CHO

SE, TEL QUE, S'IL AVAIT ETE CONNU, L'ACHETEUR N'AURAIT PAS ...

SUR LE MOYEN UNIQUE : ATTENDU, SELON LES ENONCIATIONS DE L'ARRET INFIRMATIF ATTAQUE, QUE LA SOCIETE NOUVELLE DES ETABLISSEMENTS MARTELLI A ACHETE AU GARAGE DES BATIGNOLLES UNE VOITURE AUTOMOBILE D'OCCASION ;

QU'AYANT APPRIS ULTERIEUREMENT QUE CETTE VOITURE AVAIT SUBI UN GRAVE ACCIDENT, LA SOCIETE NOUVELLE DES ETABLISSEMENTS MARTELLI A ASSIGNE SON VENDEUR EN RESOLUTION DE LA VENTE POUR VICE CACHE ;

ATTENDU QU'IL EST FAIT GRIEF A LA COUR D'APPEL D'AVOIR REJETE CETTE ACTION, ALORS QUE, SELON LE MOYEN, LE VICE CACHE EST CELUI QUI AFFECTE LES QUALITES SUBSTANTIELLES DE LA CHOSE, TEL QUE, S'IL AVAIT ETE CONNU, L'ACHETEUR N'AURAIT PAS CONTRACTE ;

QU'EN MATIERE DE VENTE DE VEHICULES D'OCCASION, L'ABSENCE D'ACCIDENT ANTERIEUR CONSTITUERAIT POUR L'ACHETEUR UNE DES RAISONS DETERMINANTES DE SON CONSENTEMENT ;

QUE LA DISSIMULATION PAR LE VENDEUR D'UN ACCIDENT GRAVE CONSTITUERAIT DONC UN VICE CACHE AFFECTANT LE VEHICULE ;

QU'EN L'ESPECE, IL RESULTERAIT DES PROPRES CONSTATATIONS DES JUGES DU FOND QUE LA VOITURE VENDUE AVAIT SUBI UN ACCIDENT GRAVE QUI AVAIT ETE DISSIMULE A L'ACHETEUR ;

QUE, DES LORS, EN REFUSANT DE RECEVOIR L'ACTION DE L'ACHETEUR EN GARANTIE DES VICES CACHES POUR LE SEUL MOTIF QUE LE VEHICULE AVAIT ETE REMIS A NEUF ET QU'IL N'ETAIT PAS ETABLI QUE LA VOITURE AIT SUBI DES TROUBLES PENDANT LE MOIS OU ELLE ETAIT RESTEE EN LA POSSESSION DE L'ACHETEUR, LA COUR D'APPEL AURAIT MECONNU LA PORTEE DE L'ARTICLE 1641 DU CODE CIVIL ET N'AURAIT PAS DONNE DE BASE LEGALE A SA DECISION ;

MAIS ATTENDU QUE, POUR REJETER L'ACTION EN GARANTIE POUR VICES CACHES FORMEE PAR LA SOCIETE NOUVELLE DES ETABLISSEMENTS MARTELLI, LA COUR D'APPEL A RETENU, DANS L'EXERCICE DE SON POUVOIR SOUVERAIN D'APPRECIATION, QUE SI LA VOITURE ACQUISE PAR CETTE SOCIETE AVAIT SUBI UN ACCIDENT ANTERIEUREMENT A LA VENTE, DISSIMULE A L'ACHETEUR PAR LE VENDEUR, CE VEHICULE AVAIT FAIT L'OBJET D'UNE REMISE A NEUF ET NE PRESENTAIT AUCUN DEFAUT DE NATURE A EN LIMITER L'USAGE ;

QU'EN STATUANT AINSI, ELLE A, SANS VIOLER L'ARTICLE 1641 DU CODE CIVIL, SEUL INVOQUE EN L'ESPECE, LEGALEMENT JUSTIFIE SA DECISION ;

D'OU IL SUIT QUE LE MOYEN N'EST PAS FONDE ;

PAR CES MOTIFS : REJETTE LE POURVOI FORME CONTRE L'ARRET RENDU LE 13 JANVIER 1978 PAR LA COUR D'APPEL DE PARIS ;


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Civile

Analyses

VENTE - Garantie - Vices cachés - Définition - Défaut rendant la chose vendue impropre à l'usage auquel elle est destinée.

La Cour d'appel qui, pour rejeter l'action en garantie pour vices cachés formée par l'acheteur d'une voiture d'occasion, retient par une appréciation souveraine que, si cette voiture avait subi un accident avant la vente, elle aurait fait l'objet d'une remise à neuf et ne présentait aucun défaut de nature à en limiter l'usage, a , sans violer l'article 1641 du Code civil, seul invoqué, légalement justifié sa décision.


Références
Code civil 1641
Décision attaquée : Cour d'appel Paris (Chambre 5 B ), 13 janvier 1978


Publications
Proposition de citation: Cass. Civ. 1re, 25 avril 1979, pourvoi n°78-11639

RTFTélécharger au format RTF
Composition du Tribunal
Président : Pdt M. Voulet CDFF
Avocat général : Av.Gén. M. Aymond
Rapporteur ?: Rpr Mlle Lescure
Avocat(s) : Av. Demandeur : M. Choucroy

Origine de la décision
Formation : Chambre civile 1
Date de la décision : 25/04/1979
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 78-11639
Numéro NOR : JURITEXT000007073003 ?
Numéro d'affaire : 78-11639
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1979-04-25;78.11639 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.