La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

07/10/2004 | FRANCE | N°00MA02081

§ | France, Cour administrative d'appel de Marseille, 1ere chambre - formation a 3, 07 octobre 2004, 00MA02081


Vu la requête, enregistrée le 15 septembre 2000, présentée pour Mme Michèle X, demeurant ..., par Me Danjard, avocat ; Mme X demande à la Cour :

1') d'annuler le jugement n° 98-998/98-999/98-1685 en date du 18 mai 2000 par lequel le Tribunal administratif de Nice a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté en date du 17 novembre 1997 par lequel le maire de la commune de Sainte Anastasie sur Issole a accordé un permis de construire à Mlle Y ;

2') d'annuler ledit arrêté ;

3') de lui allouer la somme de 10.000 F sur le fondement de l'article L.8-1

du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;

.....

Vu la requête, enregistrée le 15 septembre 2000, présentée pour Mme Michèle X, demeurant ..., par Me Danjard, avocat ; Mme X demande à la Cour :

1') d'annuler le jugement n° 98-998/98-999/98-1685 en date du 18 mai 2000 par lequel le Tribunal administratif de Nice a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté en date du 17 novembre 1997 par lequel le maire de la commune de Sainte Anastasie sur Issole a accordé un permis de construire à Mlle Y ;

2') d'annuler ledit arrêté ;

3') de lui allouer la somme de 10.000 F sur le fondement de l'article L.8-1 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;

...........................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de l'urbanisme ;

Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel en vigueur jusqu'au 31 décembre 2000, ensemble le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 23 septembre 2004 :

- le rapport de Mme Buccafurri, rapporteur ;

- les observations de Me Pontier substituant Me Abeille, pour la commune de Sainte Anastasie sur Issole

- et les conclusions de M. Cherrier, commissaire du gouvernement ;

Sur la recevabilité de la requête :

Considérant qu'aux termes de l'article L.600-3 du code de l'urbanisme alors en vigueur : En cas de déféré du préfet ou de recours contentieux à l'encontre d'un document d'urbanisme ou d'une décision relative à l'occupation ou l'utilisation du sol régie par le présent code, le préfet ou l'auteur du recours est tenu, à peine d'irrecevabilité, de notifier son recours à l'auteur de la décision et, s'il y a lieu, au titulaire de l'autorisation. Cette notification doit également être effectuée dans les mêmes conditions en cas de demande tendant à l'annulation ou la réformation d'une décision juridictionnelle concernant un document d'urbanisme ou une décision relative à l'occupation ou l'utilisation du sol... /La notification prévue au précédent alinéa doit intervenir par lettre recommandée avec accusé de réception, dans un délai de quinze jours francs à compter du dépôt du déféré ou du recours... ; qu'aux termes de l'article R.600-2 du même code alors applicable : La notification du recours à l'auteur de la décision et, s'il y a lieu, au titulaire de l'autorisation, est réputée accomplie à la date d'envoi de la lettre recommandée avec accusé réception. Cette date est établie par le certificat de dépôt de la lettre recommandée auprès des services postaux. ;

Considérant, qu'invitée par les services du greffe de la Cour le 29 septembre 2000, à produire, les justificatifs postaux de notification au maire de la commune de Sainte Anastasie sur Issole et à Mme Y de sa requête tendant à l'annulation du jugement susvisé en date du 18 mai 2000 par lequel le Tribunal administratif de Nice a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté en date du 17 novembre 1997 par lequel le maire de la commune de Sainte Anastasie sur Issole a accordé un permis de construire à Mlle Y, Mme X a versé au dossier les justificatifs réclamés ; qu'il ressort toutefois de l'examen de ces documents que la requête, enregistrée au greffe de la Cour le 15 septembre 2000, a été notifiée aux personnes concernées par un pli postal déposé auprès des services postaux le 5 octobre suivant, soit après l'expiration du délai de quinze jours francs courant de l'enregistrement de la requête d'appel ; que, par suite, la requête de Mme X, qui n'a pas été notifiée dans le délai imparti par les dispositions sus-rappelées, est irrecevable et ne peut, dès lors, qu'être rejetée ;

Sur l'application de l'article L.761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L.761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que la commune de Sainte Anastasie sur Issole ou Mlle Y, qui ne sont pas les parties perdantes dans la présente instance, soient condamnées à payer à Mme X une somme au titre des frais exposés par elle et non compris dans les dépens ;

Considérant que, dans les circonstances de l'espèce, il y a lieu de faire application des dispositions de l'article L.761-1 du code de justice administrative et de condamner Mme X à payer à Mlle Y et à la commune de Sainte Anastasie sur Issole, pour chacune d'entre elles, une somme de 500 euros au titre des frais exposés par elles et non compris dans les dépens ;

Sur les conclusions de Mlle Y aux fins de condamnation de Mme X au paiement d'une amende pour recours abusif :

Considérant qu'une telle condamnation relève des pouvoirs propres du juge ; que, par suite, ces conclusions sont irrecevables et doivent, dès lors, être rejetées ;

D E C I D E :

Article 1er : La requête de Mme Michèle X est rejetée.

Article 2 : Mme X est condamnée à payer à la commune de Sainte Anastasie sur Issole et à Mlle Y, pour chacune d'entre elles, la somme de 500 euros (cinq cents euros) sur le fondement des dispositions de l'article L.761-1 du code de justice administrative.

Article 3 : Les conclusions de Mlle Y sont rejetées.

Article 4 : Le présent arrêt sera notifié à Mme X, à la commune de Sainte Anastasie sur Issole à Mlle Y et au ministre de l'équipement, des transports, de l'aménagement du territoire, du tourisme et de la mer.

N° 00MA02081 2

alg


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Publications
RTFTélécharger au format RTF
Composition du Tribunal
Président : M. ROUSTAN
Rapporteur ?: Mme Isabelle BUCCAFURRI
Rapporteur public ?: M. CHERRIER
Avocat(s) : DANJARD

Origine de la décision
Formation : 1ere chambre - formation a 3
Date de la décision : 07/10/2004
Date de l'import : 02/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 00MA02081
Numéro NOR : CETATEXT000007587139 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.marseille;arret;2004-10-07;00ma02081 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.