Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Marseille, 2eme chambre - formation a 3, 14 septembre 2004, 00MA01305

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 00MA01305
Numéro NOR : CETATEXT000007586006 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.marseille;arret;2004-09-14;00ma01305 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la Cour administrative d'appel de Marseille le 19 juin 2000 sous le n° 00MA01305, présentée pour M. Jean-Claude X, demeurant ..., par Me TOURNEUR, avocat associé de la SCP CHIREZ-TOURNEUR-ZELMA-GERAUD TONELLOT-D'ASTE ;

M. X demande à la Cour :

1°/ d'annuler le jugement en date du 16 mai 2000 par lequel le Tribunal administratif de Nice a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du 13 mai 1998 de l'exclure du bénéfice du revenu de remplacement ;

2°/ d'ordonner que M. X soit rétabli dans ses droits aux allocations chômage ;

Classement CNIJ : 66-10-02

C

Il soutient que lors du contrôle il n'était pas derrière le comptoir du restaurant, mais sur le passage qui mène de la cuisine au petit salon ; que les premiers juges ont pris uniquement en compte les procès-verbaux des agents de l'administration du travail, alors que ces procès-verbaux ne font foi que jusqu'à preuve du contraire ; que le Tribunal administratif a méconnu les protestations de M. X, et la multiplicité des témoignages concordants ; que l'activité non rémunérée et occasionnelle n'est pas exclusive du droit à des allocations de chômage ; que M. X n'exerçait aucune fonction dans le cadre du restaurant de son fils ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code du travail ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 6 juillet 2004 :

- le rapport de M. ZIMMERMANN, premier conseiller ;

- et les conclusions de M. BOCQUET, premier conseiller ;

Considérant qu'en vertu de l'article L.351-17 du code du travail, le droit au revenu de remplacement institué à l'article L.351-1 du même code au bénéfice des travailleurs involontairement privés d'emploi s'éteint en cas de fraude ou de fausse déclaration ; qu'aux termes de l'article R.351-28 du même code : Sont exclues à titre temporaire ou définitif du revenu de remplacement mentionné par l'article L.351-1 les personnes qui : ...3 ont fait des déclarations inexactes ou présenté des attestations mensongères en vue de toucher indûment ledit revenu. ... ;

Considérant qu'il est constant que M. Jean-Claude X, qui bénéficiait depuis le 28 février 1994 de l'allocation unique dégressive, a procédé en août 1996 à l'entretien d'embauche de Mlle RIGUETTI dans le restaurant auberge le soleil tenu par son fils M. Eric X ; qu'il n'est pas contesté non plus que M. Jean-Claude X a signé le 3 septembre 1996, au nom de l'employeur, le contrat d'apprentissage de M. Laurent BARBIER ; qu'il était présent le 6 septembre 1996 dans les locaux du restaurant et y a accueilli les services de l'inspection du travail et de la gendarmerie venus là, à la suite d'une plainte déposée par Mlle RIGUETTI ; qu'ainsi il assumait au sein de l'entreprise gérée par son fils des fonctions de responsabilité excédant celles qui peuvent être exercées de façon occasionnelle dans le cadre de l'entraide familiale ; qu'il est constant que cette activité n'a pas été déclarée aux services de l'agence nationale pour l'emploi, comme les dispositions de l'article R.351-26-2 du code du travail lui en faisaient obligation ; que les attestations produites établissent seulement que M. Jean-Claude X ne remplissaient pas des fonctions d'accueil ou de service dans le restaurant mais ne sont pas de nature à remettre en cause les énonciations de procès-verbaux d'où il résulte qu'il s'occupait du recrutement et de la gestion du personnel ; qu'ainsi, à supposer même que M. Jean-Claude X n'ait pas été derrière le comptoir lors de l'entrée des fonctionnaires de l'inspection du travail, et quels qu'aient été les propos exacts tenus par M. X à cette occasion, le directeur départemental du travail et de l'emploi était fondé à prononcer l'exclusion de M. Jean-Claude X du bénéfice du revenu de remplacement à compter du 28 février 1994 ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. Jean-Claude X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Nice a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du 13 mars 1998 du directeur départemental du travail et de l'emploi, et à ce qu'il soit enjoint à l'administration de rétablir le versement à M. X du revenu de remplacement ;

DECIDE :

Article 1er : La requête susvisée de M. Jean-Claude X est rejetée.

Article 2 : Le présent arrêt sera notifié à M. X et au ministre de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale.

2

N° 00MA01305


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme LORANT
Rapporteur ?: M. Franck ZIMMERMANN
Rapporteur public ?: M. BOCQUET
Avocat(s) : SCP CHIREZ ET ASSOCIES

Origine de la décision

Formation : 2eme chambre - formation a 3
Date de la décision : 14/09/2004
Date de l'import : 02/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.