Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Lyon, 3ème chambre - formation à 3, 16 février 2010, 08LY01769

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 08LY01769
Numéro NOR : CETATEXT000021965882 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.lyon;arret;2010-02-16;08ly01769 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 30 juillet 2008, présentée pour l'ASSOCIATION CULTURELLLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON, dont le siège est 40, allée des Dames à TOURNON-SUR-RHONE (07300), représentée par son président en exercice ;

L'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0602346-0602383, en date du 15 mai 2008, par lequel le Tribunal administratif de Lyon a annulé la délibération du 9 février 2006 du conseil municipal de Tournon-sur-Rhône autorisant son maire à signer avec l'association culturelle arabo-islamique de Tournon-sur-Rhône un bail emphytéotique sur les parcelles cadastrées AS nos 242 et 243, pour un loyer annuel d'un euro ;

2°) de rejeter la demande présentée par la Fédération ardéchoise de libre pensée devant le Tribunal administratif de Lyon ;

3°) de mettre à la charge de la Fédération ardéchoise de libre pensée une somme de 2 000 euros en application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

L'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON soutient que la délibération du conseil municipal de TOURNON du 10 juillet 2003 a décidé l'acquisition des parcelles concernées dans le but de les mettre à la disposition de l'association arabo-islamique dont le projet architectural ne se contentait pas de la création d'un lieu de culte, mais d'un lieu ouvert à tous : son projet relève de l'intérêt général, contrairement à ce qu'a jugé je tribunal et l'article 2 de la loi du 9 décembre 1905 ne fait pas obstacle à ce qu'elle puisse bénéficier d'une subvention de la part d'un organisme public ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 6 avril 2009, et le mémoire rectificatif, enregistré le 7 avril 2009 présentés pour la Fédération ardéchoise et drômoise de la libre pensée qui conclut au rejet de la requête et à ce que la somme de 800 euros soit mise à la charge respective de l'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON et de la commune de TOURNON-SUR-RHONE, en application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Elle soutient que :

- la requête de l'association n'est pas recevable dès lors que ses statuts ne prévoient aucune action en justice ;

- dès lors que l'objet de la délibération est exclusivement cultuel, que le terrain mis à disposition de l'association est destiné à la création d'un lieu de culte et que la mise à disposition du terrain est gratuite, cette délibération méconnait la loi du 9 décembre 1905 ;

- les dispositions de l'article L. 1311-2 du code général des collectivités territoriales ne sont pas applicables en l'espèce ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 15 juin 2009, présenté par la commune de TOURNON-SUR-RHONE qui conclut à ce qu'il n'y ait plus lieu à statuer sur la requête et à ce que la somme de 2 000 soit mise à la charge de la Fédération ardéchoise et drômoise de la libre pensée ;

Elle soutient que, dès lors que par délibération en date du 12 février 2009, son conseil municipal a décidé de céder la parcelle de terrain cadastrée section AS n° 243 à l'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE, la requête n'a plus lieu d'être ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 29 octobre 2009, présenté pour la Fédération ardéchoise et drômoise de la libre pensée qui conclut en outre à ce que la somme devant être mise à la charge de l'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE en application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative soit portée à 1 500 euros, et celle devant être mise à la charge de la commune de Tournon, en application de ces mêmes dispositions, soit portée à 1 000 euros ;

Elle soutient en outre que la commune ne produisant aucune délibération retirant la délibération du 9 février 2006, annulée par le tribunal, la procédure d'appel a lieu d'être ; de plus, l'association n'a pas renoncé à son appel ;

Vu les ordonnances en date du 1er octobre 2009 et du 6 novembre 2009, par lesquelles, en application de l'article R. 613-1 du code de justice administrative, le président de la troisième chambre de la Cour a fixé la clôture de l'instruction au 30 octobre 2009 et l'a reportée au 1er décembre 2009 ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Eglises et de l'Etat ;

Vu le code général des collectivités territoriales ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 26 janvier 2010 :

- le rapport de Mme Pelletier, premier conseiller ;

- les observations de Me Sonier, représentant l'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON ;

- et les conclusions de Mme Schmerber, rapporteur public ;

La parole ayant été à nouveau donnée à la partie présente ;

Considérant que, par la présente requête, l'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON demande à la Cour d'annuler le jugement en date du 15 mai 2008 par lequel le Tribunal administratif de Lyon a annulé la délibération du 9 février 2006 du conseil municipal de Tournon-sur-Rhône autorisant son maire à signer avec elle un bail emphytéotique sur les parcelles cadastrées AS nos 242 et 243, pour un loyer annuel d'un euro ;

Sur les conclusions à fin de non lieu à statuer présentées par la commune de TOURNON-SUR-RHONE :

Considérant que si la commune de TOURNON-SUR-RHONE fait valoir que par une délibération en date du 12 février 2009, son conseil municipal a décidé de céder à l'ASSOCIATION ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON la parcelle cadastrée section AS n° 243, et que cette cession a été reçue par acte notarié du 23 février 2009, il ressort des pièces versées au dossier que la délibération du 9 février 2006 annulée par le Tribunal administratif de Lyon concernait également la parcelle cadastrée AS n°242 ; que la commune de TOURNON-SUR-RHONE n'allègue pas avoir procédé au retrait de la délibération du 9 février 2006 précitée ; que, par suite, les conclusions de l'ASSOCIATION ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON dirigées contre le jugement du Tribunal administratif de Lyon du 15 mai 2008 qui annule la délibération du 9 février 2006 du conseil municipal de TOURNON-SUR-RHONE ne sont pas devenues sans objet ; qu'il y a lieu en conséquence de rejeter les conclusions de non lieu à statuer susvisées ;

Sur la légalité de la délibération du 9 février 2006 :

Considérant qu'aux termes de l'article 2 de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l'Etat : La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte ; qu'il résulte de cette disposition que des collectivités publiques ne peuvent légalement accorder des subventions à des associations qui ont des activités cultuelles ;

Considérant que l'ASSOCIATION ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON fait valoir qu'elle a pour but la sensibilisation des parents pour l'éducation de l'enfant, la recherche d'un dialogue entre la communauté musulmane et française, l'organisation de débats avec les autres associations, ainsi que l'intégration à la communauté française ; qu'elle précise que la qualité de membre est ouverte à tous et que son projet de construire des bâtiments servant pour partie à l'exercice d'un culte et pour le reste à l'échange entre la population tournonaise relève bien de l'intérêt général ; que, toutefois, il ressort de la délibération attaquée que le conseil municipal de Tournon-sur-Rhône a autorisé son maire à signer avec l'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON un bail emphytéotique sur les parcelles cadastrées AS nos 242 et 243, pour un loyer annuel d'un euro en vue de permettre la réalisation d'un centre cultuel ; que l'article 2 des statuts de ladite association prévoit qu'elle a pour but la création d'un lieu de culte et que l'unique rapport d'activités produit le 16 avril 2004, n'évoque que le fonctionnement de la salle de prières ; qu'ainsi, la délibération attaquée spécifiquement destinée à l'exercice de l'activité cultuelle de l'association doit être regardée comme décidant une dépense relative à l'exercice d'un culte prise en méconnaissance de l'article 2 de la loi du 9 décembre 1905, et sans lien avec un intérêt général ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède et sans qu'il soit besoin de statuer sur la recevabilité de la requête que l'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Lyon a annulé la délibération du 9 février 2006 par laquelle le conseil municipal de Tournon-sur-Rhône a autorisé son maire à signer avec elle un bail emphytéotique sur les parcelles cadastrées AS nos 242 et 243, pour un loyer annuel d'un euro ;

Sur les conclusions tendant à l'application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant, d'une part, que ces dispositions font obstacle à ce que la Fédération ardéchoise et drômoise de la libre pensée, qui n'est pas la partie perdante dans la présente instance, soit condamnée à verser à l'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON et à la commune de TOURNON-SUR-RHONE les sommes qu'elles demandent au titre des frais exposés et non compris dans les dépens ; que, d'autre part, il y a lieu, en application de ces mêmes dispositions, de condamner l'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON et la commune de TOURNON-SUR-RHONE à verser à la Fédération ardéchoise et drômoise de la libre pensée respectivement une somme de 800 euros au titre des frais de même nature exposés par cette dernière ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de l'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON est rejetée.

Article 2 : L'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON et la commune de TOURNON-SUR-RHONE verseront chacune une somme de 800 euros à la Fédération ardéchoise et drômoise de la libre pensée au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 3 : Le présent arrêt sera notifié à l'ASSOCIATION CULTURELLE ARABO-ISLAMIQUE DE TOURNON, à la Fédération ardéchoise et drômoise de la libre pensée et à la commune de TOURNON-SUR-RHONE.

Délibéré après l'audience du 26 janvier 2010 à laquelle siégeaient :

M. Fontanelle, président de chambre,

M. Givord, président-assesseur,

Mme Pelletier, premier conseiller.

Lu en audience publique, le 16 février 2010.

''

''

''

''

1

2

N° 08LY01769


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. FONTANELLE
Rapporteur ?: Mme Pascale PELLETIER
Rapporteur public ?: Mme SCHMERBER
Avocat(s) : ASTREE JURIS AVOCATS

Origine de la décision

Formation : 3ème chambre - formation à 3
Date de la décision : 16/02/2010
Date de l'import : 02/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.