Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7ème - 2ème chambres réunies, 04 mars 2021, 438372

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 438372
Numéro NOR : CETATEXT000043296854 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2021-03-04;438372 ?

Texte :

Vu la procédure suivante :

M. B... A... a demandé au tribunal administratif de Marseille d'enjoindre à l'administration d'exécuter le jugement n° 1404510 du 9 janvier 2017 par lequel ce tribunal a annulé la décision du 19 mai 2014 du ministre de la défense l'admettant d'office à faire valoir ses droits à la retraite et le radiant des contrôles à compter du 1er juillet 2014. Par un jugement n° 1803108 du 5 juillet 2018, le tribunal administratif de Marseille a rejeté sa demande.

Par un arrêt n° 18MA04029 du 6 décembre 2019, la cour administrative d'appel de Marseille a, sur appel de M. Hermand, enjoint à la ministre des armées de prendre une décision procédant à la réintégration juridique de cet agent à compter du 1er juillet 2014, annulé dans cette mesure le jugement du tribunal administratif et rejeté le surplus de sa requête.

Par un pourvoi, enregistré le 7 février 2020 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, la ministre des armées demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler cet arrêt en tant qu'il a fait droit à la requête de M. Hermand ;

2°) de rejeter dans cette mesure l'appel de M. Hermand.

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative et le décret n° 2020 1406 du 18 novembre 2020 ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. François Lelièvre, maître des requêtes,

- les conclusions de M. Marc Pichon de Vendeuil, rapporteur public ;

Considérant ce qui suit :

1. Il ressort des énonciations de l'arrêt attaqué que M. Hermand, ouvrier d'Etat, exerçait les fonctions de chef d'équipe cuisinier à l'hôpital d'instruction des armées Laveran à Marseille. Par une décision du 19 mai 2014, le ministre de la défense l'a admis d'office à faire valoir ses droits à la retraite au titre des travaux insalubres et l'a radié des contrôles à compter du 1er juillet 2014. Par un jugement, devenu définitif, du 9 janvier 2017, le tribunal administratif de Marseille a annulé cette décision. Par un jugement du 5 juillet 2018, le tribunal administratif de Marseille a rejeté la demande de M. Hermand tendant à l'exécution de ce jugement. La ministre des armées se pourvoit en cassation contre l'arrêt du 6 décembre 2019 de la cour administrative d'appel de Marseille en tant que la cour, sur appel de M. Hermand, lui a enjoint de prendre une décision procédant à la réintégration juridique de l'intéressé à compter du 1er juillet 2014 et annulé dans cette mesure le jugement du tribunal administratif de Marseille.

2. Aux termes de l'article L. 911-4 du code de justice administrative : " En cas d'inexécution d'un jugement ou d'un arrêt, la partie intéressée peut demander à la juridiction, une fois la décision rendue, d'en assurer l'exécution. / Si le jugement ou l'arrêt dont l'exécution est demandée n'a pas défini les mesures d'exécution, la juridiction saisie procède à cette définition. Elle peut fixer un délai d'exécution et prononcer une astreinte ".

3. Il ressort des énonciations non contestées de l'arrêt attaqué que l'administration a procédé à la réintégration effective de M. Hermand et a régularisé complètement sa situation administrative pour la période durant laquelle il a été écarté du service, en rétablissant notamment l'intéressé dans ses droits à pension. En jugeant néanmoins que l'annulation, par le jugement du 9 janvier 2017 du tribunal administratif de Marseille, de la décision du 19 mai 2014 impliquait aussi que la ministre des armées prenne " formellement " une " décision procédant à la réintégration juridique à compter du 1er juillet 2014 ", alors que l'intervention d'une décision formelle de " réintégration juridique " n'était pas nécessaire à l'exécution de ce jugement, la cour administrative d'appel a entaché son arrêt d'erreur de droit. La ministre des armées est ainsi fondée, dans cette mesure, à en demander l'annulation.

4. Il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de régler l'affaire au fond en application des dispositions de l'article L. 821-2 du code de justice administrative.

5. Il résulte de l'instruction que M. Hermand a été effectivement réintégré dans le service et que la ministre des armées a procédé à la reconstitution complète de sa carrière. Dans ces conditions, la ministre n'était pas tenue de prendre en outre une décision formelle de " réintégration juridique " de l'intéressé. M. Hermand n'est, par suite, pas fondé à soutenir que c'est à tort que par le jugement attaqué du 5 juillet 2018, le tribunal administratif de Marseille a rejeté cette demande.

6. Les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soient mises à la charge de l'Etat, qui n'est pas la partie perdante dans la présente instance, les sommes demandées par M. Hermand dans sa requête d'appel.

D E C I D E :

--------------

Article 1er : Les articles 1er, 2 et 3 de l'arrêt de la cour administrative d'appel de Marseille du 6 décembre 2019 sont annulés.

Article 2 : Les conclusions de la requête de M. Hermand tendant, d'une part, à ce qu'il soit enjoint à l'administration de prendre une décision formelle de réintégration juridique à compter du 1er juillet 2014 et, d'autre part, à ce qu'une somme soit mise à la charge de l'Etat au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à la ministre des armées et à M. Jean-Raymond Hermand.


Publications :

Proposition de citation: CE, 04 mars 2021, n° 438372
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. François Lelièvre
Rapporteur public ?: M. Marc Pichon de Vendeuil

Origine de la décision

Formation : 7ème - 2ème chambres réunies
Date de la décision : 04/03/2021
Date de l'import : 30/03/2021

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.