Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour de cassation, Chambre sociale, 19 décembre 2007, 06-45527

Imprimer

Sens de l'arrêt : Cassation partielle
Type d'affaire : Sociale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 06-45527
Numéro NOR : JURITEXT000017741202 ?
Numéro d'affaire : 06-45527
Numéro de décision : 50702638
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;2007-12-19;06.45527 ?

Texte :

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que M. X..., employé depuis 1977 par la société des fonderies d'Ussel en qualité d'opérateur auxiliaire, s'est trouvé en arrêt de travail pour maladie d'origine non professionnelle à compter du 18 septembre 2003 ; que, licencié le 28 juin 2005, il a saisi la juridiction prud'homale de diverses demandes ;

Sur le moyen unique, pris en sa première branche :

Vu les articles L. 122-14-2 du code du travail et 1134 du code civil ;

Attendu que, pour condamner la société au paiement d'une indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, l'arrêt retient qu'aux termes de la lettre de rupture, qui fixe les limites du débat, le licenciement est intervenu pour le motif suivant : "Vous êtes absent depuis le 18 septembre 2003 et vous nous avez confirmé qu'en l'état actuel, une reprise de travail n'était pas envisageable au poste d'opérateur auxiliaire auquel vous aviez été embauché. Compte tenu de la charge de travail de l'usine, nous sommes dans l'obligation de pourvoir à votre remplacement et, de ce fait, nous avons le regret de vous signifier votre licenciement" ; que si l'employeur peut licencier le salarié dont l'absence perturbe le fonctionnement de l'entreprise au point de rendre nécessaire son remplacement définitif, la lettre de licenciement doit faire référence à la perturbation apportée au fonctionnement de l'entreprise ; qu'en l'espèce, une telle mention n'apparaît pas dans la lettre de rupture ;

Qu'en statuant ainsi alors que la lettre de licenciement, qui invoquait la charge de travail de l'usine et mentionnait également les problèmes que posait l'absence du salarié à son poste de travail, ainsi que l'obligation pour l'employeur de pourvoir à son remplacement, contenait l'énoncé du motif exigé par la loi, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;
Et sur le moyen, pris en ses deuxième et troisième branches :

Vu les articles L. 122-14-3 et L.122-45 du code du travail ;

Attendu que, pour condamner la société au paiement d'une indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, l'arrêt retient en outre que l'employeur a attendu deux années pour remplacer le salarié et que l'absence de l'intéressé ne causait donc pas de perturbations dans le fonctionnement de l'entreprise ;

Qu'en se déterminant ainsi par des motifs inopérants, la cour d'appel a privé sa décision de base légale ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il soit nécessaire de statuer sur la quatrième branche du moyen :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu'il a condamné la société au paiement d'une indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, l'arrêt rendu le 19 septembre 2006, entre les parties, par la cour d'appel de Limoges ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Riom ;

Condamne M. X... aux dépens ;

Vu les articles 37 de la loi du 10 juillet 1991 et 700 du nouveau code de procédure civile, rejette les demandes ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt partiellement cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, chambre sociale, et prononcé par le président en son audience publique du dix-neuf décembre deux mille sept.

Références :

Décision attaquée : Cour d'appel de Limoges, 19 septembre 2006


Publications :

Proposition de citation: Cass. Soc., 19 décembre 2007, pourvoi n°06-45527

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Trédez (conseiller le plus ancien faisant fonction de président)
Avocat(s) : SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez

Origine de la décision

Formation : Chambre sociale
Date de la décision : 19/12/2007
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.