Facebook Twitter
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour de cassation, Chambre sociale, 09 juin 2004, 01-45463

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Sociale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 01-45463
Numéro NOR : JURITEXT000007482642 ?
Numéro d'affaire : 01-45463
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;2004-06-09;01.45463 ?

Texte :

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Sur le moyen unique :

Attendu que Mlle X... a été engagée par l'Association des oeuvres sociales du Saint-Ponais, en qualité de monitrice-éducatrice, suivant un contrat à durée indéterminée et à temps partiel en date du 21 septembre 1995 ; que, par lettre en date du 5 novembre 1996, Mlle X... a posé sa candidature pour un poste à temps complet laissé libre par le départ de M. Y..., éducateur spécialisé ; que l'employeur lui a notifié un refus ; que la salariée a saisi la juridiction prud'homale aux fins d'obtenir la requalification de son contrat de travail en contrat de travail à temps complet ainsi que le paiement de dommages-intérêts pour non-respect de la priorité d'emploi ;

Attendu que la salariée fait grief à l'arrêt attaqué (Montpellier, 21 juin 2000) d'avoir rejeté la demande de dommages-intérêts pour non-respect de la priorité d'emploi, alors, selon le moyen, qu'aux termes de l'article L. 212-4-5 du Code du travail, les salariés à temps partiel qui souhaitent occuper ou prendre un emploi à temps complet dans le même établissement ont priorité pour l'attribution d'un emploi ressortissant à leur catégorie professionnelle ou d'un emploi équivalent ; que la réunion des conditions prévues par ce texte s'apprécie à la date de la vacance et au regard de la qualification correspondant à l'emploi devenu disponible, et non de la qualification, si elle est supérieure, de son précédent titulaire ; qu'ainsi la cour d'appel, qui constatait que le poste libéré par le départ de M. Y... était un poste de moniteur-éducateur et que Mlle X... avait la qualification correspondant à ce poste, ne pouvait, peu important que M. Y... eut obtenu en 1995 un diplôme d'éducateur spécialisé, sans méconnaître les conséquences de ses propres constatations et violer l'article L. 212-4-5 du Code du travail, décider que la salariée ne remplissait pas les conditions prévues par ce texte ;

Mais attendu qu'aux termes de l'article L. 212-4-5 du Code du travail, dans sa rédaction antérieure à la loi 2000-37 du 19 janvier 2000, les salariés à temps partiel qui souhaitent occuper ou reprendre un emploi à temps complet et les salariés à temps complet qui souhaitent occuper ou reprendre un emploi à temps partiel dans le même établissement ou, à défaut, dans la même entreprise ont priorité pour l'attribution d'un emploi ressortissant à leur catégorie professionnelle ou d'un emploi équivalent ;

Et attendu qu'ayant relevé que le poste laissé vacant par M. Y..., s'il correspondait budgétairement à un emploi de moniteur-éducateur, avait été dans les faits transformé en un poste d'éducateur spécialisé et que Mlle X... n'était pas titulaire d'un tel diplôme, la cour d'appel a décidé à bon droit que celle-ci ne pouvait se prévaloir de la priorité d'emploi prévue par le texte susvisé ;

D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;

Condamne Mlle X... aux dépens ;

Vu l'article 700 du nouveau Code de procédure civile, rejette la demande de l'Association des oeuvres sociales du Saint-Ponais ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de Cassation, Chambre sociale, et prononcé par le président en son audience publique du neuf juin deux mille quatre.

Références :

Décision attaquée : Cour d'appel de Montpellier (chambre sociale), 21 juin 2000


Publications :

Proposition de citation: Cass. Soc., 09 juin 2004, pourvoi n°01-45463

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Président : M. FINANCE conseiller

Origine de la décision

Formation : Chambre sociale
Date de la décision : 09/06/2004
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones
Association des cours judiciaires suprêmes francophones
Accédez au site de l’AHJUCAF
Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours suprêmes judiciaires francophones,
Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.