Facebook Twitter
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour de cassation, Chambre civile 2, 27 mai 2004, 02-14111

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Civile

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 02-14111
Numéro NOR : JURITEXT000007471131 ?
Numéro d'affaire : 02-14111
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;2004-05-27;02.14111 ?

Texte :

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, DEUXIEME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

Sur le moyen unique, pris en sa première branche :

Attendu, selon l'arrêt confirmatif attaqué (Aix-en-Provence, 29 novembre 2001), que la société Etablissements Marc X... (la société EMV) a fait assigner devant le juge des référés d'un tribunal de grande instance la société Chantier naval de Beaulieu (la société CNB) afin d'obtenir, sous astreinte, le rétablissement de l'accès à une darse permettant de retirer et de remettre à l'eau des bateaux et l'usage sans entrave de celle-ci ;

Attendu que la société CNB fait grief à l'arrêt d'avoir accueilli cette demande, alors, selon le moyen, qu'elle faisait valoir dans ses conclusions d'appel que la darse litigeuse était un équipement qu'elle avait fait réaliser à ses frais et qu'elle mettait à la disposition de toute entreprise intéressée contre rétribution, la plupart des chantiers navals de la région ne possédant pas l'infrastructure et les équipements nécessaires pour assurer eux-mêmes les opérations de mise à l'eau des bateaux de leurs clients ; qu'elle en déduisait que le défaut d'usage libre et gratuit de la darse n'était pas de nature à compromettre l'exploitation du fonds de commerce de la société Etablissements Marc X... mais aurait seulement pour conséquence de rendre cette exploitation plus onéreuse ;

qu'en ne répondant pas à ce moyen, la cour d'appel a violé l'article 455 du nouveau Code de procédure civile ;

Mais attendu qu'après avoir relevé que les sociétés CNB et EMV étaient liées par deux conventions, l'une par laquelle la première avait sous-loué à la seconde des hangars équipés et agencés sur un terrain sis à Cogolin, l'autre aux termes de laquelle la société CNB s'était engagée à mettre à disposition de sa cocontractante des installations et du matériel dont elle n'avait pas l'utilisation complète, l'arrêt retient, par motifs propres et adoptés, que la résiliation de la convention de mise à disposition d'installations et de matériels laissait subsister la convention de sous-location qui devait être exécutée de bonne foi ; que la société CNB ne démontrait pas que l'utilisation de la darse était liée à la convention résiliée ; qu'elle retient encore que la darse constituait un accessoire immobilier indispensable aux bâtiments loués ; qu'elle a ainsi répondu aux conclusions visées par le moyen ;

D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

Et attendu qu'il n'y a pas lieu de statuer sur la seconde branche du moyen qui ne serait pas de nature à permettre l'admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;

Condamne la société Chantier naval de Beaulieu aux dépens ;

Vu l'article 700 du nouveau Code de procédure civile, rejette la demande de la société Etablissements Marc X... ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de Cassation, Deuxième chambre civile, et prononcé par le président en son audience publique du vingt-sept mai deux mille quatre.

Références :

Décision attaquée : Cour d'appel d'Aix-en-Provence (4e chambre civile A), 29 novembre 2001


Publications :

Proposition de citation: Cass. Civ. 2e, 27 mai 2004, pourvoi n°02-14111

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Président : M. ANCEL

Origine de la décision

Formation : Chambre civile 2
Date de la décision : 27/05/2004
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones
Association des cours judiciaires suprêmes francophones
Accédez au site de l’AHJUCAF
Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours suprêmes judiciaires francophones,
Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.