Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour de cassation, Chambre civile 1, 19 juillet 1989, 87-18514

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Civile

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 87-18514
Numéro NOR : JURITEXT000007090291 ?
Numéro d'affaire : 87-18514
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1989-07-19;87.18514 ?

Texte :

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, PREMIERE CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

Sur le pourvoi formé par la société à responsabilité GV CREATIONS, dont le siège social est à Marseille (Bouches-du-Rhône) ..., représentée par son gérant en exercice, demeurant en cette qualité audit siège,

en cassation d'un jugement rendu le 19 juin 1985 par le tribunal d'instance de Martigues, au profit de :

1°) Monsieur X... Paul ;

2°) Madame X... Paul, demeurant ensemble à La Redonne (Bouches-du-Rhône) Ensues, "Les Figuières", allée du Beau Rivage

défendeurs à la casstion ;

La demanderesse invoque à l'appui de son pourvoi, deux moyens de cassation annexés au présent arrêt ;

LA COUR, composée selon l'article L. 131-6, alinéa 2, du Code de l'organisation judiciaire, en l'audience publique du 20 juin 1989, où étaient présents : M. Ponsard, président ; Mme Crédeville, conseiller référendaire rapporteur ; M. Jouhaud, conseiller ; M. Dontenwille, avocat général ; Mlle Ydrac, greffier de chambre ;

Sur le rapport de Mme le conseiller référendaire Crédeville, les observations de Me Brouchot, avocat de la société GV Créations, de la SCP Martin-Martinière et Ricard, avocat des époux X..., les conclusions de M. Dontenwille, avocat général, et après en avoir délibéré conformément à la loi ;

Sur les deux moyens réunis tels qu'ils figurent au mémoire en-demande et sont reproduits en annexe :

Attendu, d'une part, que le tribunal qui a imputé l'acompte versé à la commande sur le prix des chaises qui ont été conservées et a prononcé la résolution de la vente conclue pour défaut de conformité de la chose vendue ne s'est pas contredit, ce défaut ne concernant que la table ;

Attendu, d'autre part, que la règle de l'article 1341 du code civillegifrance n'étant pas d'ordre public, le moyen qui en est tiré et qui n'a pas été invoqué devant les juges du fond ne peut être présenté pour la première fois devant la cour de cassation ;

Et attendu, enfin, que selon l'article 220 du code civillegifrance chacun des époux a pouvoir pour passer seul les contrats qui ont pour objet l'entretien du ménage ; toute dette ainsi contractée par l'un obligeant l'autre solidairement ; que les juges du fond qui ont prononcé une condamnation au profit des époux X... ont légalement justifié leur décision ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;

Condamne la société GV Créations, envers les époux X..., aux dépens et aux frais d'exécution du présent arrêt ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de Cassation, Première chambre civile, et prononcé à l'audience publique du dix neuf juillet mil neuf cent quatre vingt neuf, conformément à l'article 452 du nouveau Code de procédure civile.

Références :

Décision attaquée : Tribunal d'instance de Martigues, 19 juin 1985


Publications :

Proposition de citation: Cass. Civ. 1re, 19 juillet 1989, pourvoi n°87-18514

RTFTélécharger au format RTF

Origine de la décision

Formation : Chambre civile 1
Date de la décision : 19/07/1989
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.