La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

18/07/1968 | FRANCE | N°67-92399

§ | France, Cour de cassation, Chambre criminelle, 18 juillet 1968, 67-92399


CASSATION SUR LE POURVOI FORME PAR M LE PROCUREUR GENERAL PRES LA COUR D'APPEL D'ORLEANS CONTRE UN ARRET DE LADITE COUR, EN DATE DU 19 MAI 1967, QUI A RELAXE DESCREUX (JACQUES) DU CHEF D'EMISSION DE CHEQUE SANS PROVISION 18 JUILLET 1968 LA COUR, VU LE MEMOIRE DE M LE PROCUREUR GENERAL, ENSEMBLE L'ARTICLE 66 DU DECRET-LOI DU 30 OCTOBRE 1935;

ATTENDU QUE L'APPRECIATION DE LA BONNE FOI OU DE LA MAUVAISE FOI FAITE PAR LES JUGES DU FOND N'EST SOUVERAINE QU'AUTANT QU'ELLE N'EST PAS EN CONTRADICTION AVEC LE CARACTERE LEGAL DES FAITS PAR EUX CONSTATES;

ATTENDU QUE L'ARRET ATTAQUE CONSTAT

E QUE DESCREUX A EMIS LE 27 JUILLET 1966, SUR LA SOCIETE GE...

CASSATION SUR LE POURVOI FORME PAR M LE PROCUREUR GENERAL PRES LA COUR D'APPEL D'ORLEANS CONTRE UN ARRET DE LADITE COUR, EN DATE DU 19 MAI 1967, QUI A RELAXE DESCREUX (JACQUES) DU CHEF D'EMISSION DE CHEQUE SANS PROVISION 18 JUILLET 1968 LA COUR, VU LE MEMOIRE DE M LE PROCUREUR GENERAL, ENSEMBLE L'ARTICLE 66 DU DECRET-LOI DU 30 OCTOBRE 1935;

ATTENDU QUE L'APPRECIATION DE LA BONNE FOI OU DE LA MAUVAISE FOI FAITE PAR LES JUGES DU FOND N'EST SOUVERAINE QU'AUTANT QU'ELLE N'EST PAS EN CONTRADICTION AVEC LE CARACTERE LEGAL DES FAITS PAR EUX CONSTATES;

ATTENDU QUE L'ARRET ATTAQUE CONSTATE QUE DESCREUX A EMIS LE 27 JUILLET 1966, SUR LA SOCIETE GENERALE, A L'ORDRE DES ETABLISSEMENTS LOISEAU A TOURS, UN CHEQUE BANCAIRE DE 135,20 FRANCS QUI S'EST AVERE SANS PROVISION;

QUE LE PREVENU SOUTIENT QUE LA SOCIETE GENERALE, AGENCE D'ORLEANS, OU IL AVAIT SON COMPTE LUI CONSENTAIT DES DECOUVERTS ET QUE LE PAYEMENT N'A ETE REFUSE QU'EN RAISON DE L'IGNORANCE DE CETTE SITUATION DANS LAQUELLE SE TROUVAIT LE PREPOSE AUX VISAS DE CETTE AGENCE;

ATTENDU QUE CES CONSTATATIONS, DONT IL RESULTE QUE LE DEMANDEUR CONNAISSAIT LE DEFAUT DE PROVISION, CARACTERISENT DANS TOUS SES ELEMENTS LE DELIT D'EMISSION DE MAUVAISE FOI D'UN CHEQUE SANS PROVISION;

QU'EN EFFET, LA MAUVAISE FOI EN CETTE MATIERE CONSISTE DANS LA SIMPLE CONNAISSANCE QUE DOIT AVOIR LE TIREUR, LORS DE L'EMISSION, DU DEFAUT, DE L'INSUFFISANCE OU DE L'INDISPONIBILITE DE LA PROVISION, ET QU'EN CONSEQUENCE IL N'IMPORTE, COMME LE RETIENT A TORT L'ARRET ATTAQUE, QUE LE TIREUR, SACHANT SON COMPTE DEFICITAIRE, S'EN SOIT REMIS, POUR REGLER LE MONTANT DU CHEQUE, A LA BONNE VOLONTE HABITUELLE DE SON BANQUIER, ALORS QUE CELUI-CI NE S'EST ENGAGE A SON EGARD PAR AUCUNE CONVENTION ET DEMEURE DES LORS LIBRE D'ARRETER SES AVANCES A DECOUVERT SANS PREAVIS;

QU'AINSI LA COUR D'APPEL N'A PU, SANS VIOLER LES TEXTES SUSVISES, RELAXER LE PREVENU PAR LE MOTIF QU'IL AVAIT AGI DE BONNE FOI;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE L'ARRET DE LA COUR D'APPEL D'ORLEANS, EN DATE DU 19 MAI 1967, ET POUR ETRE STATUE A NOUVEAU CONFORMEMENT A LA LOI;

RENVOIE LA CAUSE ET LES PARTIES DEVANT LA COUR D'APPEL DE BOURGES PRESIDENT : M COMTE RAPPORTEUR : M BAURES AVOCAT GENERAL : M BARC


Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Criminelle

Analyses

CHEQUE - Emission sans provision - Mauvaise foi - Facilité de crédit consentie par une banque.

CHEQUE - Emission sans provision - Provision - Définition - Facilités de crédit consenties par une banque (non).

Lorsque les juges du fond constatent que le prévenu a émis un chèque sachant qu'il ne disposait pas de provision suffisante, ils ne peuvent sans se contreidre relaxer ce prévenu par le motif qu'il avait agi de bonne foi. Il n'importe en effet que le tireur s'en soit remis à la bonne volonté habituelle de son banquier pour régler ses chèques, alors que celui-ci ne s'était engagé à son égard par aucune convention (1).


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Crim., 18 juillet 1968, pourvoi n°67-92399, Bull. crim. N. 229
Publié au bulletin des arrêts de la chambre criminelle N. 229
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre criminelle
Date de la décision : 18/07/1968
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 67-92399
Numéro NOR : JURITEXT000007058440 ?
Numéro d'affaire : 67-92399
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1968-07-18;67.92399 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.