La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

13/06/1968 | FRANCE | N°68-91262

§ | France, Cour de cassation, Chambre criminelle, 13 juin 1968, 68-91262


REJET DU POURVOI FORME PAR MOUCLIER (SERGE), INCULPE DE BANQUEROUTE, EMISSION DE CHEQUES SANS PROVISION, ABUS DE CONFIANCE, ESCROQUERIE ET INFRACTIONS AUX LOIS SUR LES SOCIETES, CONTRE UN ARRET DE LA CHAMBRE D'ACCUSATION DE LA COUR D'APPEL DE TOULOUSE, EN DATE DU 2 AVRIL 1968, QUI A CONFIRME DEUX ORDONNANCES DU JUGE D'INSTRUCTION, LA PREMIERE, EN DATE DU 24 FEVRIER 1968, REJETANT LA DEMANDE DE CONTRE-EXPERTISE DE L'INCULPE, LA SECONDE, EN DATE DU 4 MARS 1968, REJETANT UNE DEMANDE DE MISE EN LIBERTE PROVISOIRE LA COUR, VU L'ORDONNANCE DU PRESIDENT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATIO

N, EN DATE DU 23 AVRIL 1968, DECLARANT LE POURV...

REJET DU POURVOI FORME PAR MOUCLIER (SERGE), INCULPE DE BANQUEROUTE, EMISSION DE CHEQUES SANS PROVISION, ABUS DE CONFIANCE, ESCROQUERIE ET INFRACTIONS AUX LOIS SUR LES SOCIETES, CONTRE UN ARRET DE LA CHAMBRE D'ACCUSATION DE LA COUR D'APPEL DE TOULOUSE, EN DATE DU 2 AVRIL 1968, QUI A CONFIRME DEUX ORDONNANCES DU JUGE D'INSTRUCTION, LA PREMIERE, EN DATE DU 24 FEVRIER 1968, REJETANT LA DEMANDE DE CONTRE-EXPERTISE DE L'INCULPE, LA SECONDE, EN DATE DU 4 MARS 1968, REJETANT UNE DEMANDE DE MISE EN LIBERTE PROVISOIRE LA COUR, VU L'ORDONNANCE DU PRESIDENT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION, EN DATE DU 23 AVRIL 1968, DECLARANT LE POURVOI RECEVABLE;

VU LE MEMOIRE PRODUIT;

SUR LE

PREMIER MOYEN DE CASSATION :
PRIS DE LA VIOLATION ET FAUSSE APPLICATION DES ARTICLES 186, 137, 139 ET SUIVANTS, 141 DU CODE DE PROCEDURE PENALE ET 7 DE LA LOI DU 20 AVRIL 1810, DEFAUT DE MOTIFS ET MANQUE DE BASELEGALE, "EN CE QUE L'ARRET ATTAQUE A STATUE A LA FOIS SUR L'APPEL D'UNE ORDONNANCE DU JUGE D'INSTRUCTION QUI REJETAIT UNE DEMANDE DE CONTRE-EXPERTISE ET SUR L'APPEL D'UNE AUTRE ORDONNANCE DU JUGE QUI REJETAIT UNE DEMANDE DE MISE EN LIBERTE PROVISOIRE;

"ALORS QUE LA DEMANDE TENDANT A LA MISE EN LIBERTE PROVISOIRE CONSTITUE UNE DEMANDE PRINCIPALE INDEPENDANTE DE LA PREVENTION ET SUR LAQUELLE IL DEVAIT ETRE STATUE PAR UNE DECISION SEPAREE SANS QUE CETTE DECISION PUT EN MEME TEMPS APPRECIER L'OPPORTUNITE OU LA REGULARITE D'AUTRES ACTES DE L'INFORMATION DONT LA COUR D'APPEL NE POUVAIT CONNAITRE EN MEME TEMPS;

"ALORS D'AILLEURS QU'EN L'ESPECE, ET BIEN QU'IL EUT CRU DEVOIR ADMETTRE QUE L'INSTRUCTION ETAIT TERMINEE, LE JUGE D'INSTRUCTION N'ETAIT PAS DESSAISI ET ALORS ENFIN QUE LA SIMPLE ENONCIATION DE LA PRETENDUE GRAVITE DES FAITS OU ENCORE QUE LE DEMANDEUR SERAIT UN "REPRIS DE JUSTICE", CE QUI CONSTITUE AU SURPLUS UNE DESIGNATION INADMISSIBLE, NE SAURAIT MOTIVER LEGALEMENT LE REFUS D'UNE DEMANDE DE MISE EN LIBERTE ET LE REJET DES CONCLUSIONS PRISES A CETTE FIN, OU ETAIT EXPOSE QUE LE DEMANDEUR, DOMICILIE, OFFRAIT TOUTES GARANTIES DE REPRESENTATION";

ATTENDU QUE MOUCLIER, QUI FAIT L'OBJET D'UNE INFORMATION DES CHEFS DE BANQUEROUTE, EMISSION DE CHEQUES SANS PROVISION, ABUS DE CONFIANCE, ESCROQUERIE ET INFRACTIONS AUX LOIS SUR LES SOCIETES, A SAISI LE JUGE D'INSTRUCTION DE DEUX DEMANDES, L'UNE TENDANT A CE QU'IL SOIT ORDONNE UNE CONTRE-EXPERTISE, L'AUTRE RECLAMANT SA MISE EN LIBERTE PROVISOIRE;

QUE, PAR ORDONNANCE DES 24 FEVRIER ET 4 MARS 1968, CE MAGISTRAT A REJETE CES DEUX REQUETES;

QUE L'INCULPE A RELEVE APPEL DE CES DECISIONS;

ATTENDU QUE LA CHAMBRE D'ACCUSATION, APRES AVOIR JOINT LESDITS APPELS QUI "CONCERNAIENT UNE MEME PROCEDURE", A, PAR UN SEUL ARRET, CONFIRME LES DEUX ORDONNANCES;

ATTENDU QU'EN DECIDANT AINSI LA COUR N'A VIOLE AUCUN DES TEXTES VISES AU MOYEN;

QUE, D'UNE PART, EN EFFET, LA MESURE DE JONCTION ORDONNEE EST DE CELLES QUE LA LOI ABANDONNE A LA CONSCIENCE DES MAGISTRATS COMPOSANT LA JURIDICTION D'INSTRUCTION ET A L'ENCONTRE DESQUELLES AUCUN RECOURS N'EST RECEVABLE;

QUE, D'AILLEURS, AUCUNE DISPOSITION DE LOI N'INTERDIT A LA CHAMBRE D'ACCUSATION DE STATUER PAR UNE SEULE ET MEME DECISION LORSQU'ELLE EST, COMME EN L'ESPECE, SAISIE DE L'APPEL DE DEUX ORDONNANCES DU JUGE D'INSTRUCTION DANS UNE MEME PROCEDURE;

QUE, D'AUTRE PART, AUCUN PRINCIPE DE DROIT N'INTERDIT A LA CHAMBRE D'ACCUSATION, LORSQU'ELLE STATUE EN MATIERE DE DETENTION PREVENTIVE, DE PRENDRE EN CONSIDERATION, COMME ELLE L'A FAIT EN L'ESPECE, LES ELEMENTS MEMES DE LA PROCEDURE;

D'OU IL SUIT QUE LE MOYEN DOIT ETRE REJETE;

SUR LE

SECOND MOYEN DE CASSATION :
(SANS INTERET);

ET ATTENDU QUE L'ARRET EST REGULIER EN LA FORME;

REJETTE LE POURVOI PRESIDENT : M COMTE - RAPPORTEUR : M CENAC - AVOCAT GENERAL : M TOUREN - AVOCAT : M ROUSSEAU


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Criminelle

Analyses

1) CHAMBRE D'ACCUSATION - Procédure - Jonction de procédures - Appréciation souveraine.

JUGEMENTS ET ARRETS - Jonction de procédures - Appréciation souveraine.

La jonction de procédures est une mesure que la loi abandonne à la conscience des magistrats composant la juridiction d'instruction et à l'encontre de laquelle aucun recours n'est recevable (1). Aucune disposition de loi n'interdit à la Chambre d'accusation de statuer par une seule et même décision lorsqu'elle est saisie de l'appel de deux ordonnances du juge d'instruction dans une même procédure (2).

2) CHAMBRE D'ACCUSATION - Détention préventive - Liberté provisoire - Rejet - Eléments de fait - Appréciation souveraine.

DETENTION PREVENTIVE - Liberté provisoire - Rejet - Chambre d'accusation - Eléments de fait - Appréciation souveraine.

Aucune disposition de loi ni aucun principe de droit n'interdisent aux juges, quand ils statuent en matière de détention préventive, de prendre en considération les éléments mêmes de la procédure (3).


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Crim., 13 juin 1968, pourvoi n°68-91262, Bull. crim. N. 194
Publié au bulletin des arrêts de la chambre criminelle N. 194
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre criminelle
Date de la décision : 13/06/1968
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 68-91262
Numéro NOR : JURITEXT000007059184 ?
Numéro d'affaire : 68-91262
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1968-06-13;68.91262 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.