La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

22/11/1967 | FRANCE | N°67-92292

France | France, Cour de cassation, Chambre criminelle, 22 novembre 1967, 67-92292


REJET DES POURVOIS DE : 1° X... (PIERRE), 2° Y... (JULIEN), CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'ASSISES DES VOSGES, EN DATE DU 16 JUIN 1967, LES CONDAMNANT RESPECTIVEMENT A HUIT ANS ET CINQ ANS DE RECLUSION CRIMINELLE POUR VOLS QUALIFIES, VOLS ET INFRACTION A LA LEGISLATION SUR LES ARMES LA COUR, VU LA CONNEXITE, JOINT LES POURVOIS;

VU LES MEMOIRES PRODUITS;

SUR LE
PREMIER MOYEN DE CASSATION :
PROPOSE EN FAVEUR DE X... ET PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 281 ET SUIVANTS DU CODE DE PROCEDURE PENALE ET DES REGLES AFFERENTES A LA VALIDITE DES EXPLOITS, ENSEMBLE VIOLATION DE L'ARTICLE 7 DE

LA LOI DU 20 AVRIL 1810 POUR MANQUE DE BASE LEGALE, "EN CE Q...

REJET DES POURVOIS DE : 1° X... (PIERRE), 2° Y... (JULIEN), CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'ASSISES DES VOSGES, EN DATE DU 16 JUIN 1967, LES CONDAMNANT RESPECTIVEMENT A HUIT ANS ET CINQ ANS DE RECLUSION CRIMINELLE POUR VOLS QUALIFIES, VOLS ET INFRACTION A LA LEGISLATION SUR LES ARMES LA COUR, VU LA CONNEXITE, JOINT LES POURVOIS;

VU LES MEMOIRES PRODUITS;

SUR LE

PREMIER MOYEN DE CASSATION :
PROPOSE EN FAVEUR DE X... ET PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 281 ET SUIVANTS DU CODE DE PROCEDURE PENALE ET DES REGLES AFFERENTES A LA VALIDITE DES EXPLOITS, ENSEMBLE VIOLATION DE L'ARTICLE 7 DE LA LOI DU 20 AVRIL 1810 POUR MANQUE DE BASE LEGALE, "EN CE QUE LES NOTIFICATIONS EXIGEES PAR LES ARTICLES SUSVISES AVANT L'OUVERTURE DES DEBATS EN COUR D'ASSISES ET RELATIVES AUX JURES, A L'EXPERT ET AUX TEMOINS NE PORTENT PAS LA SIGNATURE DE L'HUISSIER INSTRUMENTEUR, MAIS DE SIMPLES INITIALES, ALORS QU'IL EST DE PRINCIPE CONSTANT QU'UN EXPLOIT QUEL QU'IL SOIT DOIT PORTER LA SIGNATURE DE L'HUISSIER INSTRUMENTEUR A PEINE DE NULLITE RADICALE";

ATTENDU QUE LA LISTE DES JURES DE SESSION, AINSI QUE CELLE DE L'EXPERT ET DES TEMOINS ONT ETE SIGNIFIEES A X... LE 9 JUIN 1967, SUIVANT EXPLOIT DE MICHEL Z..., HUISSIER DE JUSTICE A EPINAL;

QUE LE DEMANDEUR NE S'EST PAS INSCRIT EN FAUX CONTRE LA SIGNATURE QUI FIGURE AU BAS DE L'ORIGINAL DE CHACUN DE CES ACTES;

QU'IL NE SAURAIT ETRE ADMIS, EN CONSEQUENCE, A EN CONTESTER L'AUTHENTICITE;

D'OU IL SUIT QUE LE MOYEN N'EST PAS FONDE;

SUR LE

DEUXIEME MOYEN DE CASSATION :
PROPOSE EN FAVEUR DE X... ET PRIS DE LA VIOLATION DE L'ARTICLE 337 DU CODE DE PROCEDURE PENALE, ENSEMBLE VIOLATION DE L'ARTICLE 7 DE LA LOI DU 20 AVRIL 1810, POUR MANQUE DE BASE LEGALE, "EN CE QU'IL RESSORT DU PROCES-VERBAL DES DEBATS QUE LE CAPITAINE DE GENDARMERIE A... A ETE ENTENDU COMME TEMOIN SOUS LA FOI DU SERMENT MAIS SANS QU'IL AIT ETE DONNE AUX JURES L'AVERTISSEMENT PREVU PAR L'ARTICLE 337 ET QUE DES LORS CE TEMOIGNAGE EST ENTACHE DE NULLITE";

ATTENDU QUE LES DISPOSITIONS DE L'ARTICLE 337 DU CODE DE PROCEDURE PENALE NE SONT PAS PRESCRITES A PEINE DE NULLITE ET N'ONT PAS UN CARACTERE SUBSTANTIEL;

QUE, D'AILLEURS, IL NE RESULTE D'AUCUNE DES PIECES SOUMISES AU CONTROLE DE LA COUR DE CASSATION QUE LE TEMOIN VISE AU MOYEN ETAIT LA PERSONNE QUI AURAIT, AU SENS DE L'ARTICLE 337 PRECITE, PORTE LES FAITS POURSUIVIS A LA CONNAISSANCE DE LA JUSTICE;

QU'AINSI LE MOYEN N'EST PAS FONDE;

SUR LE

TROISIEME MOYEN DE CASSATION :
PROPOSE EN FAVEUR DE X... ET PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 266, 282, 288 ET SUIVANTS, 293 ET SUIVANTS DU CODE DE PROCEDURE PENALE, DE L'ARTICLE 7 DE LA LOI DU 20 AVRIL 1810, VIOLATION DES DROITS DE LA DEFENSE, DEFAUT DE MOTIFS ET MANQUE DE BASE LEGALE, "EN CE QU'IL RESULTE DU PROCES-VERBAL DE TIRAGE AU SORT DU JURY DE JUGEMENT QU'A ETE TIRE AU SORT POUR FAIRE PARTIE DE CE JURY LE SIEUR B... LEON OCTAVE, ALORS QU'AUCUN JURE DE CE NOM NE FIGURE SUR LA LISTE QUI A ETE NOTIFIEE A L'ACCUSE ET QUE L'ARRET ATTAQUE, TEL QUE LE REPRODUIT L'EXPEDITION FIGURANT AU DOSSIER TRANSMIS A LA COUR DE CASSATION, NE FAIT AUCUNEMENT MENTION D'UN JURE DE CE NOM, DE SORTE QUE CES MENTIONS CONTRADICTOIRES FONT NAITRE UN DOUTE SUR LA REGULARITE DE LA COMPOSITION DE LA COUR ET DU JURY ET QU'IL N'EST PAS DEMONTRE QUE LE JURE QUI A PRIS PART AU JUGEMENT AIT FIGURE SUR LA LISTE DES JURES NOTIFIES A L'ACCUSE";

ET, SUR LE MOYEN UNIQUE DE CASSATION PROPOSE EN FAVEUR DE Y... ET PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 240, 254, 259 ET SUIVANTS, 266, 282, 288, 289, 292, 293 ET SUIVANTS, 593 DU CODE DE PROCEDURE PENALE, VIOLATION DES DROITS DE LA DEFENSE, DEFAUT DE MOTIFS ET MANQUE DE BASE LEGALE, "EN CE QUE, IL RESSORT DU PROCES-VERBAL DE TIRAGE AU SORT DE JURES, DU PROCES-VERBAL DES DEBATS, AINSI QUE DE L'ARRET ATTAQUE, QU'A SIEGE ET PARTICIPE A L'ARRET EN QUALITE DE JURE DE JUGEMENT, UN SIEUR B... LEON, OCTAVE, LEQUEL NE FIGURAIT PAS SUR LA LISTE DES JURES DE SESSION SIGNIFIEE AUX ACCUSES, ET QUI N'AVAIT PAS ETE AJOUTE ULTERIEUREMENT PAR LES ARRETS AYANT MODIFIE LA COMPOSITION DE LA LISTE DE SESSION";

ATTENDU QUE SUR LA LISTE DES JURES DE SESSION FIGURE, SOUS LE NUMERO TREIZE, UN JURE TITULAIRE AINSI DESIGNE :

"B... LOUIS OCTAVE, NE LE 25 DECEMBRE 1897 A CHATILLON-SUR-SAONE, RETRAITE, DEMEURANT A CHATILLON-SUR-SAONE";

QUE LE PROCES-VERBAL DES OPERATIONS DE FORMATION DU JURY DE JUGEMENT RELATE QUE LE SEPTIEME JURE DONT LE NOM A ETE TIRE AU SORT EST :

"B... LEON OCTAVE, RETRAITE, DEMEURANT A CHATILLON-SUR-SAONE";

ATTENDU QU'EN L'ABSENCE DE TOUTE RECLAMATION FORMULEE PAR LES ACCUSES LORS DES OPERATIONS DE FORMATION DU JURY, IL Y A PRESOMPTION QUE LE SEPTIEME JURE AYANT PARTICIPE AU JUGEMENT DE LA CAUSE DES DEMANDEURS EST CELUI FIGURANT SOUS LE NUMERO TREIZE, SUR LA LISTE DE SESSION;

QU'IL SUIT DE LA QUE LE MOYEN NE SAURAIT ETRE ACCUEILLI;

ET ATTENDU QUE LA PROCEDURE EST REGULIERE ET QUE LES PEINES ONT ETE LEGALEMENT APPLIQUEES AUX FAITS DECLARES CONSTANTS PAR LA COUR ET LE JURY;

REJETTE LES POURVOIS PRESIDENT : M COMTE - RAPPORTEUR : M LEGRIS - AVOCAT GENERAL : M BOUCHERON - AVOCATS : MM LABBE ET NICOLAY


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Criminelle

Analyses

1) COUR D'ASSISES - Procédure antérieure aux débats - Signification à l'accusé - Liste des jurés - Exploit - Signature - Contestation.

COUR D'ASSISES - Procédure antérieure aux débats - Signification à l'accusé - Liste des experts - Exploit - Signature - Contestation - Liste des témoins - HUISSIER - Responsabilité - Nullité - Faits de l'huissier.

L'accusé qui ne s'est pas inscrit en faux contre la signature qui figure au bas de chacun des exploits portant signification de la liste des jurés, de celle des témoins et de celle des experts ne saurait être admis à en contester l'authenticité.

2) COUR D'ASSISES - Débats - Témoins - Dénonciateur - Avertissement à la Cour d'assises - Défaut - Nullité (non).

N'est pas prescrite à peine de nullité et n'a pas un caractère substantiel la disposition de l'article 337 du Code de procédure pénale d'après laquelle la Cour d'assises doit être avertie qu'un témoin est la personne qui a porté les faits poursuivis à la connaissance de la justice.

3) COUR D'ASSISES - Jury - Jury de jugement - Tirage au sort - Procès-verbal - Nom des jurés - Erreur sur un prénom.

La circonstance qu'un juré soit désigné dans la liste signifiée à l'accusé sous les noms de "Guériot Louis Octave" et dans le procès-verbal des opérations de formation du jury de jugement sous ceux de "B Léon Octave" n'est pas une cause de nullité lorsqu'il résulte des autres mentions concernant ce juré qu'il n'a pu y avoir de doute sur l'identité de celui-ci.


Références
Code de procédure pénale 337
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Crim., 22 novembre 1967, pourvoi n°67-92292, Bull. crim. N. 300
Publié au bulletin des arrêts de la chambre criminelle N. 300
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre criminelle
Date de la décision : 22/11/1967
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 67-92292
Numéro NOR : JURITEXT000007056923 ?
Numéro d'affaire : 67-92292
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1967-11-22;67.92292 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.