La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

08/05/1967 | FRANCE | N°66-92654

§ | France, Cour de cassation, Chambre criminelle, 08 mai 1967, 66-92654


CASSATION SUR LE POURVOI FORME PAR LES CONTRIBUTIONS INDIRECTES, CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'APPEL D'ORLEANS EN DATE DU 8 JUILLET 1966, LEQUEL ARRET A DECLARE LADITE ADMINISTRATION DECHUE DE SON ACTION CONTRE LA DAME X..., PREVENUE DE FRAUDES FISCALES LA COUR, VU LE MEMOIRE DEPOSE ;

SUR LE MOYEN UNIQUE DE CASSATION PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 182, 183 ET 184 DU CODE D'INSTRUCTION CRIMINELLE, 551 DU CODE DE PROCEDURE PENALE, 553 A, 1760, 1771, 1869 DU CODE GENERAL DES IMPOTS, 016 A 2, 016 A 4, 016 A 6, 016 A 7 DE L'ANNEXE II DU CODE GENERAL DES IMPOTS, 56 A BIS DE L'ANNEXE IV DU M

EME CODE, ENSEMBLE VIOLATION DE L'ARTICLE 7 DE LA LOI...

CASSATION SUR LE POURVOI FORME PAR LES CONTRIBUTIONS INDIRECTES, CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'APPEL D'ORLEANS EN DATE DU 8 JUILLET 1966, LEQUEL ARRET A DECLARE LADITE ADMINISTRATION DECHUE DE SON ACTION CONTRE LA DAME X..., PREVENUE DE FRAUDES FISCALES LA COUR, VU LE MEMOIRE DEPOSE ;

SUR LE MOYEN UNIQUE DE CASSATION PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 182, 183 ET 184 DU CODE D'INSTRUCTION CRIMINELLE, 551 DU CODE DE PROCEDURE PENALE, 553 A, 1760, 1771, 1869 DU CODE GENERAL DES IMPOTS, 016 A 2, 016 A 4, 016 A 6, 016 A 7 DE L'ANNEXE II DU CODE GENERAL DES IMPOTS, 56 A BIS DE L'ANNEXE IV DU MEME CODE, ENSEMBLE VIOLATION DE L'ARTICLE 7 DE LA LOI DU 20 AVRIL 1810, POUR INSUFFISANCE DE MOTIFS, MANQUE DE BASE LEGALE, "EN CE QUE L'ARRET ATTAQUE A DECLARE NULLE L'ASSIGNATION DELIVREE LE 30 JUIN 1959 ET A, PAR VOIE DE CONSEQUENCE, CONSTATE LA DECHEANCE DE L'ACTION FISCALE, AUX MOTIFS QUE L'EXPLOIT NE COMPORTAIT NI DATE D'AUDIENCE NI CONSTITUTION D'AVOUE, ALORS QUE, TANT SOUS L'EMPIRE DU CODE D'INSTRUCTION CRIMINELLE QUE SOUS CELUI DU CODE DE PROCEDURE PENALE, LES ASSIGNATIONS A COMPARAITRE APRES L'EXPIRATION DES DELAIS LEGAUX, ASSIGNATIONS DITES CONSERVATOIRES, ONT TOUJOURS ETE CONSIDEREES PAR LA COUR DE CASSATION COMME PARFAITEMENT REGULIERES ET INTERRUPTIVES DE LA DECHEANCE ANNALE EDICTEE A L'ARTICLE 1869 DU CODE GENERAL DES IMPOTS, A LAQUELLE ELLES SUBSTITUENT LA PRESCRIPTION TRIENNALE DE DROIT COMMUN, ALORS ENFIN QUE LA CONSTITUTION D'AVOUE EST PUREMENT FACULTATIVE DEVANT LA JURIDICTION CORRECTIONNELLE " ;

VU LES ARTICLES SUSVISES ;

ATTENDU QUE L'ARRET CONSTATE QUE LE 3 JUILLET 1957 LES GENDARMES DE SELLES-SUR-CHER ONT DRESSE UN PROCES-VERBAL A L'ENCONTRE DE LA DAME X... POUR MISE EN CIRCULATION D'UN VEHICULE IMPOSABLE SANS DECLARATION PREALABLE ET SANS PAYEMENT DES TAXES ;

QUE LE 30 JUIN 1958 L'ADMINISTRATION DES CONTRIBUTIONS INDIRECTES A FAIT DELIVRER ASSIGNATION A L'ENCONTRE DE LA SUSNOMMEE D'AVOIR A COMPARAITRE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE BLOIS POUR Y REPONDRE DES FAITS OBJETS DU PROCES-VERBAL SUS INDIQUE ET LE 19 MAI 1961 POUR LES MEMES FINS ;

QU'ENSUITE DE CETTE SECONDE ASSIGNATION LA DAME X... A ETE CONDAMNEE LE 27 SEPTEMBRE 1961 A DIVERSES PEINES D'AMENDE ET A DES CONFISCATIONS ;

ATTENDU QUE POUR FAIRE DROIT A L'EXCEPTION QUE LA DAME X... AVAIT SOULEVEE DEVANT LES PREMIERS JUGES ET QUE CEUX-CI AVAIENT REJETEE, L'ARRET ATTAQUE ENONCE QU'A DEFAUT DE TOUTE INDICATION D'AUDIENCE ET DE CONSTITUTION D'AVOUE "L'ASSIGNATION DELIVREE LE 30 JUIN 1958 NE PERMETTAIT PAS A LA DEFENDERESSE DE COMPARAITRE " ;

QU'IL S'EN SUIT QUE L'ADMINISTRATION N'ETAIT PAS A L'ABRI DE LA DECHEANCE EDICTEE PAR L'ARTICLE 1869 DU CODE GENERAL DES IMPOTS ;

DECHEANCE QUI S'EST TROUVEE ACQUISE LE 3 JUILLET 1958 DONC ANTERIEUREMENT A LA DELIVRANCE DE LA SECONDE ASSIGNATION LE 19 MAI 1961;

ATTENDU QU'EN L'ETAT DES CONSTATATIONS SUS RAPPELEES LA COUR D'APPEL A MECONNU LES TEXTES VISES AU MOYEN ;

ATTENDU, EN EFFET, QUE LA CITATION DELIVREE LE 30 JUIN 1958 A EU POUR OBJET ET POUR EFFET DE SOUSTRAIRE L'ADMINISTRATION POURSUIVANTE A LA DECHEANCE EDICTEE PAR L'ARTICLE 1869 DU CODE GENERAL DES IMPOTS ET DE SUBSTITUER AUX PRESCRIPTIONS DE CE TEXTE CELLES DE L'ARTICLE 8 DU CODE DE PROCEDURE PENALE ;

QU'IL N'IMPORTE QUE CETTE ASSIGNATION N'AIT PAS INDIQUE LE JOUR DE L'AUDIENCE, DES LORS QUE CETTE PRECISION A ETE APPORTEE PAR CELLE DU 19 MAI 1961 ET QU'AINSI LA PREVENUE A ETE A MEME D'ASSURER SA DEFENSE ;

QUE, D'AUTRE PART, LES CONTRIBUTIONS INDIRECTES N'ETAIENT POINT TENUES DE CONSTITUER AVOUE, LES INFRACTIONS ETANT POURSUIVIES AUX TERMES DE L'ARTICLE 1868 PAR LE DIRECTEUR DEPARTEMENTAL ;

D'OU IL SUIT QUE L'ARRET DOIT ETRE CENSURE DE CE CHEF ;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE, DANS TOUTES SES DISPOSITIONS L'ARRET DE LA COUR D'APPEL D'ORLEANS EN DATE DU 8 JUILLET 1966 ET, POUR ETRE STATUE A NOUVEAU, CONFORMEMENT A LA LOI, RENVOIE LA CAUSE ET LES PARTIES DEVANT LA COUR D'APPEL DE BOURGES PRESIDENT : M COMTE, CONSEILLER DOYEN FAISANT FONCTIONS - RAPPORTEUR : M MAZARD - AVOCAT GENERAL : M RELIQUET - AVOCAT : M JOLLY


Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Criminelle

Analyses

1) CONTRIBUTIONS INDIRECTES - Procédure - Action publique - Prescription - Interruption - Citation - Citation de la régie - Mention du jour de la comparution - Nécessité (non).

AVOUE - Représentation des parties - Contributions indirectes - Nécessité (non) - CONTRIBUTIONS INDIRECTES - Procédure - Citation - Enonciations - Indication précise du jour de la comparution - Instance - Directeur départemental - Pouvoirs - Juridiction correctionnelle - Comparution.

Aucun texte de loi n'exige que les assignations devant la juridiction correctionnelle contiennent l'indication précise du jour où doit avoir lieu la comparution. Dès lors est régulière et interrompt la prescription annale édictée par l'article 1869 du Code général des impôts, la citation délivrée à la requête des contributions indirectes et portant assignation à comparaître devant le Tribunal correctionnel après l'expiration du délai fixé par la loi et en tant que de besoin à toutes les audiences suivantes jusqu'à jugement définitif.

2) CONTRIBUTIONS INDIRECTES - Procédure - Instance - Administration - Ministère d'avoué (non).

Aux termes de l'article 1868 du Code général des impôts, le directeur départemental des contributions indirectes instruit et défère sur les instances qui sont portées devant les tribunaux. Le ministère d'avoué n'est pas requis pour les poursuites fiscales.


Références
CGI 1868
CGI 1869
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Crim., 08 mai 1967, pourvoi n°66-92654, Bull. crim. N. 151
Publié au bulletin des arrêts de la chambre criminelle N. 151
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre criminelle
Date de la décision : 08/05/1967
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 66-92654
Numéro NOR : JURITEXT000007059085 ?
Numéro d'affaire : 66-92654
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1967-05-08;66.92654 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.