La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

02/12/1966 | FRANCE | N°JURITEXT000006974880

§ | France, Cour de cassation, Chambre civile 2, 02 décembre 1966, JURITEXT000006974880


SUR LE MOYEN UNIQUE : ATTENDU QUE LE POURVOI FAIT GRIEF A L'ARRET ATTAQUE REPUTE CONTRADICTOIRE, QUI A CONFIRME UN JUGEMENT DEBOUTANT TIELIE D'UNE DEMANDE EN NULLITE DE SOUSCRIPTION D'ACTIONS, RESTITUTION DE SOMMES ET DOMMAGES-INTERETS, D'AVOIR RETENU QUE CET APPELANT, NON CONCLUANT, ETAIT CENSE N'AVOIR AUCUN MOYEN A SOULEVER CONTRE LA DECISION ENTREPRISE, ALORS QUE L'APPELANT AURAIT ETE CENSE AVOIR REPRIS SES CONCLUSIONS DE PREMIERE INSTANCE ET QUE LA COUR D'APPEL DEVAIT EXAMINER LE FOND EN VERTU DE L'EFFET DEVOLUTIF DE L'APPEL;

MAIS ATTENDU QUE, NON SEULEMENT LE SEUL ENONCE DU DEFAUT

DE MOYENS D'APPEL CONSTITUAIT UN MOTIF JUSTIFICATIF D...

SUR LE MOYEN UNIQUE : ATTENDU QUE LE POURVOI FAIT GRIEF A L'ARRET ATTAQUE REPUTE CONTRADICTOIRE, QUI A CONFIRME UN JUGEMENT DEBOUTANT TIELIE D'UNE DEMANDE EN NULLITE DE SOUSCRIPTION D'ACTIONS, RESTITUTION DE SOMMES ET DOMMAGES-INTERETS, D'AVOIR RETENU QUE CET APPELANT, NON CONCLUANT, ETAIT CENSE N'AVOIR AUCUN MOYEN A SOULEVER CONTRE LA DECISION ENTREPRISE, ALORS QUE L'APPELANT AURAIT ETE CENSE AVOIR REPRIS SES CONCLUSIONS DE PREMIERE INSTANCE ET QUE LA COUR D'APPEL DEVAIT EXAMINER LE FOND EN VERTU DE L'EFFET DEVOLUTIF DE L'APPEL;

MAIS ATTENDU QUE, NON SEULEMENT LE SEUL ENONCE DU DEFAUT DE MOYENS D'APPEL CONSTITUAIT UN MOTIF JUSTIFICATIF DE LA CONFIRMATION DU JUGEMENT, MAIS ENCORE QUE LA COUR D'APPEL A EXAMINE LE FOND EN RETENANT QU'IL N'APPARAISSAIT PAS QU'UNE DISPOSITION D'ORDRE PUBLIC AIT ETE VIOLEE PAR LE JUGEMENT ET A IMPLICITEMENT ADOPTE LES MOTIFS DES PREMIERS JUGES;

D'OU IL SUIT QUE LA COUR D'APPEL A, SANS ENCOURIR LES CRITIQUES DU POURVOI, LEGALEMENT JUSTIFIE SA DECISION;

PAR CES MOTIFS : REJETTE LE POURVOI FORME CONTRE L'ARRET RENDU LE 29 NOVEMBRE 1963 PAR LA COUR D'APPEL DE DOUAI. N° 65-10168 TIELIE C/ SOCIETE SMETTE FRERES. PRESIDENT : M VASSART, CONSEILLER DOYEN, FAISANT FONCTIONS - RAPPORTEUR : M LORGNIER - AVOCAT GENERAL : M SCHMELCK - AVOCAT : M DE GRANDMAISON. DANS LE MEME SENS : 27 MAI 1964, BULL 1964, II, N° 409 (2°), P 308.


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Civile

Analyses

APPEL - CONFIRMATION - ENONCE DU DEFAUT DE MOYENS D'APPEL - FORMULE SUFFISANTE.

LE SEUL ENONCE DU DEFAUT DE MOYENS D'APPEL CONSTITUE UN MOTIF JUSTIFICATIF DE LA CONFIRMATION DU JUGEMENT.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Civ. 2e, 02 décembre 1966, pourvoi n°JURITEXT000006974880, Bull. civ.N. 944
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N. 944
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre civile 2
Date de la décision : 02/12/1966
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006974880
Numéro NOR : JURITEXT000006974880 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1966-12-02;juritext000006974880 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.