La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

30/11/1966 | FRANCE | N°JURITEXT000006974287

§ | France, Cour de cassation, Chambre sociale, 30 novembre 1966, JURITEXT000006974287


SUR LE MOYEN UNIQUE : ATTENDU QU'IL EST FAIT GRIEF A L'ARRET ATTAQUE D'AVOIR DECLARE ASSUJETTIS A LA SECURITE SOCIALE LES SIX ETUDIANTS EN MEDECINE DE CINQUIEME OU DE SIXIEME ANNEE REMPLISSANT LES FONCTIONS D'INTERNES A L'HOPITAL DESBIEF, ETABLISSEMENT PRIVE, APPARTENANT A UNE ASSOCIATION SANS BUT LUCRATIF, AUX MOTIFS QUE PLACES SOUS L'AUTORITE DES MEDECINS DE L'ETABLISSEMENT, SOUMIS A LA DISCIPLINE DE L'HOPITAL, ET RECEVANT UNE RETRIBUTION EN CONTREPARTIE DE LEUR TRAVAIL, IL EXISTAIT UN LIEN DE SUBORDINATION, ALORS QUE LES CIRCONSTANCES AINSI RELEVEES NE PERMETTAIENT PAS DE DEDUIRE L'EXISTENC

E D'UN TEL LIEN ET QU'IL AVAIT ETE SOUTENU DANS...

SUR LE MOYEN UNIQUE : ATTENDU QU'IL EST FAIT GRIEF A L'ARRET ATTAQUE D'AVOIR DECLARE ASSUJETTIS A LA SECURITE SOCIALE LES SIX ETUDIANTS EN MEDECINE DE CINQUIEME OU DE SIXIEME ANNEE REMPLISSANT LES FONCTIONS D'INTERNES A L'HOPITAL DESBIEF, ETABLISSEMENT PRIVE, APPARTENANT A UNE ASSOCIATION SANS BUT LUCRATIF, AUX MOTIFS QUE PLACES SOUS L'AUTORITE DES MEDECINS DE L'ETABLISSEMENT, SOUMIS A LA DISCIPLINE DE L'HOPITAL, ET RECEVANT UNE RETRIBUTION EN CONTREPARTIE DE LEUR TRAVAIL, IL EXISTAIT UN LIEN DE SUBORDINATION, ALORS QUE LES CIRCONSTANCES AINSI RELEVEES NE PERMETTAIENT PAS DE DEDUIRE L'EXISTENCE D'UN TEL LIEN ET QU'IL AVAIT ETE SOUTENU DANS DES CONCLUSIONS LAISSEES SANS REPONSE QUE LES INTERNES SE TROUVAIENT SOUS LA DEPENDANCE DU MEDECIN UTILISANT LEURS SERVICES ET NON SOUS CELLE DE L'ADMINISTRATION HOSPITALIERE ELLE-MEME, QU'ILS N'ETAIENT ASSUJETTIS A AUCUN HORAIRE, QU'ILS ETAIENT LIBRES D'ABANDONNER LEURS FONCTIONS SANS PREAVIS, ET NE RECEVAIENT QU'UNE INDEMNITE NE PRESENTANT PAS LE CARACTERE D'UN SALAIRE;

MAIS ATTENDU QUE LES JUGES DU FOND ONT RELEVE QUE LES INTERNES ETAIENT SOUMIS A LA DISCIPLINE DE L'ETABLISSEMENT, ASTREINTS A UNE CERTAINE ASSIDUITE ET TENUS D'ASSISTER LE MEDECIN AUQUEL ILS ETAIENT ATTACHES AINSI QUE DE FOURNIR UN SERVICE DE GARDE, ENVIRON QUATRE HEURES PAR JOUR, OUTRE UNE NUIT A TOUR DE ROLE;

QUE L'HOPITAL QUI LES DESIGNAIT SUR PROPOSITIONS DES MEDECINS AVAIT LE POUVOIR DE PRENDRE A LEUR ENCONTRE DES SANCTIONS;

QU'ENFIN LEUR REMUNERATION, BIEN QUE MODIQUE, ETAIT SUPERIEURE AU SMIG, SUFFISANTE POUR LEUR PERMETTRE DE VIVRE D'UNE MANIERE INDEPENDANTE, ET LEUR ETAIT ALLOUEE FORFAITAIREMENT EN CONTREPARTIE DU TRAVAIL ET DE LA PRESENCE EXIGEE D'EUX;

QU'EN EN DEDUISANT QU'IL EXISTAIT ENTRE L'HOPITAL ET LES INTERNES UN LIEN DE SUBORDINATION ET QUE CES DERNIERS ETAIENT ASSUJETTIS A LA SECURITE SOCIALE, LA COUR D'APPEL, A LEGALEMENT JUSTIFIE SA DECISION;

PAR CES MOTIFS : REJETTE LE POURVOI FORME CONTRE L'ARRET RENDU LE 22 OCTOBRE 1964 PAR LA COUR D'APPEL D'AIX-EN-PROVENCE N° 65-10 089 L'HOPITAL DESBIEF C/ UNION POUR LE RECOUVREMENT DES COTISATIONS DE SECURITE SOCIALE ET D'ALLOCATIONS FAMILIALES DES BOUCHES-DU-RHONE ET AUTRE PRESIDENT : M VIGNERON - RAPPORTEUR : M LAROQUE - AVOCAT GENERAL : M ORVAIN - AVOCATS : MM FORTUNET, RAVEL ET DESACHE A RAPPROCHER : 12 MARS 1954, BULL 1954, II, N° 113, P 80


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Sociale

Analyses

SECURITE SOCIALE - ASSUJETTIS - INTERNE D'UN HOPITAL PRIVE.

EST LEGALEMENT JUSTIFIE L'ARRET QUI, POUR ADMETTRE L'ASSUJETTISSEMENT A LA SECURITE SOCIALE D'ETUDIANTS EN MEDECINE REMPLISSANT LES FONCTIONS D'INTERNE DANS UN HOPITAL PRIVE, RELEVE QUE LES INTERESSES SONT SOUMIS A LA DISCIPLINE DE L'ETABLISSEMENT, ASTREINTS A UNE CERTAINE ASSIDUITE ET TENUS D'ASSISTER LE MEDECIN AUQUEL ILS SONT ATTACHES AINSI QUE DE FOURNIR UN SERVICE DE GARDE, QUE L'HOPITAL QUI LES DESIGNE SUR PROPOSITION DES MEDECINS A LE POUVOIR DE PRENDRE DES SANCTIONS A LEUR ENCONTRE ET QU'EN CONTREPARTIE DU TRAVAIL ET DE LA PRESENCE EXIGEE D'EUX, ILS PERCOIVENT UNE REMUNERATION QUI, BIEN QUE MODIQUE, EST SUPERIEURE AU S.M.I.G.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Soc., 30 novembre 1966, pourvoi n°JURITEXT000006974287, Bull. civ.N. 911
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N. 911
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre sociale
Date de la décision : 30/11/1966
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006974287
Numéro NOR : JURITEXT000006974287 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1966-11-30;juritext000006974287 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.