La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

18/05/1966 | FRANCE | N°JURITEXT000006973845

France | France, Cour de cassation, Chambre civile 2, 18 mai 1966, JURITEXT000006973845


SUR LE PREMIER MOYEN : ATTENDU QUE, SELON LES ENONCIATIONS DU JUGEMENT ATTAQUE, UNE COLLISION SE PRODUISIT, A UN CARREFOUR SITUE DANS UNE AGGLOMERATION, ENTRE UNE MOTOCYCLETTE MONTEE PAR LE GENDARME JOUREAU ET LA VOITURE AUTOMOBILE DE L'ABBE DE Y..., CONDUITE PAR DEMOISELLE X..., QUI ARRIVAIT A SA DROITE;

QUE LES DEUX VEHICULES FURENT ENDOMMAGES;

QUE Y... ET LA MUTUELLE "SAINT-CHRISTOPHE", SON ASSUREUR, ONT FAIT OPPOSITION A L'ETAT EXECUTOIRE DELIVRE PAR LE MINISTRE DES ARMEES, POUR LE MONTANT DES DEGATS SUBIS, PAR LA MOTOCYCLETTE;

QUE Y... A LUI-MEME ASSIGNE L'AGENT JUDIC

IAIRE DU TRESOR, POUR OBTENIR DE L'ETAT REPARATION DE SON PROPRE ...

SUR LE PREMIER MOYEN : ATTENDU QUE, SELON LES ENONCIATIONS DU JUGEMENT ATTAQUE, UNE COLLISION SE PRODUISIT, A UN CARREFOUR SITUE DANS UNE AGGLOMERATION, ENTRE UNE MOTOCYCLETTE MONTEE PAR LE GENDARME JOUREAU ET LA VOITURE AUTOMOBILE DE L'ABBE DE Y..., CONDUITE PAR DEMOISELLE X..., QUI ARRIVAIT A SA DROITE;

QUE LES DEUX VEHICULES FURENT ENDOMMAGES;

QUE Y... ET LA MUTUELLE "SAINT-CHRISTOPHE", SON ASSUREUR, ONT FAIT OPPOSITION A L'ETAT EXECUTOIRE DELIVRE PAR LE MINISTRE DES ARMEES, POUR LE MONTANT DES DEGATS SUBIS, PAR LA MOTOCYCLETTE;

QUE Y... A LUI-MEME ASSIGNE L'AGENT JUDICIAIRE DU TRESOR, POUR OBTENIR DE L'ETAT REPARATION DE SON PROPRE DOMMAGE;

ATTENDU QU'IL EST REPROCHE AU JUGEMENT D'AVOIR DECLARE Y... RESPONSABLE DU DOMMAGE SUR LA BASE DE L'ARTICLE 1384 ALINEA 1 DU CODE CIVIL, ALORS QU'AYANT PRETE SA VOITURE A DEMOISELLE X..., IL EN AVAIT TRANSFERE LA GARDE A CETTE DERNIERE, QUI NE POUVAIT ETRE CONSIDEREE COMME SON PREPOSE;

MAIS ATTENDU QUE CE MOYEN N'A PAS ETE SOUMIS AU JUGE DU FOND;

QUE MELANGE DE FAIT ET DE DROIT, IL EST NOUVEAU ET, PARTANT, IRRECEVABLE;

MAIS SUR LE SECOND MOYEN : VU L'ARTICLE R 25 DU DECRET DU 10 JUILLET 1954 ENSEMBLE L'ARTICLE 1384 ALINEA 1 DU CODE CIVIL;

ATTENDU QUE, SELON LE PREMIER DE CES TEXTES, LORSQUE DEUX CONDUCTEURS ABORDENT UNE INTERSECTION DE ROUTES PAR DES VOIES DIFFERENTES, LE CONDUCTEUR VENANT PAR LA GAUCHE EST TENU DE CEDER LE PASSAGE A L'AUTRE;

ATTENDU QUE, POUR METTRE A LA CHARGE DE L'AUTOMOBILISTE QUI VENAIT PAR LA DROITE, L'ENTIERE RESPONSABILITE DU DOMMAGE, LE JUGEMENT RELEVE QUE LA COLLISION ETAIT DUE, D'UNE PART, A LA MAUVAISE APPRECIATION PAR ELLE FAITE DE LA DISTANCE QUI SEPARAIT LA MOTOCYCLETTE DE SA VOITURE ET DU LAPS DE TEMPS QUE LE MOTOCYCLISTE DEVAIT METTRE POUR ATTEINDRE L'ENDROIT OU ELLE SE TROUVAIT, COMPTE TENU DE LA VITESSE A LAQUELLE IL ROULAIT, D'AUTRE PART, AU FAIT QU'AYANT APERCU LA VOITURE A L'ARRET A L'ENTREE DU CHEMIN, LE MOTOCYCLISTE POUVAIT LEGITIMEMENT PENSER QUE CE VEHICULE N'ALLAIT REPRENDRE SA MARCHE QU'APRES LE PASSAGE DE LA MOTOCYCLETTE;

ATTENDU, D'UNE PART, QUE L'EXERCICE DU DROIT DE PRIORITE NE SAURAIT, EN PRINCIPE, ETRE SUBORDONNE A LA PREVISION PAR SON BENEFICIAIRE DE LA VITESSE DE L'AUTRE VEHICULE;

ATTENDU, D'AUTRE PART, QUE LA CONSTATATION DE L'AUTRE FAUTE QU'AURAIT COMMISE L'AUTOMOBILISTE EN MARQUANT AU CARREFOUR UN TEMPS D'ARRET, NE POUVAIT AVOIR POUR EFFET DE LUI FAIRE PERDRE LE BENEFICE DE SON DROIT DE PRIORITE ET DES LORS, DE LUI FAIRE SUPPORTER L'ENTIERE RESPONSABILITE DU DOMMAGE;

D'OU IL SUIT QU'EN STATUANT COMME IL L'A FAIT, LE TRIBUNAL A FAUSSEMENT APPLIQUE ET DONC VIOLE, LES TEXTES SUSVISES;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE LE JUGEMENT RENDU ENTRE LES PARTIES PAR LE TRIBUNAL D'INSTANCE DE PARIS (1ER ARRONDISSEMENT) LE 1ER OCTOBRE 1964;

REMET, EN CONSEQUENCE, LA CAUSE ET LES PARTIES AU MEME ET SEMBLABLE ETAT OU ELLES ETAIENT AVANT LEDIT JUGEMENT ET, POUR ETRE FAIT DROIT, LES RENVOIE DEVANT LE TRIBUNAL D'INSTANCE DU DEUXIEME ARRONDISSEMENT DE PARIS. N° 65-11 871 JULLIEN DE Y... ET AUTRE C/ AGENT JUDICIAIRE DU TRESOR PUBLIC. PRESIDENT : M VASSART, CONSEILLER DOYEN, FAISANT FONCTIONS RAPPORTEUR : M BOURCELIN AVOCAT GENERAL : M SCHMELCK AVOCATS : MM ROQUES ET SOURDILLAT. A RAPPROCHER : SUR LE N° 1 : 23 JUILLET 1963, BULL 1963,II, N° 567 (2°), P 423. SUR LE N° 2 : 23 JANVIER 1963, BULL 1963, II, N° 73, P 56. SUR LE N° 3 : 19 OCTOBRE 1961, BULL 1961, II, N° 679, P 473;

9 NOVEMBRE 1961, BULL 1961, II, N° 737 (2°9, P 518.


Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Civile

Analyses

1 - CASSATION - MOYEN NOUVEAU - RESPONSABILITE CIVILE - CHOSES INANIMEES - ARTICLE 1384 DU CODE CIVIL - GARDIEN - GARDE - TRANSFERT.

1. MELANGE DE FAIT ET DE DROIT EST NOUVEAU ET PARTANT IRRECEVABLE LE MOYEN RELATIF AU TRANSFERT DE LA GARDE DE LA CHOSE CAUSE D'UN DOMMAGE, DES LORS QU'IL N'A PAS ETE SOUMIS AUX JUGES DU FOND.

2 - CODE DE LA ROUTE - PRIORITE - BENEFICIAIRE - OBLIGATION - EVALUATION DE LA VITESSE DU VEHICULE NON PRIORITAIRE.

2. L'EXERCICE DU DROIT DE PRIORITE NE SAURAIT ETRE SUBORDONNE A LA PREVISION PAR SON BENEFICIAIRE DE LA VITESSE DE L'AUTRE VEHICULE.

3 - RESPONSABILITE CIVILE - FAUTE - CIRCULATION ROUTIERE - PRIORITE - FAUTE DU BENEFICIAIRE - PARTAGE DE RESPONSABILITE - PRIORITAIRE MARQUANT UN TEMPS D'ARRET EN ARRIVANT AU CARREFOUR.

3. LA CONSTATATION DE LA FAUTE QU'AURAIT COMMISE UN AUTOMOBILISTE EN MARQUANT UN TEMPS D'ARRET A UN CARREFOUR NE PEUT AVOIR POUR EFFET DE LUI FAIRE PERDRE COMPLETEMENT LE BENEFICE DE SON DROIT DE PRIORITE.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Civ. 2e, 18 mai 1966, pourvoi n°JURITEXT000006973845, Bull. civ.N. 582
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N. 582
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre civile 2
Date de la décision : 18/05/1966
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006973845
Numéro NOR : JURITEXT000006973845 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1966-05-18;juritext000006973845 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.