La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

09/03/1966 | FRANCE | N°65-91796

§ | France, Cour de cassation, Chambre criminelle, 09 mars 1966, 65-91796


CASSATION SUR LE POURVOI FORME PAR X... (GERARD), CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'APPEL D'ANGERS DU 6 MAI 1965, QUI L'A CONDAMNE A 1000 FRANCS D'AMENDE ET A DES REPARATIONS CIVILES POUR N'AVOIR PAS EXECUTE DES TRAVAUX PRESCRITS PAR LE TRIBUNAL DE POLICE ET POUR INFRACTION A UN ARRETE PREFECTORAL PRIS EN APPLICATION DE LA LOI DU 19 DECEMBRE 1917, MODIFIEE, RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES. LA COUR, VU LES MEMOIRES PRODUITS, TANT EN DEMANDE QU'EN DEFENSE ;

SUR LE MOYEN UNIQUE DE CASSATION PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 1ER ET SUIVANTS, 32 DE LA LOI DU 19 DEC

EMBRE 1917, DE L'ARTICLE 5 DE LA LOI DU 2 AOUT 1961, ...

CASSATION SUR LE POURVOI FORME PAR X... (GERARD), CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'APPEL D'ANGERS DU 6 MAI 1965, QUI L'A CONDAMNE A 1000 FRANCS D'AMENDE ET A DES REPARATIONS CIVILES POUR N'AVOIR PAS EXECUTE DES TRAVAUX PRESCRITS PAR LE TRIBUNAL DE POLICE ET POUR INFRACTION A UN ARRETE PREFECTORAL PRIS EN APPLICATION DE LA LOI DU 19 DECEMBRE 1917, MODIFIEE, RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES. LA COUR, VU LES MEMOIRES PRODUITS, TANT EN DEMANDE QU'EN DEFENSE ;

SUR LE MOYEN UNIQUE DE CASSATION PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 1ER ET SUIVANTS, 32 DE LA LOI DU 19 DECEMBRE 1917, DE L'ARTICLE 5 DE LA LOI DU 2 AOUT 1961, DE L'ARTICLE 1ER DU DECRET DU 10 AOUT 1962, DE L'ARTICLE 466 DU CODE PENAL, DES ARTICLES 381 ET 521 DU CODE DE PROCEDURE PENALE, ET DE L'ARTICLE 7 DE LA LOI DU 20 AVRIL 1810, DEFAUT DE MOTIFS, CONTRADICTION ENTRE LES MOTIFS ET LE DISPOSITIF ET MANQUE DE BASE LEGALE, EN CE QUE L'ARRET ATTAQUE A DECIDE QUE LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL AVAIT ETE VALABLEMENT SAISI DES POURSUITES CONTRE LE DEMANDEUR ;

AU MOTIF QUE L'ARTICLE 32 DE LA LOI DU 19 DECEMBRE 1917 PREVOIT QU'EN CAS DE RECIDIVE, LE CONTREVENANT SERA POURSUIVI DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL ET SERA PASSIBLE D'AMENDES DONT LA TOTALITE TELLE QUE FIXEE PAR CE TEXTE EST SUPERIEURE AU TAUX DE COMPETENCE DU TRIBUNAL DE POLICE ;

QU'A BON DROIT LES PREMIERS JUGES ONT DECIDE QUE LES FAITS QUI ETAIENT REPROCHES AU PREVENU CONSTITUAIENT UN DELIT ;

ALORS D'UNE PART, QUE LE DISPOSITIF DU JUGEMENT CONFIRME EN APPEL DECLARE LE DEMANDEUR COUPABLE D'INFRACTION A UN ARRETE PREFECTORAL ;

QUE CETTE INFRACTION RELEVE NORMALEMENT DU TRIBUNAL DE POLICE ET CONSTITUE UNE CONTRAVENTION ;

QU'AINSI UNE INCERTITUDE DEMEURE SUR L'INFRACTION RETENUE A LA CHARGE DU DEMANDEUR ;

ET ALORS, D'AUTRE PART, QUE L'ARTICLE 32 DE LA LOI DU 19 DECEMBRE 1917 NE PREVOIT NULLEMENT LE CAS DE RECIDIVE, LAQUELLE N'ETAIT D'AILLEURS PAS VISEE DANS LA CITATION DELIVREE AU DEMANDEUR ;

QUE CE TEXTE D'INTERPRETATION STRICTE PREVOIT LE CAS OU UN INDUSTRIEL N'AURAIT PAS EXECUTE, DANS LE DELAI IMPARTI PAR UN JUGEMENT DE CONDAMNATION, LES TRAVAUX IMPOSES PAR LES ARRETES PREFECTORAUX AUXQUELS IL AURA ETE CONTREVENU ;

QU'EN L'ESPECE L'ARRETE PREFECTORAL DU 24 JUIN 1963 N'IMPOSAIT AUCUN TRAVAIL ET SE BORNAIT A REFUSER L'AUTORISATION RECLAMEE PAR LE DEMANDEUR ;

QUE CELUI-CI NE POUVAIT DONC ETRE EVENTUELLEMENT POURSUIVI QUE POUR INFRACTION A CET ARRETE DEVANT LE TRIBUNAL DE POLICE CONFORMEMENT A L'ARTICLE 1ER DU DECRET DU 10 AOUT 1962 ;

VU LESDITS ARTICLES ;

ATTENDU, D'UNE PART, QUE L'ARTICLE 32 DE LA LOI DU 19 DECEMBRE 1917, MODIFIEE PAR LA LOI DU 2 AOUT 1961 ET RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES, REPRIME LE FAIT DE NE PAS EXECUTER, DANS LES DELAIS FIXES PAR L'AUTORITE JUDICIAIRE, DES TRAVAUX IMPOSES PAR LES ARRETES PREFECTORAUX PRIS EN APPLICATION DE CETTE LOI ;

ATTENDU, D'AUTRE PART, QUE LES TRIBUNAUX CORRECTIONNELS NE PEUVENT STATUER LEGALEMENT QUE SUR LES FAITS RELEVES PAR L'ORDONNANCE OU PAR LA CITATION QUI LES A SAISIS ;

ATTENDU QUE LE DEMANDEUR A ETE CITE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL D'ANGERS SOUS LA PREVENTION D'AVOIR OMIS D'EXECUTER, DANS LE DELAI IMPARTI, DES TRAVAUX PRESCRITS PAR UN JUGEMENT DU TRIBUNAL DE POLICE D'ANGERS DU 15 MAI 1964, QUI L'AVAIT CONDAMNE POUR INFRACTION A UN ARRETE PREFECTORAL DU 24 JUIN 1963, LUI INTERDISANT D'EXPLOITER DANS UNE ZONE D'HABITATION SON ETABLISSEMENT CLASSE COMME INCOMMODE ;

ATTENDU QU'A TORT L'ARRET ATTAQUE A CONDAMNE X... POUR INFRACTION A L'ARTICLE 32 PRECITE DE LA LOI DU 19 DECEMBRE 1917, CE TEXTE NE VISANT POINT L'INEXECUTION DE TRAVAUX QUE L'AUTORITE JUDICIAIRE N'AVAIT PAS QUALITE POUR IMPOSER ;

QU'A TORT EGALEMENT, LA COUR D'APPEL A RETENU, A L'ENCONTRE DU DEMANDEUR, UNE CONTRAVENTION A L'ARRETE PREFECTORAL DU 24 JUIN 1963, CETTE INFRACTION, QUI EST REPRIMEE, NON PAR L'ARTICLE 32 DE LA LOI DU 19 DECEMBRE 1917, MAIS PAR L'ARTICLE 1ER DU DECRET DU 10 AOUT 1962 N'AYANT PAS ETE VISEE DANS LA CITATION INTRODUCTIVE D'INSTANCE ;

ATTENDU, DES LORS, QUE LA CONDAMNATION PRONONCEE MANQUE DE BASE LEGALE ;

QU'IL ECHET DE PRONONCER LA CASSATION DE L'ARRET, SANS RENVOI, LE FAIT DONT LES JUGES DU FOND ONT ETE SAISIS NE CONSTITUANT PAS UNE INFRACTION PREVUE PAR LA LOI ;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE, EN TOUTES SES DISPOSITIONS, L'ARRET DE LA COUR D'APPEL D'ANGERS DU 6 MAI 1965 ;

DIT N'Y AVOIR LIEU A RENVOI. PRESIDENT : M ZAMBEAUX - RAPPORTEUR : M ESCOLIER - AVOCAT GENERAL : M TOUREN - AVOCATS : MM GILBERT ET NICOLAS.


Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Criminelle

Analyses

1) SANTE PUBLIQUE - Etablissements insalubres - Infractions - Condamnation à l'exécution de travaux dans un délai déterminé - Inexécution - Sanction.

L'article 32 de la loi du 19 décembre 1917, modifié par la loi du 2 août 1961 réprime le fait de ne pas exécuter, dans les délais fixés par l'autorité judiciaire, des travaux imposés par les arrêtés préfectoraux pris en application de cette loi.

2) JURIDICTIONS CORRECTIONNELLES - Saisine - Etendue - Faits visés dans la citation.

Les Tribunaux correctionnels ne peuvent statuer que sur les faits relevés par l'ordonnance ou par la citation qui les a saisis.


Références
LOI 1917-12-19 ART. 32
LOI 1961-08-02
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Crim., 09 mars 1966, pourvoi n°65-91796, Bull. crim. Criminel Cour de Cassation Crim. N. 89
Publié au bulletin des arrêts de la chambre criminelle Criminel Cour de Cassation Crim. N. 89
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre criminelle
Date de la décision : 09/03/1966
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 65-91796
Numéro NOR : JURITEXT000007054551 ?
Numéro d'affaire : 65-91796
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1966-03-09;65.91796 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.