La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

12/01/1966 | FRANCE | N°65-92226

§ | France, Cour de cassation, Chambre criminelle, 12 janvier 1966, 65-92226


REJET DES POURVOIS DE : 1° X... (BELAID) ;

2° Y..., CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'ASSISES DU PAS-DE-CALAIS EN DATE DU 11 JUIN 1965, QUI LES A CONDAMNES POUR ASSASSINAT ET VOL QUALIFIE CHACUN A LA RECLUSION CRIMINELLE A PERPETUITE. LA COUR, VU LA CONNEXITE, JOINT LES POURVOIS ;

VU LES MEMOIRES PRODUITS ;

SUR LE MOYEN UNIQUE DE CASSATION PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 614, 593 DU CODE DE PROCEDURE PENALE, 7 DE LA LOI DU 20 AVRIL 1810, MANQUE DE BASE LEGALE, EN CE QUE L'ARRET DE LA COUR D'ASSISES, STATUANT COMME JURIDICTION DE RENVOI, A ETE PRONONCE SANS QUE L'ARRET AYANT

CASSE UN PRECEDENT ARRET DE CONDAMNATION AIT ETE SIGNIFIE AUX ACCU...

REJET DES POURVOIS DE : 1° X... (BELAID) ;

2° Y..., CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'ASSISES DU PAS-DE-CALAIS EN DATE DU 11 JUIN 1965, QUI LES A CONDAMNES POUR ASSASSINAT ET VOL QUALIFIE CHACUN A LA RECLUSION CRIMINELLE A PERPETUITE. LA COUR, VU LA CONNEXITE, JOINT LES POURVOIS ;

VU LES MEMOIRES PRODUITS ;

SUR LE MOYEN UNIQUE DE CASSATION PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 614, 593 DU CODE DE PROCEDURE PENALE, 7 DE LA LOI DU 20 AVRIL 1810, MANQUE DE BASE LEGALE, EN CE QUE L'ARRET DE LA COUR D'ASSISES, STATUANT COMME JURIDICTION DE RENVOI, A ETE PRONONCE SANS QUE L'ARRET AYANT CASSE UN PRECEDENT ARRET DE CONDAMNATION AIT ETE SIGNIFIE AUX ACCUSES, LADITE SIGNIFICATION NE FIGURANT PAS AU DOSSIER ET N'ETANT MEME PAS MENTIONNEE AUX INVENTAIRES ;

ATTENDU QU'IL APPERT DE L'ORIGINAL D'UN EXPLOIT D'HUISSIER, JOINT AU DOSSIER DE LA PROCEDURE ET COMMUNIQUE A L'AVOCAT DES DEMANDEURS, QUE L'ARRET DE LA CHAMBRE CRIMINELLE PRONONCANT LA CASSATION D'UN PRECEDENT ARRET DE CONDAMNATION A ETE SIGNIFIE A X... ET A Y... LE 16 FEVRIER 1965 ;

ATTENDU D'AILLEURS QUE LA SIGNIFICATION AUX PARTIES DES ARRETS ADMETTANT UNE DEMANDE EN CASSATION N'EST PAS PRESCRITE A PEINE DE NULLITE ET N'A PAS LE CARACTERE D'UNE FORMALITE SUBSTANTIELLE DE LA PROCEDURE PREALABLE A LA COMPARUTION D'UN ACCUSE DEVANT LA COUR D'ASSISES DE RENVOI ;

QU'AINSI LE MOYEN N'EST PAS FONDE ;

ET ATTENDU QUE LA PROCEDURE EST REGULIERE ET QUE LES PEINES ONT ETE LEGALEMENT APPLIQUEES AUX FAITS DECLARES CONSTANTS PAR LA COUR ET LE JURY ;

REJETTE LES POURVOIS. PRESIDENT : M ZAMBEAUX - RAPPORTEUR : M LEGRIS - AVOCAT GENERAL : M TOUREN - AVOCAT : M NICOLAS.


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Criminelle

Analyses

COUR D'ASSISES - Procédure antérieure aux débats - Signification à l'accusé - Arrêt admettant une demande en cassation - Formalité substantielle (non).

La signification aux parties des arrêts admettant une demande en cassation, prévue par l'article 614 du Code de procédure pénale, n'est pas prescrite à peine de nullité et n'a pas le caractère d'une formalité substantielle de la procédure préalable à la comparution d'un accusé devant la Cour d'assises de renvoi (1).


Références
Code de procédure pénale 614
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Crim., 12 janvier 1966, pourvoi n°65-92226, Bull. crim. Criminel Cour de Cassation Crim. N. 9
Publié au bulletin des arrêts de la chambre criminelle Criminel Cour de Cassation Crim. N. 9
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre criminelle
Date de la décision : 12/01/1966
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 65-92226
Numéro NOR : JURITEXT000007053461 ?
Numéro d'affaire : 65-92226
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1966-01-12;65.92226 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.