La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

08/12/1965 | FRANCE | N°JURITEXT000006970151

§ | France, Cour de cassation, Chambre civile 1, 08 décembre 1965, JURITEXT000006970151


SUR LE MOYEN UNIQUE, PRIS EN SES DEUX BRANCHES : ATTENDU QU'IL EST FAIT GRIEF A L'ARRET CONFIRMATIF ATTAQUE D'AVOIR DECLARE LA SNCF RESPONSABLE DES BLESSURES OCCASIONNEES A UNE VOYAGEUSE, LA DAME Y..., PAR LA CHUTE DE LA VALISE D'UNE AUTRE VOYAGEUSE, ALORS, D'UNE PART, QU'IL RESULTERAIT DES CONSTATATIONS DES JUGES DU FOND, QUE LA VICTIME A ELLE-MEME DECLARE QUE LA VALISE DONT LA CHUTE L'A BLESSEE, ETAIT MAL PLACEE SUR LE PORTE-BAGAGES, DE SORTE QUE LA COUR D'APPEL SE SERAIT CONTREDITE EN DECLARANT QUE LA POSITION DEFECTUEUSE N'ETAIT PAS ETABLIE, QUE, D'AUTRE PART, SELON LE POURVOI, LA FAUTE DE

LA VOYAGEUSE, PROPRIETAIRE DE LA VALISE, ETAIT...

SUR LE MOYEN UNIQUE, PRIS EN SES DEUX BRANCHES : ATTENDU QU'IL EST FAIT GRIEF A L'ARRET CONFIRMATIF ATTAQUE D'AVOIR DECLARE LA SNCF RESPONSABLE DES BLESSURES OCCASIONNEES A UNE VOYAGEUSE, LA DAME Y..., PAR LA CHUTE DE LA VALISE D'UNE AUTRE VOYAGEUSE, ALORS, D'UNE PART, QU'IL RESULTERAIT DES CONSTATATIONS DES JUGES DU FOND, QUE LA VICTIME A ELLE-MEME DECLARE QUE LA VALISE DONT LA CHUTE L'A BLESSEE, ETAIT MAL PLACEE SUR LE PORTE-BAGAGES, DE SORTE QUE LA COUR D'APPEL SE SERAIT CONTREDITE EN DECLARANT QUE LA POSITION DEFECTUEUSE N'ETAIT PAS ETABLIE, QUE, D'AUTRE PART, SELON LE POURVOI, LA FAUTE DE LA VOYAGEUSE, PROPRIETAIRE DE LA VALISE, ETAIT IMPREVISIBLE, ET IMPARABLE POUR LE TRANSPORTEUR ;

MAIS ATTENDU QUE L'ARRET ATTAQUE A SOUVERAINEMENT ESTIME QUE LA DECLARATION FAITE PAR LA DAME Y... A LA SUITE DE L'ACCIDENT LORS DE SA DESCENTE DU TRAIN, EN GARE DE VALENCE, NE SAURAIT ETRE CONSIDEREE COMME UN AVEU EXTRAJUDICIAIRE DE L'EXONERATION DE RESPONSABILITE DE LA SNCF PAR LA FAUTE D'UN TIERS ET, SE LIVRANT A UNE INTERPRETATION NECESSAIRE DES TERMES IMPRECIS DE CETTE DECLARATION, DECIDE QU'ELLE N'A D'AUTRE VALEUR QUE CELLE D'UNE HYPOTHESE ;

QUE DE CES CONSTATATIONS, LA COUR D'APPEL A PU DEDUIRE QUE LE VOITURIER, QUI N'A PAS ETABLI NI OFFERT D'ETABLIR L'EXISTENCE D'UNE FAUTE A LA CHARGE D'UN TIERS, DEVAIT DES LORS REPARER LE PREJUDICE SUBI PAR L'INEXECUTION DE SON OBLIGATION ET A AINSI LEGALEMENT JUSTIFIE SA DECISION, ABSTRACTION FAITE DES MOTIFS SURABONDANTS, RELATIFS A L'IMPREVISIBILITE ET A L'IRRESISTIBILITE DE LA PRETENDUE FAUTE D'UN TIERS DONT IL N'EST PAS JUSTIFIE ;

PAR CES MOTIFS : REJETTE LE POURVOI FORME CONTRE L'ARRET RENDU LE 13 MAI 1964 PAR LA COUR D'APPEL DE GRENOBLE. N° 64 - 12 222 SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER FRANCAIS C/ DAME Y... ET AUTRE. PRESIDENT : M BLIN - RAPPORTEUR - M X... - AVOCAT GENERAL : M LEBEGUE - AVOCATS : MM LABBE ET FORTUNET. A RAPPROCHER : 19 OCTOBRE 1964, BULL 1964, I, N° 455, P 353.


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Civile

Analyses

CHEMIN DE FER - VOYAGEURS - RESPONSABILITE - EXONERATION - FAIT D'UN TIERS - VOYAGEUR BLESSE PAR LA CHUTE D'UNE VALISE - VOITURIER N'AYANT PAS ETABLI NI OFFERT D'ETABLIR LA FAUTE DU TIERS.

EN L'ETAT DE L'ACCIDENT SURVENU A UN VOYAGEUR QUI, BLESSE PAR LA CHUTE DE LA VALISE D'UN AUTRE VOYAGEUR, A DECLARE LORS DE SA DESCENTE DU TRAIN QUE CETTE VALISE ETAIT MAL PLACEE SUR LE PORTE-BAGAGES, LES JUGES DU FOND, QUI ESTIMENT SOUVERAINEMENT QUE CETTE DECLARATION NE SAURAIT ETRE CONSIDEREE COMME UN AVEU EXTRA-JUDICIAIRE DE L'EXONERATION DE RESPONSABILITE DE LA SNCF PAR LA FAUTE D'UN TIERS ET, SE LIVRANT A UNE INTERPRETATION NECESSAIRE DES TERMES IMPRECIS DE CETTE DECLARATION, DECIDENT QU'ELLE N'A D'AUTRE VALEUR QUE CELLE D'UNE HYPOTHESE, ONT PU DEDUIRE DE CES CONSTATATIONS QUE LE VOITURIER QUI N'A PAS ETABLI NI OFFERT D'ETABLIR L'EXISTENCE D'UNE FAUTE A LA CHARGE D'UN TIERS, DEVAIT DES LORS REPARER LE PREJUDICE SUBI PAR L'INEXECUTION DE SON OBLIGATION.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Civ. 1re, 08 décembre 1965, pourvoi n°JURITEXT000006970151, Bull. civ.N 683
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N 683
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre civile 1
Date de la décision : 08/12/1965
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006970151
Numéro NOR : JURITEXT000006970151 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1965-12-08;juritext000006970151 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.