La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

06/10/1965 | FRANCE | N°JURITEXT000006970955

§ | France, Cour de cassation, Chambre civile 2, 06 octobre 1965, JURITEXT000006970955


SUR LE PREMIER MOYEN : VU LES ARTICLES 4 ET 49 DU DECRET DU 30 MARS 1808 ;

ATTENDU QUE LES AVOCATS NE PEUVENT ETRE APPELES POUR COMPLETER UNE COUR D'APPEL QU'AU CAS D'EMPECHEMENT NON SEULEMENT DES MEMBRES DE LA CHAMBRE MAIS AUSSI DES AUTRES MAGISTRATS DE LA COUR ;

ATTENDU QUE L'ARRET ATTAQUE MENTIONNE : FAIT ET PRONONCE A L'AUDIENCE PUBLIQUE DE LA COUR D'APPEL DE PARIS, 7E CHAMBRE - OU ETAIENT PRESENTS ET SIEGEAIENT, EN PRESENCE DE M BRAY, AVOCAT GENERAL, M COLOMIES, PRESIDENT, MM FRAPIER ET ROUGHOL, LE PREMIER ETANT CONSEILLER, ME ROUGHOL, AVOCAT, COMME ETANT LE PLUS ANCIEN DES

AVOCATS PRESENTS A LA BARRE ET POUVANT SIEGER EN REMPLACEME...

SUR LE PREMIER MOYEN : VU LES ARTICLES 4 ET 49 DU DECRET DU 30 MARS 1808 ;

ATTENDU QUE LES AVOCATS NE PEUVENT ETRE APPELES POUR COMPLETER UNE COUR D'APPEL QU'AU CAS D'EMPECHEMENT NON SEULEMENT DES MEMBRES DE LA CHAMBRE MAIS AUSSI DES AUTRES MAGISTRATS DE LA COUR ;

ATTENDU QUE L'ARRET ATTAQUE MENTIONNE : FAIT ET PRONONCE A L'AUDIENCE PUBLIQUE DE LA COUR D'APPEL DE PARIS, 7E CHAMBRE - OU ETAIENT PRESENTS ET SIEGEAIENT, EN PRESENCE DE M BRAY, AVOCAT GENERAL, M COLOMIES, PRESIDENT, MM FRAPIER ET ROUGHOL, LE PREMIER ETANT CONSEILLER, ME ROUGHOL, AVOCAT, COMME ETANT LE PLUS ANCIEN DES AVOCATS PRESENTS A LA BARRE ET POUVANT SIEGER EN REMPLACEMENT DE TOUS AUTRES CONSEILLERS DE CETTE CHAMBRE LEGALEMENT EMPECHES ;

ATTENDU QUE, DE CETTE SEULE ENONCIATION, IL NE RESULTE PAS QUE LES MAGISTRATS DES AUTRES CHAMBRES DE LA COUR D'APPEL AIENT ETE EMPECHES DE SIEGER ;

D'OU IL SUIT QUE LA COUR D'APPEL A VIOLE LE TEXTE VISE AU MOYEN ;

65 9501 0 51 011 3 PAR CES MOTIFS, ET SANS QU'IL Y AIT LIEU DE STATUER SUR LE SECOND MOYEN : CASSE ET ANNULE L'ARRET RENDU ENTRE LES PARTIES PAR LA COUR D'APPEL DE PARIS, 7E CHAMBRE, LE 1ER FEVRIER 1964 ;

REMET, EN CONSEQUENCE, LA CAUSE ET LES PARTIES AU MEME ET SEMBLABLE ETAT OU ELLES ETAIENT AVANT LEDIT ARRET ET, POUR ETRE FAIT DROIT, LES RENVOIE DEVANT LA COUR D'APPEL D'ORLEANS. N° 64 - 10 969 RIES C/ DAME X.... PRESIDENT : M DROUILLAT - RAPPORTEUR : M CONSTANT - AVOCAT GENERAL : M AMOR - AVOCATS : MM BORE ET LABBE. DANS LE MEME SENS : 15 NOVEMBRE 1962, BULL 1962, IV, N° 820, P 679, ET L'ARRET CITE. A RAPPROCHER : 21 DECEMBRE 1960, BULL 1960, I, N° 559 (1°), P 455 ;

7 JUIN 1961, BULL 1961, III, N° 261, P 225 ;

19 OCTOBRE 1961, BULL 1961, II, N° 672 (1°), P 467 ;

9 JANVIER 1962, BULL 1962, III, N° 13 (1°), P 16.


Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Civile

Analyses

COURS ET TRIBUNAUX - COUR D'APPEL - COMPOSITION - CONSEILLER EMPECHE - REMPLACEMENT - AVOCAT - CONSTATATIONS NECESSAIRES.

LES AVOCATS NE PEUVENT ETRE APPELES POUR COMPLETER UNE COUR D'APPEL QU'AU CAS D'EMPECHEMENT, NON SEULEMENT DES MEMBRES DE LA CHAMBRE, MAIS AUSSI DES AUTRES MAGISTRATS DE LA COUR. ENCOURT DONC LA CASSATION L'ARRET QUI PORTE AVOIR ETE FAIT ET PRONONCE A L'AUDIENCE PUBLIQUE DE LA COUR D'APPEL DE PARIS, 7E CHAMBRE, OU ETAIENT PRESENTS ET SIEGEAIENT, EN PRESENCE DE L'AVOCAT GENERAL ET DU PRESIDENT, UN CONSEILLER ET UN AVOCAT, "COMME ETANT LE PLUS ANCIEN DES AVOCATS PRESENTS A LA BARRE ET POUVANT SIEGER EN REMPLACEMENT DE TOUS AUTRES CONSEILLERS DE CETTE CHAMBRE LEGALEMENT EMPECHES" - CETTE ENONCIATION NE FAISANT PAS, EN EFFET, APPARAITRE QUE LES MAGISTRATS DES AUTRES CHAMBRES DE LA COUR D'APPEL AIENT ETE EMPECHES DE SIEGER.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Civ. 2e, 06 octobre 1965, pourvoi n°JURITEXT000006970955, Bull. civ.N° 693
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N° 693
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre civile 2
Date de la décision : 06/10/1965
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006970955
Numéro NOR : JURITEXT000006970955 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1965-10-06;juritext000006970955 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.