Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour de cassation, Chambre sociale, 14 février 1963, JURITEXT000006962029

Imprimer

Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Sociale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : JURITEXT000006962029
Numéro NOR : JURITEXT000006962029 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1963-02-14;juritext000006962029 ?

Analyses :

CONTRAT DE TRAVAIL - DUREE DETERMINEE - EXPIRATION - NON-RENOUVELLEMENT - CONTRAT SAISONNIER - DROIT AU RENOUVELLEMENT SUBORDONNEE A LA PRODUCTION D'UN EXTRAIT DE CASIER JUDICIAIRE - CARENCE DU SALARIE.

L'EMPLOYE, EMBAUCHE EN QUALITE DE CHAUFFEUR POUR UNE SAISON ET QUI, AYANT LE DROIT D'ETRE REEMBAUCHE POUR LA SAISON SUIVANTE, N'A PAS FOURNI L'EXTRAIT DE CASIER JUDICIAIRE RECLAME A JUSTE TITRE COMME CONDITION D'UN NOUVEAU CONTRAT A DUREE DETERMINEE, N'A DROIT A AUCUNE INDEMNITE DE NON-REEMBAUCHAGE, PUISQUE LE CONTRAT N'A PU SE FORMER PAR SON FAIT ET QU'IL N'A, PAR SUITE, FOURNI AUCUN TRAVAIL.


Texte :

SUR LES DEUX BRANCHES REUNIES DU MOYEN UNIQUE : VU L'ARTICLE 23 DU LIVRE 1 DU CODE DU TRAVAIL ;

VU L'ARTICLE 7 DE LA LOI DU 20 AVRIL 1810 ;

ATTENDU QU'APRES AVOIR CONSTATE QUE GIOLA QUI AVAIT ETE EN QUALITE DE CHAUFFEUR AU SERVICE DE LA SOCIETE BAHU ET COUDRAY POUR LA SAISON 1958-1959, AVAIT, EN VERTU D'UN ACCORD, LE DROIT D'ETRE REEMBAUCHE POUR LA SAISON SUIVANTE MAIS N'AVAIT PAS, SUR L'OFFRE DE REEMBAUCHE DE L'EMPLOYEUR, FOURNI L'EXTRAIT DE CASIER JUDICIAIRE NO 3 RECLAME A JUSTE TITRE PAR CELUI-CI COMME CONDITION D'UN NOUVEAU CONTRAT A DUREE DETERMINEE, LE JUGEMENT ATTAQUE N'EN CONDAMNE PAS MOINS LA SOCIETE A PAYER A GIOLA LA SOMME DE 450 NF, A TITRE D'INDEMNITE DE PREAVIS REDUITE, AU MOTIF QUE SI, EN PRINCIPE LE PREAVIS N'EXISTE PAS DANS L'EXECUTION D'UN CONTRAT A DUREE DETERMINEE, DANS L'ESPECE IL ETAIT DU, COMPTE TENU D'UNE REDUCTION DANS SON MONTANT POUR SANCTIONNER L'ATTITUDE FAUTIVE DE GIOLA, PUISQUE L'OFFRE DE REEMBAUCHAGE AVAIT ETE FAITE ET ETAIT OBLIGATOIRE ;

QU'EN STATUANT AINSI, ALORS QUE LE CONTRAT N'AVAIT PAS PU SE FORMER PAR LE FAIT DE GIOLA, QUI N'AVAIT PAS REMIS SON CASIER JUDICIAIRE, CONDITION DE LA FORMATION DU NOUVEAU CONTRAT, ET QUI N'AVAIT PAR SUITE FOURNI AUCUN TRAVAIL, LES JUGES DU FOND, QUI N'ONT PAS TIRE LES DEDUCTIONS JURIDIQUES QUE COMPORTAIENT LEURS CONSTATATIONS, ONT VIOLE LES DISPOSITIONS VISEES AU MOYEN ;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE LE JUGEMENT RENDU ENTRE LES PARTIES PAR LE CONSEIL DES PRUD'HOMMES DE MARSEILLE, LE 5 JUIN 1961 ;

REMET EN CONSEQUENCE, LA CAUSE ET LES PARTIES AU MEME ET SEMBLABLE ETAT OU ELLES ETAIENT AVANT LEDIT JUGEMENT ET, POUR ETRE FAIT DROIT, LES RENVOIE DEVANT LE CONSEIL DES PRUD'HOMMES D'AIX-EN-PROVENCE. NO 61-40.603. SOCIETE BAHU ET COUDRAY C/ GIOLA. PRESIDENT : M. VERDIER. - RAPPORTEUR : M. BAULET. - AVOCAT GENERAL : M. FENIE. - AVOCAT : M. GAUTHIER. A RAPPROCHER : 4 DECEMBRE 1959, BULL. 1959, IV, NO 1228 (2EME), P. 975 ET LES ARRETS CITES.

Références :

Décision attaquée : DECISION (type)


Publications :

Proposition de citation: Cass. Soc., 14 février 1963, pourvoi n°JURITEXT000006962029, Bull. civ.N° 164
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N° 164
RTFTélécharger au format RTF

Origine de la décision

Formation : Chambre sociale
Date de la décision : 14/02/1963
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.