Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour de cassation, Chambre commerciale, 03 février 1960, JURITEXT000006952676

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Commerciale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : JURITEXT000006952676
Numéro NOR : JURITEXT000006952676 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1960-02-03;juritext000006952676 ?

Analyses :

1° ENREGISTREMENT - DROITS DE MUTATION - VENTE - IMMEUBLE - DISSIMULATION - SIMPLE CONVENTION OCCULTE (NON).

1° UNE CONVENTION NON SOUMISE A LA FORMALITE DE L'ENREGISTREMENT ET DEMEUREE OCCULTE, PAR LAQUELLE LE PROPRIETAIRE D'UN IMMEUBLE S'ENGAGE A LE VENDRE A SON CO-CONTRACTANT, QUI ACCEPTE MOYENNANT UN PRIX NON CONTESTE PAR L'ADMINISTRATION DE L'ENREGISTREMENT, NE CONSTITUE PAS UNE CONTRE-LETTRE, AU SENS DE L'ARTICLE 1793 DU CODE GENERAL DES IMPOTS, AYANT POUR BUT DE DISSIMULER PARTIE DU PRIX DE VENTE D'UN IMMEUBLE, MAIS UN ACTE DE VENTE. C'EST, DES LORS, A BON DROIT QUE LES JUGES DU FOND CONDAMNENT LES REDEVABLES AU PAYEMENT NON DE L'AMENDE FISCALE PREVUE A L'ARTICLE PRECITE, MAIS DES DROITS DE MUTATION, EN APPLICATION DE L'ARTICLE 1785 DU CODE GENERAL DES IMPOTS (ARRETS N° 1 ET 2).

2° ENREGISTREMENT - DROITS DE MUTATION - PREUVE DE LA MUTATION - IMMEUBLE - CONVENTION OCCULTE - DATE DE LA TRANSMISSION.

2° LE TRIBUNAL QUI, SAISI D'OPPOSITIONS A DES TITRES DE PERCEPTION DELIVRES PAR L'ADMINISTRATION DE L'ENREGISTREMENT EN SUITE D'UNE CONVENTION OCCULTE CONTENANT L'ENGAGEMENT FORMEL ET BILATERAL DE DEUX PARTIES DE VENDRE ET D'ACHETER UN IMMEUBLE, POUR UN PRIX DETERMINE OU, TOUT AU MOINS, FACILEMENT DETERMINABLE, UN DELAI D'OPTION ETANT CEPENDANT STIPULE AU PROFIT DE L'ACQUEREUR, RELEVE QUE CELUI-CI, PAR DES VERSEMENTS DONT CERTAINS SONT POSTERIEURS A LA DATE D'EXPIRATION DES DELAIS D'OPTION PORTES A L'ACTE, S'EST ACQUITTE DE LA SOMME PREVUE AU CONTRAT PEUT, APRES AVOIR CONSTATE L'ACCORD DES PARTIES, ESTIMER QUE LA TRANSMISSION DE L'IMMEUBLE CEDE S'EST OPEREE, AU PROFIT DE L'ACQUEREUR, DES LA DATE DE L'ACTE OCCULTE (ARRETS N° 1 ET 2).

3° CASSATION - MOYEN NOUVEAU - ENREGISTREMENT - DROITS - MONTANT.

3° DES LORS QUE LE CHIFFRE DE TAXES RECLAMEES PAR L'ADMINISTRATION DE L'ENREGISTREMENT, N'A PAS FAIT DEVANT LES JUGES DU FOND L'OBJET DE CONTESTATIONS DE LA PART DES REDEVABLES, CEUX-CI NE SONT PAS FONDES A PRODUIRE, POUR LA PREMIERE FOIS DEVANT LA COUR DE CASSATION, UN MOYEN A CET EGARD (ARRET N° 1).


Texte :

Références :

Décision attaquée : DECISION (type)


Publications :

Proposition de citation: Cass. Com., 03 février 1960, pourvoi n°JURITEXT000006952676, Bull. civ.N° 50
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N° 50
RTFTélécharger au format RTF

Origine de la décision

Formation : Chambre commerciale
Date de la décision : 03/02/1960
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.