Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Marseille, 09 septembre 2021, 21MA01605

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 21MA01605
Numéro NOR : CETATEXT000044035220 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.marseille;arret;2021-09-09;21ma01605 ?

Texte :

Vu la procédure suivante :

Procédure contentieuse antérieure :

Mme C... A... a demandé au tribunal administratif de Montpellier, d'annuler l'arrêté du 20 novembre 2020, par lequel le préfet de l'Hérault a refusé de lui délivrer un titre de séjour, a prononcé à son encontre une obligation de quitter le territoire dans le délai de trente jours et a fixé le pays de destination.

Par un jugement n° 2005468 du 29 janvier 2021, le tribunal administratif de Montpellier a rejeté sa requête.

Procédure devant la cour :

Par une requête enregistrée le 29 avril 2021, M. A..., représenté par Me Bautes, demande à la cour :

1°) d'annuler ce jugement du 29 janvier 2021 ;

2°) d'annuler l'arrêté du 20 novembre 2020 du préfet de l'Hérault ;

3°) d'enjoindre au préfet de l'Hérault de lui délivrer un certificat de résidence temporaire dans un délai de quinze jours suivant la notification de la décision à intervenir au besoin sous astreinte, ou subsidiairement, de lui enjoindre de réexaminer sa situation dans le même délai, au besoin sous astreinte.

4°) de mettre à la charge de l'Etat, la somme de 2 000 euros en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative et de l'article 37 de la loi du 10 juillet 1991 au profit de Me Bautes qui s'engage à renoncer à la contribution de l'Etat au titre de l'aide juridictionnelle.

Il soutient que :

En ce qui concerne le refus de séjour :

- il n'est pas suffisamment motivé ;

- le préfet n'a pas procédé à un examen complet de sa situation ;

- la décision méconnaît les stipulations du 5° de l'article 6 de l'accord franco-algérien ;

- elle méconnaît les stipulations du 7° de l'article 6 du même accord ;

- elle méconnaît les stipulations de l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;

En ce qui concerne l'obligation de quitter le territoire :

- elle est dépourvue de base légale ;

- elle méconnaît les stipulations de l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;

- elle est entachée d'erreur manifeste d'appréciation au regard de sa situation personnelle ;

M. A... a été admis au bénéfice de l'aide juridictionnelle totale par une décision du bureau d'aide juridictionnelle près le tribunal judiciaire de Marseille du 23 avril 2021.

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu :

- la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;

- l'accord franco-algérien du 27 décembre 1968 ;

- le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile ;

- le code des relations entre le public et l'administration ;

- la loi n°91-647 du 10 juillet 1991 ;

- le code de justice administrative.

Considérant ce qui suit :

1. M. A..., ressortissant algérien, a demandé au préfet de l'Hérault de lui délivrer un titre de séjour. Le préfet de l'Hérault a rejeté sa demande et lui a fait obligation de quitter le territoire dans le délai de trente jours par un arrêté du 20 novembre 2020. M. A... relève appel du jugement du tribunal administratif de Montpellier qui a rejeté sa demande tendant à l'annulation de cet arrêté.

2. Aux termes du dernier alinéa de l'article R. 222-1 du code de justice administrative : " (...) les présidents des formations de jugement des cours peuvent (...), par ordonnance, rejeter (...), après l'expiration du délai de recours (...) les requêtes d'appel manifestement dépourvues de fondement. (...) ".

Sur le refus de titre de séjour :

3. En premier lieu, le préfet n'était pas tenu de mentionner l'ensemble des éléments de la situation personnelle de M. A... dans sa décision, mais seulement ceux sur lesquels il s'est fondé pour rejeter la demande de titre de séjour, conformément aux dispositions de l'article L. 211-2 du code des relations entre le public et l'administration, mettant ainsi l'intéressé en mesure de critiquer ces motifs. La circonstance que la décision de refus de séjour aurait omis de mentionner des éléments importants de sa situation personnelle est sans incidence sur la régularité de la motivation. En l'espèce, il ressort des pièces du dossier que M. A... a demandé un titre de séjour en raison de ses liens privés et familiaux en France. La décision de refus de séjour, qui vise les textes applicables, mentionne la date de son entrée en France, l'existence d'une précédente décision de refus de séjour récente, l'irrégularité de la situation de son épouse, ainsi notamment que la présence de ses huit enfants en B.... Cette décision est donc suffisamment motivée.

4. En deuxième lieu, à défaut d'obligation pour le préfet de mentionner de manière exhaustive l'ensemble des éléments caractérisant la situation personnelle de l'intéressé, l'absence de mention dans la décision du fait que le père de son épouse faisait partie de la communauté harki ou la présence en France de nombreux membres de sa famille, circonstances qui ne lui ouvrent par elles-mêmes aucun droit à un titre de séjour, n'est pas de nature à établir que le préfet n'aurait pas fait un examen complet de sa demande.

5. En troisième lieu, il ressort des pièces du dossier, et notamment des mentions du formulaire de demande de titre de séjour et des mentions explicites du message électronique adressé à la préfecture de l'Hérault le 27 octobre 2020, que M. A..., a demandé un titre de séjour fondé sur sa vie privée et familiale et non pour raison de santé. Dès lors, c'est à bon droit que le tribunal a relevé que le préfet n'étant pas tenu d'examiner sa demande de titre de séjour sur un autre fondement, l'intéressé ne pouvait utilement invoquer le bénéfice du 7° de l'article 6 pour contester la légalité du refus de séjour qui lui est opposé.

6. Enfin, s'agissant des moyens tirés d'une violation du 5° de l'article 6 de l'accord franco-algérien et de l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, il y a lieu de les écarter, par adoption des motifs pertinents retenus par les premiers juges aux points 5 et 6 de leur jugement, le requérant n'apportant aucun élément nouveau en appel.

Sur l'obligation de quitter le territoire :

7. En premier lieu, il résulte de ce qui a été dit aux points à 3 à 6 de la présente ordonnance que le refus de séjour opposé à M. A... n'est pas illégal. Dès lors, le moyen tiré d'un défaut de base légale de la mesure d'éloignement prise sur le fondement de ce refus de titre de séjour ne peut qu'être écarté.

8. En deuxième lieu, les motifs retenus par le tribunal au point 6 de son jugement pour écarter le moyen tiré d'une violation des stipulations de l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, justifient que le même moyen soulevé à l'égard de la mesure d'éloignement soit écarté, ainsi qu'il l'a jugé au point 12 du même jugement, par des motifs qu'il y a lieu d'adopter.

9. Enfin, M. A... soutient que la décision est entachée d'une erreur manifeste d'appréciation des conséquences d'une mesure d'éloignement sur sa situation personnelle. Toutefois, alors qu'il n'a pas demandé son admission au séjour au titre de son état de santé, il ne produit aucun élément de nature établir ni la réalité des pathologies alléguées, ni leur gravité, ni l'impossibilité d'une prise en charge en B.... Par ailleurs, si M. A... fait valoir que son épouse est exposée à des risques en B... au motif qu'elle est fille de harki, reconnu mort pour la France, il est constant elle n'a pas demandé l'asile. M. A... n'apporte aucun élément circonstancié sur la réalité des risques auxquels son épouse serait personnellement exposée en B.... La seule circonstance qu'un de ses fils ait demandé l'asile ne suffit pas à établir la réalité de ces risques. Dès lors, le moyen tiré d'une erreur manifeste dans l'appréciation des conséquences d'une mesure d'éloignement pour sa situation personnelle doit être écarté.

10. Il résulte de tout ce qui précède que la requête d'appel de M. A..., qui est manifestement dépourvue de fondement, au sens des dispositions du dernier alinéa de l'article R. 222-1 du code de justice administrative, doit être rejetée, en application de ces dispositions, y compris les conclusions à fin d'injonction et celles présentées au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative et de l'article 37 de la loi du 10 juillet 1991.

O R D O N N E :

Article 1er : La requête de M. A... est rejetée.

Article 2 : La présente ordonnance sera notifiée à M. C... A... et à Me Bautes.

Copie en sera adressée au préfet de l'Hérault.

Fait à Marseille, le 9 septembre 2021.

4

N°21MA01605


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Avocat(s) : BAUTES

Origine de la décision

Date de la décision : 09/09/2021
Date de l'import : 15/09/2021

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.