Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Marseille, 3e chambre, 26 octobre 1998, 97MA10396

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 97MA10396
Numéro NOR : CETATEXT000007576201 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.marseille;arret;1998-10-26;97ma10396 ?

Analyses :

PROCEDURE - PROCEDURES D'URGENCE - REFERE-PROVISION.

TRAVAUX PUBLICS - DIFFERENTES CATEGORIES DE DOMMAGES - DOMMAGES CAUSES PAR L'EXISTENCE OU LE FONCTIONNEMENT D'OUVRAGES PUBLICS - CONDITIONS DE FONCTIONNEMENT DE L'OUVRAGE.


Texte :

Vu l'ordonnance en date du 29 août 1997 par laquelle le président de la Cour administrative d'appel de Bordeaux a transmis à la Cour administrative d'appel de Marseille, en application du décret n 97-457 du 9 mai 1997, la requête présentée pour la commune de PUIMISSON ;
Vu la requête, enregistrée au greffe de la Cour administrative d'appel de Bordeaux le 26 février 1997 sous le n 97BX00396, présentée pour la commune de PUIMISSON, par la SCP DELMAS RIGAUD LEVY, avocat ;
La commune de PUIMISSON demande à la Cour :
1 / d'annuler l'ordonnance du 5 février 1997 par laquelle le vice-président du Tribunal administratif de Montpellier, statuant en référé, l'a condamnée à verser à M. Z... la somme de 50.000 F à titre de provision ;
2 / de rejeter la demande de provision en jugeant qu'il y a une contestation sérieuse sur la responsabilité de la commune ;
3 / de condamner M. Z... à lui verser une indemnité de 5.000 F hors taxes à titre de frais irrépétibles ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;
Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 12 octobre 1998 :
- le rapport de Mme GAULTIER-KERGOMARD, premier conseiller ;
- les observations de Me Gérard Y... pour M. Z... ;
- et les conclusions de M. BOCQUET, premier conseiller ;

Sur la recevabilité de l'appel de la commune :
Considérant qu'aux termes de l'article L.2122-22 du code des collectivités territoriales : "Le maire, peut, en outre, par délégation du conseil municipal, être chargé, en tout ou partie, et pour la durée de son mandat : ... 16 D'intenter au nom de la commune les actions en justice ou de défendre la commune dans les actions intentées contre elle, dans les cas définis par le conseil municipal ..." ; que la commune produit copie de la délibération n 9710, en date du 9 décembre 1996, par laquelle le conseil municipal de PUIMISSON a autorisé son maire à "intenter au nom de la commune les actions en justice ou ... défendre la commune dans les actions intentées contre elle" ; qu'ainsi M. Michel Z..., demandeur en première instance, n'est pas fondé à contester la qualité pour agir en appel de M. Henri X..., maire de la commune de PUIMISSON ; que cette fin de non-recevoir ne peut qu'être rejetée ;
Sur la provision :
"Le président du Tribunal administratif ou de la Cour administrative d'appel ou le magistrat que l'un d'eux délègue peut accorder une provision au créancier qui a saisi le Tribunal ou la Cour d'une demande au fond lorsque l'existence de l'obligation n'est pas sérieusement contestable ... " ;
Considérant qu'il résulte de l'instruction et de l'ensemble des pièces versées au dossier que l'obligation de la commune de PUIMISSON à l'égard de M. Z..., à l'occasion des dommages consécutifs à l'inondation de la maison d'habitation de ce dernier, survenue le 8 décembre 1995, n'est pas sérieusement contestable à hauteur de 50.000 F, ainsi que l'a décidé le magistrat délégué par le Tribunal administratif de Montpellier statuant en matière de référés ; qu'il suit de là que ni la commune, ni M. Z... ne sont fondés à contester le principe, ou le montant, de la provision litigieuse ; que l'appel formé par la commune, ainsi que l'appel incident formé par M. Z..., ne peuvent qu'être rejetés ;
Sur les conclusions présentées au titre de l'article L.8-1 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel :
Considérant que, dans les circonstances de l'espèce, il y a lieu de rejeter la demande de frais irrépétibles présentée, sur le fondement des dispositions susvisées, par la commune de PUIMISSON, appelante, et de la condamner à verser à M. Z... la somme de 5.000 F, au titre des frais demandés par ce dernier ;
Article 1er : La requête de la commune de PUIMISSON est rejetée.
Article 2 : La commune de PUIMISSON est condamnée à verser à M. Z... la somme de 5.000 F (cinq mille francs) au titre des frais irrépétibles.
Article 3 : Le présent arrêt sera notifié à la commune de PUIMISSON, à M. Michel Z... et au ministre de l'intérieur.

Références :

Code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel L8-1


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme GAULTIER-KERGOMARD
Rapporteur public ?: M. BOCQUET

Origine de la décision

Formation : 3e chambre
Date de la décision : 26/10/1998
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.