Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Lyon, 5ème chambre - formation à 3, 26 février 2009, 08LY00830

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 08LY00830
Numéro NOR : CETATEXT000021100118 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.lyon;arret;2009-02-26;08ly00830 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 11 avril 2008 au greffe de la Cour, présentée pour M. Maixent Thierry X, demeurant 4 rue Jean Giraudoux, bâtiment B, 1207 à Chalon-sur-Saône (71100) ;

M. X demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0702833, en date du 20 mars 2008, par lequel le Tribunal administratif de Dijon a rejeté sa demande tendant à l'annulation des décisions du 11 décembre 2007, par lesquelles le préfet de la Saône-et-Loire a rejeté sa demande de délivrance d'une carte de séjour de 10 ans et de renouvellement de son titre de séjour, l'a obligé à quitter le territoire français dans un délai d'un mois et a désigné la République Centrafricaine comme étant le pays vers lequel il serait reconduit à l'issue de ce délai ;

2°) d'annuler ces décisions du 11 décembre 2007 ;

3°) de mettre à la charge de l'Etat une somme de 1 500 euros, en application des dispositions combinées des articles L. 761-1 du code de justice administrative et 37 de la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991, à verser à son conseil, à charge pour ce dernier de renoncer au bénéfice de l'aide juridictionnelle ;

.....................................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;

Vu le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile ;

Vu l'ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 modifiée, relative aux conditions d'entrée et de séjour des étrangers en France ;

Vu la loi n° 79-587 du 11 juillet 1979 ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 22 janvier 2009 :

- le rapport de M. Montsec, rapporteur ;

- et les conclusions de M. Raisson, commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par des décisions du 11 décembre 2007, le préfet de la Saône-et-Loire a refusé de délivrer à M. Maixent Thierry X une carte de séjour de dix ans, lui a également refusé le renouvellement de la carte de séjour temporaire portant la mention vie privée et familiale qui lui avait été précédemment délivrée, a assorti ces décisions d'une obligation de quitter le territoire français dans le délai d'un mois et a désigné la République Centrafricaine, dont il a la nationalité, comme étant le pays vers lequel il serait reconduit à l'issue de ce délai ; que M. X fait appel du jugement, en date du 20 mars 2008, par lequel le Tribunal administratif de Dijon a rejeté sa demande tendant à l'annulation de ces décisions du 11 décembre 2007 ; qu'en appel, il ne formule aucun moyen dirigé spécifiquement à l'encontre du refus de délivrance d'une carte de séjour de dix ans qui lui a été opposé et se borne à demander l'annulation de l'arrêté préfectoral du 11 décembre 2007 en tant qu'il a refusé de lui délivrer un titre de séjour , l'a obligé de quitter le territoire français et a fixé la République Centrafricaine comme étant le pays à destination duquel il serait reconduit ;

Considérant que, par un mémoire complémentaire enregistré le 12 janvier 2009, M. X a informé la Cour de ce que, par décision du 13 juin 2008, le préfet de la Saône-et-Loire a décidé de régulariser sa situation à titre exceptionnel en lui délivrant une carte de séjour temporaire d'un an portant la mention salarié ; qu'il n'y a dès lors plus lieu de statuer sur ses conclusions susmentionnées à fin d'annulation du jugement du Tribunal administratif de Dijon en date du 20 mars 2008, d'annulation des décisions du préfet de la Saône-et-Loire du 11 décembre 2007 et à fin d'injonction ;

Considérant qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire droit aux conclusions de M. X tendant à ce qu'une somme soit mise à la charge de l'Etat sur le fondement des dispositions combinées de l'article L. 761-1 du code de justice administrative et de l'article 37 de la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;

DECIDE :

Article 1er : Il n'y a plus lieu de statuer sur les conclusions de M. X tendant à l'annulation du jugement du Tribunal administratif de Dijon en date du 20 mars 2008, à fin d'annulation des décisions du préfet de la Saône-et-Loire lui refusant la délivrance d'un titre de séjour, lui ordonnant de quitter le territoire français et fixant la République Centrafricaine comme étant le pays à destination duquel il serait reconduit, et à fin d'injonction.

Article 2 : Le surplus de la requête de M. X est rejeté ;

''

''

''

''

1

3

N° 08LY00830


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. BERNAULT
Rapporteur ?: M. Pierre MONTSEC
Rapporteur public ?: M. RAISSON
Avocat(s) : NERAUD

Origine de la décision

Formation : 5ème chambre - formation à 3
Date de la décision : 26/02/2009
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.