Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Tribunal administratif d'Orléans, 2ème chambre, 16 mars 2004, 0103376

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 0103376
Numéro NOR : CETATEXT000019081310 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;tribunal.administratif.orleans;arret;2004-03-16;0103376 ?

Texte :

Vu, enregistrée au greffe du Tribunal administratif d'Orléans le 11 juillet 2001, la requête, présentée pour la Fédération d'Indre-et-Loire de la libre pensée, dont le siège est, 4 allée Laurence Berluchon à Tours (37200), représentée par son président en exercice, tendant à l'annulation de la délibération en date du 28 mai 2001 par laquelle la commune de Tours a décidé de céder à la société des Habous et lieux saints de l'Islam une emprise foncière d'une superficie d'environ 9.500m² située avenue Charles Bedaux à Tours pour un prix de vente de 50.000 francs (7.622,45 euros) ;

........................................................................................................................................

Vu les autres pièces produites et jointes au dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

Vu la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l'Etat ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu à l'audience publique du 2 mars 2004 :

- le rapport de M. LAMY-RESTED, président ;

- les observations de M. JOUANNET, président de la Fédération d'Indre-et-Loire de la libre pensée ;

- et les conclusions de M. LESIGNE, commissaire du gouvernement ;

B: 135-02-01-02-01-03-03

21-005

Considérant qu'aux termes de l'article 2 de la loi susvisée du 9 décembre 1905 : La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte ; qu'il résulte de cette disposition que des collectivités publiques ne peuvent légalement accorder des subventions à des associations qui ont des activités cultuelles ;

Considérant, en premier lieu, que si la société des Habous et lieux saints de l'Islam se consacre également à des activités de caractère social et culturel, son objet principal est de poursuivre des activités cultuelles et notamment l'édification et la gestion de lieux de culte ; qu'elle ne peut donc du fait de son activité cultuelle recevoir directement ou indirectement d'aides financières provenant de collectivités publiques ;

Considérant, en second lieu, qu'il est constant et d'ailleurs non contesté que le terrain dont la délibération attaquée autorise la vente par la commune de Tours était alors estimé à une valeur de 476.000 F (72.565,73 euros) par le service des domaines ; qu'en décidant de le céder pour un prix de 50.000 F (7.622,45 euros) à la société des Habous et lieux saints de l'Islam, le conseil municipal de Tours doit être regardé comme ayant consenti une subvention déguisée à ladite société ; qu'une telle subvention est prohibée par l'article 2 précité de la loi du 9 décembre 1905 qui, nonobstant le principe de libre administration des collectivités territoriales, est applicable au cas considéré ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que la Fédération d'Indre-et-Loire de la libre pensée est fondée à demander l'annulation de la délibération attaquée ;

Considérant qu'en vertu des dispositions de l'article L.761-1 du code de justice administrative, le tribunal ne peut pas faire bénéficier la partie tenue aux dépens ou la partie perdante du paiement par l'autre partie des frais qu'elle a exposés à l'occasion du litige soumis au juge ; que les conclusions présentées à ce titre par la commune de Tours doivent dès lors être rejetées ;

D E C I D E :

Article 1er : La délibération du 28 mai 2001 du conseil municipal de Tours décidant la vente d'un terrain à la société des Habous et des lieux saints de l'Islam pour un prix de 50.000 F (7.622,45 euros) est annulée.

Article 2 : Les conclusions de la commune de Tours tendant à la condamnation de la Fédération d'Indre-et-Loire de la libre pensée au paiement des frais exposés et non compris dans les dépens sont rejetées.

Article 3 : Le présent jugement sera notifié à de la Fédération d'Indre-et-Loire de la libre pensée et à la commune de Tours.

Copie en sera adressée, pour information, au préfet d'Indre-et-Loire.

Délibéré à l'issue de l'audience publique du 2 mars 2004 où siégaient :

M. LAMY-RESTED, président,

M JAOSIDY, conseiller,

M. MARTINEZ, conseiller,

Prononcé en audience publique le 16 mars 2004

Le président-rapporteur, L'assesseur le plus ancien, Le greffier,

S. LAMY-RESTED J.L. JAOSIDY A.M. VILLETTE

La République mande et ordonne au préfet d'Indre-et-Loire en ce qui le concerne ou à tous huissiers de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun contre les parties privées de pourvoir à l'exécution du présent jugement.

1


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Madame JEANGIRARD-DUFAL
Rapporteur ?: Monsieur LAMY-RESTED
Rapporteur public ?: Monsieur LESIGNE

Origine de la décision

Formation : 2ème chambre
Date de la décision : 16/03/2004
Date de l'import : 02/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.