Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Marseille, 2eme chambre - formation a 3, 02 décembre 2003, 00MA00801

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 00MA00801
Numéro NOR : CETATEXT000007582342 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.marseille;arret;2003-12-02;00ma00801 ?

Texte :

Vu 1) le recours, enregistré au greffe de la Cour administrative d'appel de Marseille le 13 avril 2000, sous le n° 00MA00801, présenté par le MINISTRE DE LA JUSTICE ;

Le MINISTRE DE LA JUSTICE demande à la Cour :

1°/ d'annuler le jugement du 27 janvier 2000 par lequel le Tribunal administratif de Marseille a annulé la décision de mutation de Mlle Z en qualité de chargée d'application informatique à la direction des services pénitentiaires de Toulouse, ainsi que la décision, en date du 8 mars 1994, de rejet du recours gracieux formé contre cette mutation ;

Classement CNIJ : 36-05-01-02

C

2°/ de rejeter la demande formée par Mme Y devant le Tribunal administratif de Marseille ;

Le ministre soutient que c'est à tort que les premiers juges ont annulé une décision de mutation qui n'existait pas, qui n'a pas été produite et dont ils n'ont pas demandé la production à l'administration ; qu'en effet, Mlle Z avait été mise provisoirement à la disposition de la direction régionale des services pénitentiaires de Toulouse et n'y a été mutée que par arrêté du 7 mai 1996, modifié le 27 août 1996 ; qu'en l'absence de décision faisant grief à Mme Y, sa demande devait être rejetée comme irrecevable ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu, enregistré le 29 juin 2000, le mémoire en défense présenté par Mme Y qui conclut au rejet de la requête et à la condamnation de l'Etat à lui verser une indemnité de 125.000 F en réparation du préjudice moral et matériel subi du fait de l'éloignement entre sa résidence administrative et sa résidence principale ;

Vu, enregistré le 10 juillet 2000, le mémoire présenté par le MINISTRE DE LA JUSTICE, qui soulève l'irrecevabilité des conclusions indemnitaires de Mme Y, à défaut de toute demande préalable adressée à l'administration ;

Vu 2) le recours, enregistré au greffe de la Cour administrative d'appel de Marseille le 13 avril 2000, sous le n° 00MA00784, présenté par le MINISTRE DE LA JUSTICE ;

Le ministre demande à la Cour d'ordonner le sursis à exécution du jugement rendu le 27 janvier 2000 par le Tribunal administratif de Marseille en faisant valoir qu'aucune décision de mutation n'ayant été prise, la demande de Mme Y aurait dû être rejetée comme irrecevable ;

Vu, enregistré le 20 juin 2000, le mémoire en défense présenté par Mme Y qui conclut au rejet de la requête, et présente les mêmes conclusions indemnitaires que dans l'instance enregistrée sous le n° 00MA00801 ;

Vu, enregistré le 19 juillet 2000, le mémoire présenté par le MINISTRE DE LA JUSTICE qui soulève l'irrecevabilité des conclusions indemnitaires présentées par Mme Y ;

Vu, enregistrées les pièces transmises le 6 octobre 2003 par Mlle Z ;

Vu, enregistrés le 10 novembre 2003, le mémoire et les pièces transmises par le MINISTRE DE LA JUSTICE ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l'Etat ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 18 novembre 2003 :

- le rapport de Mme GAULTIER, premier conseiller ;

- et les conclusions de M. BOCQUET, premier conseiller ;

Considérant que, par recours enregistré sous le n° 00801, le MINISTRE DE LA JUSTICE fait appel du jugement du 27 janvier 2000 par lequel le Tribunal administratif de Marseille a annulé la décision de mutation, à compter de novembre 1993, de Mlle Z en qualité de chargée d'application informatique à la direction des services pénitentiaires de Toulouse ainsi que la décision, prise le 8 mars 1994, de rejet du recours gracieux formé par Mme Y ; que, par recours enregistré sous le n° 00MA00784, le MINISTRE DE LA JUSTICE demande à la Cour de prononcer le sursis à exécution du même jugement ; qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de joindre ces deux recours pour statuer par un même arrêt ;

Sur la légalité de la décision de mutation litigieuse :

Considérant qu'aux termes de l'article 60 de la loi susvisée du 11 juillet 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publiques de l'Etat : L'autorité compétente procède aux mouvements des fonctionnaires après avis des commissions administratives paritaires...Dans le cas où il s'agit de remplir une vacance d'emploi compromettant le fonctionnement du service et à laquelle il n'est pas possible de pourvoir par un autre moyen, même provisoirement, la mutation peut être prononcée sous réserve d'examen ultérieur par la commission compétente. ; qu'aux termes de l'article 61 de la même loi : Les autorités compétentes sont tenues de faire connaître au personnel, dès qu'elles ont lieu, les vacances de tous emplois... ;

Considérant qu'il résulte des pièces du dossier, comportant notamment une attestation de prise de fonctions de Mlle Z à la direction régionale de Toulouse à compter du 2 novembre 1993 que Mlle Z, surveillante des services pénitentiaires à Marseille, a été affectée à cette date à Toulouse, sans que les procédures prévues en cas de vacance de poste et de mutation aient été mises en oeuvre ; que l'administration pénitentiaire s'est bornée, le 8 mars 1994, à répondre à Mme Y, également surveillante des services pénitentiaires à Marseille et qui avait formé un recours contre cette décision concernant un poste susceptible de l'intéresser, qu'elle procéderait dans l'avenir à la publication systématique des postes vacants de chargés d'application informatique ; qu'il a été versé au dossier d'appel un arrêté du MINISTRE DE LA JUSTICE en date du 27 août 1996 modifiant un précédent arrêté de mutation de Melle Z à la Direction générale de Toulouse, en date du 7 mai 1996, lesquels ne précisent ni l'un ni l'autre la date de prise d'effet de cette mesure ; que, dans ces conditions, l'arrêté du 15 juin 1994 portant avancement d'échelon de l'intéressée, mentionnée comme étant en fonctions à Marseille, produit par l'administration pénitentiaire n'établit pas, que, comme elle le soutient, l'affectation de Melle Z à Toulouse en novembre 1993 aurait le caractère d'une mise à disposition provisoire, qui, aux termes des dispositions précitées, ne peut être prise que dans l'intérêt du service ; qu'il suit de là que la décision litigieuse a été, à bon droit, regardée par les premiers juges comme une décision non écrite de mutation, qui faisait grief à Mme Y et qui était entachée d'irrégularité, à défaut de publication de la vacance de poste ;

Sur les conclusions indemnitaires présentées par Mme Y :

Considérant que ces conclusions sont présentées pour la première fois en appel, et, sont par suite, irrecevables ; que la fin de non recevoir opposée sur ce point par le MINISTRE DE LA JUSTICE doit être accueillie ;

DECIDE :

Article 1er : Les recours du MINISTRE DE LA JUSTICE sont rejetés.

Article 2 : Les conclusions présentées par Mme Y sont rejetées.

Article 3 : Le présent arrêt sera notifié au MINISTRE DE LA JUSTICE, et à Melle Z et à Mme Y.

Délibéré à l'issue de l'audience du 18 novembre 2003, où siégeaient :

M. LAPORTE, président de chambre,

Mme LORANT, présidente assesseur,

Mme GAULTIER, premier conseiller,

assistés de Mme LOMBARD, greffier ;

Prononcé à Marseille, en audience publique le 2 décembre 2003.

Le président, Le rapporteur,

Signé Signé

Guy LAPORTE Joëlle GAULTIER

Le greffier,

Signé

Marie-Claire LOMBARD

La République mande et ordonne au ministre de la justice en ce qui le concerne et à tous les huissiers de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun contre les parties privées de pourvoir à l'exécution de la présente décision.

Pour expédition conforme,

Le greffier,

2

N° 00MA00801 00MA00784


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. LAPORTE
Rapporteur ?: Mme GAULTIER
Rapporteur public ?: M. BOCQUET

Origine de la décision

Formation : 2eme chambre - formation a 3
Date de la décision : 02/12/2003
Date de l'import : 02/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.