La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

13/02/2015 | FRANCE | N°370837

France | France, Conseil d'État, 8ème et 3ème sous-sections réunies, 13 février 2015, 370837


Vu la procédure suivante :

Procédure contentieuse antérieure

La commune de Chalon-sur-Saône a demandé au tribunal administratif de Dijon d'annuler la décision du 16 décembre 2009 par laquelle le directeur général de l'établissement public Voies navigables de France a refusé d'entretenir le perré du quai de la Monnaie situé dans cette commune. Par un jugement n° 1001807 du 7 juin 2012, le tribunal administratif de Dijon a rejeté sa demande et mis les frais d'expertise d'un montant de 178 526,66 euros à la charge de la commune et de l'établissement public Voies na

vigables de France, à parité.

Par un arrêt n° 12LY02095 du 6 juin 2013, la ...

Vu la procédure suivante :

Procédure contentieuse antérieure

La commune de Chalon-sur-Saône a demandé au tribunal administratif de Dijon d'annuler la décision du 16 décembre 2009 par laquelle le directeur général de l'établissement public Voies navigables de France a refusé d'entretenir le perré du quai de la Monnaie situé dans cette commune. Par un jugement n° 1001807 du 7 juin 2012, le tribunal administratif de Dijon a rejeté sa demande et mis les frais d'expertise d'un montant de 178 526,66 euros à la charge de la commune et de l'établissement public Voies navigables de France, à parité.

Par un arrêt n° 12LY02095 du 6 juin 2013, la cour administrative d'appel de Lyon, sur appel de la commune de Chalon-sur-Saône, a annulé ce jugement et la décision du directeur général de l'établissement public Voies navigables de France du 16 décembre 2009, enjoint à l'établissement public Voies navigables de France de prendre la décision d'entretenir le quai de la Monnaie à Chalon-sur-Saône dans un délai de trois mois à compter de la notification de l'arrêt, mis les frais d'expertise à la charge des deux parties à parité et rejeté l'appel de l'établissement public dirigé contre le partage des frais d'expertise.

Procédure devant le Conseil d'Etat :

Par un pourvoi sommaire et un mémoire complémentaire, enregistrés les 2 août et 4 novembre 2013 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, l'établissement public Voies navigables de France demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler cet arrêt du 6 juin 2013 de la cour administrative d'appel de Lyon ;

2°) réglant l'affaire au fond, de rejeter l'appel de la commune de Chalon-sur-Saône et de mettre à la charge exclusive de cette commune l'intégralité des frais et honoraires d'expertise ;

3°) de mettre à la charge de la commune de Chalon-sur-Saône la somme de 4 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ainsi que la contribution pour l'aide juridique mentionnée à l'article R. 761-1 du même code.

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu :

- le code général de la propriété des personnes publiques ;

- le code de justice administrative.

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Mathieu Herondart, maître des requêtes,

- les conclusions de M. Benoît Bohnert, rapporteur public.

La parole ayant été donnée, avant et après les conclusions, à Me Balat, avocat de l'établissement public Voies navigables de France et à la SCP Richard, avocat de la commune de Chalon-sur-Saône.

Vu la note en délibéré, enregistrée le 21 janvier 2015, présentée pour la commune de Chalon-sur-Saône.

1. Considérant qu'il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que le perré du quai de la Monnaie à Chalon-sur-Saône n'est pas destiné à assurer la sécurité et la facilité de la navigation ou l'exploitation de la rivière mais est physiquement et fonctionnellement indissociable de la voie communale qui le surplombe ; qu'en jugeant que ce bien constitue une dépendance du domaine public fluvial et non un accessoire de la voie communale, la cour administrative d'appel de Lyon a inexactement qualifié les faits qui lui étaient soumis ; que son arrêt doit donc être annulé ; que cette annulation prive d'objet, en tout état de cause, le pourvoi incident par lequel la commune de Chalon-sur-Saône demande l'annulation de cet arrêt en tant qu'il met à sa charge la moitié des frais d'expertise ;

2. Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de régler l'affaire au fond en application des dispositions de l'article L. 821-2 du code de justice administrative ;

En ce qui concerne les frais d'entretien du perré :

3. Considérant qu'aux termes de l'article L. 2124-11 du code général de la propriété des personnes publiques : " L'entretien (...) des cours d'eaux domaniaux et de leurs dépendances est à la charge de la personne publique propriétaire du domaine public fluvial. " ; qu'en vertu de l'article L. 2321-2 du code général des collectivités territoriales, les dépenses d'entretien des voies communales font partie des dépenses obligatoires mises à la charge des communes ;

4. Considérant qu'ainsi qu'il a été dit ci-dessus, le perré du quai de la Monnaie à Chalon-sur-Saône constitue un accessoire de la voie communale, sans qu'y fasse obstacle la circonstance qu'il n'aurait pas été construit à l'origine par la commune ; qu'il appartient dès lors à la commune de Chalon-sur-Saône et non à l'établissement public Voies navigables de France d'assurer l'entretien de ce perré ; que, par suite, la commune de Chalon-sur-Saône n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par son jugement du 7 juin 2012, le tribunal administratif de Dijon a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du 16 décembre 2009 par laquelle le directeur général de l'établissement public Voies navigables de France a refusé d'entretenir ce perré ;

En ce qui concerne les frais d'expertise :

5. Considérant qu'aux termes de l'article R. 761-1 du code de justice administrative : " Les dépens comprennent les frais d'expertise, d'enquête et de toute autre mesure d'instruction dont les frais ne sont pas à la charge de l'Etat. Sous réserve de dispositions particulières, ils sont mis à la charge de toute partie perdante sauf si les circonstances particulières de l'affaire justifient qu'ils soient mis à la charge d'une autre partie ou partagés entre les parties. (...) " ;

6. Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de mettre les frais de l'expertise ordonnée par le juge des référés du tribunal administratif de Dijon, d'un montant de 178 526,66 euros, à la charge définitive de la commune de Chalon-sur-Saône et de réformer en conséquence l'article 2 du jugement du tribunal administratif de Dijon du 7 juin 2012 ;

En ce qui concerne les conclusions présentées devant le Conseil d'Etat au titre de l'articles L. 761-1 du code de justice administrative et de la contribution pour l'aide juridique mentionnée à l'article R 761-1 du même code :

7. Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de mettre à la charge de la commune de Chalon-sur-Saône la somme de 3 000 euros à verser à l'établissement public Voies navigables de France, au titre des articles L. 761-1 et R. 761-1 du code de justice administrative ; que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soit mise à la charge de l'établissement public Voies navigables de France qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante, la somme que demande la commune au même titre ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : L'arrêt de la cour administrative d'appel de Lyon du 6 juin 2013 est annulé.

Article 2 : La requête présentée par la commune de Chalon-sur-Saône devant la cour administrative d'appel de Lyon est rejetée.

Article 3 : Les frais d'expertise, d'un montant de 178 526,66 euros toutes taxes comprises, sont mis à la charge définitive de la commune de Chalon-sur-Saône.

Article 4 : L'article 2 du jugement du tribunal administratif de Dijon du 7 juin 2012 est réformé en ce qu'il a de contraire à la présente décision.

Article 5 : La commune de Chalon-sur-Saône versera à l'établissement public Voies navigables de France une somme de 3 000 euros en application des dispositions des articles L. 761-1 et R. 761-1 du code de justice administrative.

Article 6 : Le pourvoi incident de la commune de Chalon-sur-Saône et ses conclusions présentées au titre des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetés.

Article 7 : La présente décision sera notifiée à l'établissement public Voies navigables de France et à la commune de Chalon-sur-Saône.

Copie en sera adressée, pour information, à la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie.


Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Références :

Publications
Proposition de citation: CE, 13 fév. 2015, n° 370837
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF
Composition du Tribunal
Rapporteur ?: M. Mathieu Herondart
Rapporteur public ?: M. Benoît Bohnert
Avocat(s) : BALAT ; SCP RICHARD

Origine de la décision
Formation : 8ème et 3ème sous-sections réunies
Date de la décision : 13/02/2015
Date de l'import : 23/03/2016

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 370837
Numéro NOR : CETATEXT000030236188 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2015-02-13;370837 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.
Logo iall 2012 website award