La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

21/11/1978 | CANADA | N°[1979]_1_R.C.S._95

§ | Fraternité canadienne des cheminots, employés des transports et autres ouvriers c. Victoria Flying Services Ltd., [1979] 1 R.C.S. 95 (21 novembre 1978)


Cour suprême du Canada

Fraternité canadienne des cheminots, employés des transports et autres ouvriers c. Victoria Flying Services Ltd., [1979] 1 R.C.S. 95

Date: 1978-11-21

La Fraternité canadienne des cheminots, employés des transports et autres ouvriers Appelante;

et

Victoria Flying Services Ltd. Intimée;

et

Le Conseil canadien des relations du travail Intervenant.

1978: 21 novembre.

Présents: Le juge en chef Laskin et les juges Martland, Ritchie, Spence, Pigeon, Dickson, Beetz, Estey et Pratte.

EN APPEL DE LA COUR

D’APPEL FÉDÉRALE

Cour suprême du Canada

Fraternité canadienne des cheminots, employés des transports et autres ouvriers c. Victoria Flying Services Ltd., [1979] 1 R.C.S. 95

Date: 1978-11-21

La Fraternité canadienne des cheminots, employés des transports et autres ouvriers Appelante;

et

Victoria Flying Services Ltd. Intimée;

et

Le Conseil canadien des relations du travail Intervenant.

1978: 21 novembre.

Présents: Le juge en chef Laskin et les juges Martland, Ritchie, Spence, Pigeon, Dickson, Beetz, Estey et Pratte.

EN APPEL DE LA COUR D’APPEL FÉDÉRALE



Analyses

Droit du travail - Accréditation - Preuve d’opposition au syndicat - Preuve soupesée par le Conseil, ne méritant pas qu’on y ajoute foi - Décision relevant du Conseil et non susceptible de contrôle - Prétendue erreur de droit du Conseil - Aucune question de juridiction en cause - Le Conseil n’a aucun droit d’être entendu.

POURVOI à l’encontre d’un arrêt de la Cour d’appel fédérale[1] accueillant un appel d’une décision du Conseil canadien des relations du travail. Pourvoi accueilli.

M.W. Wright, c.r., et A. Raven, pour l’appelante.

D.M.M. Goldie, c.r., pour le Conseil canadien des relations du travail.

Personne n’a comparu pour l’intimée.

Le jugement de la Cour a été rendu oralement par

LE JUGE EN CHEF — Nous sommes tous d’avis que ce pourvoi doit être accueilli. Contrairement à ce qu’a déclaré la Cour d’appel fédérale, le Conseil canadien des relations du travail n’a pas méconnu la preuve de l’opposition au syndicat, mais l’a soupesée et conclu qu’elle ne méritait pas qu’on y ajoute foi. C’est au Conseil de trancher ce point et sa décision n’est pas sujette au contrôle de la Cour d’appel fédérale.

[Page 96]

Nous sommes en outre d’avis que le litige en l’espèce porte sur une prétendue erreur de droit du Conseil et qu’aucune question de juridiction n’est en cause. En conséquence, ce n’est pas un cas où le Conseil lui-même a le droit de se faire entendre.

En définitive, l’arrêt de la Cour d’appel fédérale est infirmé et l’accréditation est rétablie.

Jugement en conséquence.

Procureurs de l’appelante: Soloway, Wright, Houston, Greenberg, O’Grady & Morin, Ottawa.

Procureurs de l’intimée: Hallatt, Sullivan, Smith, Stewart & Gow, Victoria.

Procureurs de l’intervenant: Russell & Du Moulin, Vancouver.

[1] (1977), 78 CLLC 14, 118.


Parties
Demandeurs : Fraternité canadienne des cheminots, employés des transports et autres ouvriers
Défendeurs : Victoria Flying Services Ltd.
Proposition de citation de la décision: Fraternité canadienne des cheminots, employés des transports et autres ouvriers c. Victoria Flying Services Ltd., [1979] 1 R.C.S. 95 (21 novembre 1978)

PDFTélécharger au format PDF
DOCXTélécharger au format DOCX
WebVersion d'origine
WebVersion en anglais


Origine de la décision
Date de la décision : 21/11/1978
Date de l'import : 06/04/2012

Numérotation
Référence neutre : [1979] 1 R.C.S. 95 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;ca;cour.supreme;arret;1978-11-21;.1979..1.r.c.s..95 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.