Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Suisse, Tribunal fédéral, IIe Cour de droit civil  , Arrêt du 14 novembre 2019  , 5A 905/2019

Imprimer

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 5A_905/2019
Identifiant URN:LEX : urn:lex;ch;tribunal.federal.suisse;arret;2019-11-14;5a.905.2019 ?

Texte :

 
Bundesgericht 
Tribunal fédéral 
Tribunale federale 
Tribunal federal 
 
                 
 
 
5A_905/2019  
 
 
Arrêt du 14 novembre 2019  
 
IIe Cour de droit civil  
 
Composition 
M. le Juge fédéral Herrmann, Président. 
Greffier : M. Braconi. 
 
Participants à la procédure 
A.________, 
recourant, 
 
contre  
 
Office des poursuites du district de la Riviera - 
Pays-d'Enhaut, 
 
Etat de Vaud, représenté par l'Office d'impôt 
du district de la Riviera-Pays-d'Enhaut et de 
Lavaux-Oron, 
 
Objet 
procédure de poursuite, 
 
recours contre l'arrêt de la Cour des poursuites et faillites du Tribunal cantonal du canton de Vaud, en qualité d'autorité supérieure de surveillance, du 21 octobre 2019 (FA19.024163-191439 47). 
 
 
Considérant en fait et en droit :  
 
1.   
Le 23 septembre 2019, A.________ (  poursuivi ) a déclaré recourir à l'encontre d'une décision de la Présidente du Tribunal d'arrondissement de l'Est vaudois du 5 septembre 2019 rejetant sa plainte. Par arrêt du 21 octobre 2019, la Cour des poursuites et faillites du Tribunal cantonal vaudois a déclaré le recours irrecevable.  
 
2.   
Par écriture mise à la poste le 8 novembre 2019, le poursuivi exerce un recours au Tribunal fédéral contre l'arrêt cantonal. 
Des observations n'ont pas été requises. 
 
3.   
L'écriture du recourant doit être traitée en tant que recours en matière civile au sens de l' art. 72 al. 2 let. a LTF . Il n'y a pas lieu de vérifier les autres conditions de recevabilité, le procédé étant voué à l'échec. 
 
4.  
 
4.1. En l'espèce, la juridiction cantonale a rappelé que le recours prévu par l' art. 18 LP doit contenir un exposé, à tout le moins sommaire, des moyens invoqués à son appui. Appliquant (par analogie) les principes posés en matière de recours selon les art. 319 ss CPC , elle a retenu que la partie recourante doit démontrer le caractère erroné des motifs de la décision entreprise par une argumentation suffisamment explicite pour que l'autorité supérieure puisse la comprendre, ce qui suppose la désignation précise des passages de la décision qu'il conteste et des pièces du dossier sur lesquelles repose sa critique; or, l'acte de recours contient une "  simple déclaration de recours  " dénuée de motivation.  
 
4.2. En l'occurrence, l'argumentation du recourant - qui tient en trois lignes - ne comporte pas la moindre réfutation des motifs de l'autorité cantonale, pas plus qu'elle n'indique la disposition qui imposerait de lui fixer un "  délai supplémentaire  " pour compléter son écriture. Il s'ensuit que le recours doit être écarté d'emblée ( art. 42 al. 2 LTF ; ATF 140 III 86 consid. 2, avec les arrêts cités).  
 
5.   
En conclusion, le présent recours doit être déclaré irrecevable par voie de procédure simplifiée ( art. 108 al. 1 let. b LTF ), avec suite de frais à la charge de son auteur ( art. 66 al. 1 LTF ). 
 
 
Par ces motifs, le Président prononce :  
 
1.   
Le recours est irrecevable. 
 
2.   
Les frais judiciaires, arrêtés à 500 fr., sont mis à la charge du recourant. 
 
3.   
Le présent arrêt est communiqué au recourant, à l'Office des poursuites du district de la Riviera - Pays-d'Enhaut, à l'Etat de Vaud et à la Cour des poursuites et faillites du Tribunal cantonal vaudois. 
 
 
Lausanne, le 14 novembre 2019 
 
Au nom de la IIe Cour de droit civil 
du Tribunal fédéral suisse 
 
Le Président : Herrmann 
 
Le Greffier : Braconi 

Origine de la décision

Formation : Iie cour de droit civil  
Date de la décision : 14/11/2019
Date de l'import : 01/12/2019

Fonds documentaire ?: www.bger.ch

www.bger.ch
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.