La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

23/02/2006 | BéNIN | N°15

§ | Bénin, Cour suprême, Chambre administrative, 23 février 2006, 15


N° 15/CA du répertoire REPUBLIQUE DU BENIN

N° 98-30/CA du greffe AU NOM DU PEUPLE BENINOIS

Arrêt du 23 février 2006 COUR SUPREME

AFFAIRE: Antoine et Bernard KOUMAGNON CHAMBRE ADMINISTRATIVE
C/


PREFET OUEME ...

N° 15/CA du répertoire REPUBLIQUE DU BENIN

N° 98-30/CA du greffe AU NOM DU PEUPLE BENINOIS

Arrêt du 23 février 2006 COUR SUPREME

AFFAIRE: Antoine et Bernard KOUMAGNON CHAMBRE ADMINISTRATIVE
C/
PREFET OUEME


La Cour,

Vu la requête en date du 16 avril 1998 de Maître Paul KATO-ATITA, avocat près la Cour, enregistrée au greffe de la Cour suprême le 20 avril 1998 sous le n° 0244/GCS, par laquelle Messieurs Antoine KOUMAGNON et Bernard KOUMAGNON ont introduit un recours pour excès de pouvoir contre l'arrêté n° 1/038/SG/SAD du 26 juin 1997 du Préfet du département de l'ouémé;

Vu la lettre n° 578/GCS du 04 mai 1998 par laquelle les requérants ont été invités, conformément à l'article 682 du code général des impôts à se soumettre aux formalités prévues par la loi;

Vu la lettre n° 3037/GCS du 24 août 2004, mettant les requérants en demeure de s'acquitter de cette obligation légale;

Vu toutes les pièces du dossier;

Vu l'ordonnance n° 21/PR du 26 avril 1966 organisant la procédure devant la Cour suprême, remise en vigueur par la loi n° 90-012 du 1er juin 1990;

Ouï le conseiller Jérôme O. ASSOGBA en son rapport;

Ouï l'avocat général Clémence YIMBERE-DANSOU en ses conclusions;

Après en avoir délibéré conformément à la loi;

Considérant que par acte en date du 16 avril 1998, enregistré au greffe de la Cour suprême le 20 avril 1998 sous le n° 0244/GCS, Messieurs KOUMAGNON Antoine et KOUMAGNON Bernard, par l'organe de leur conseil, Maître Paul KATO-ATITA, avocat près la Cour d'appel de Cotonou, ont introduit un recours pour excès de pouvoir aux fins d'annulation de l'arrêté n° 1/038/SG/SAD du 26 juin 1996 du Préfet du département de l'ouémé;

Considérant que l'article 682 du code général des impôts, soumet à la formalité de timbrage les requêtes des recours pour excès de pouvoir;

Considérant que par lettre n° 578/GCS du 04 mai 1998, reçu le 06 mai 1998 par leur conseil, les requérants ont été invités à accomplir cette formalité;

Que malgré une mise en demeure n° 3037/GCS en date du 24 août 2004, renouvelée le 08 octobre 2004 par correspondance n° 3392/GCS réceptionnée le 14 octobre 2004, les requérants se sont abstenus de s'acquitter de cette obligation;

Que depuis la dernière mise en demeure, il s'est écoulé un délai de plus d'un an;

Que par conséquent il y a lieu de constater la déchéance pure et simple des requérants et de mettre les frais à leur charge;

PAR CES MOTIFS

DECIDE

Article 1er: Les requérants KOUMAGNON Antoine et KOUMAGNON Bernard sont déchus de leur action.

Article 2.- Les frais sont mis à leur charge.

Article 3.- Notification du présent arrêt sera faite aux parties et au Procureur général près la Cour suprême.

Ainsi fait et délibéré par la Cour suprême (chambre administrative) composée de:

Jérôme O. ASSOGBA, conseiller de la chambre administrative,
PRESIDENT;

Eliane PADONOU }
Et } CONSEILLERS
Ginette HOUNSA }

Et prononcé à l'audience publique du jeudi vingt trois février deux mille six, la chambre étant composée comme il est dit ci-dessus en présence de:

Clémence YIMBERE-DANSOU,
MINISTERE PUBLIC;

Généviève GBEDO, GREFFIER.

Et ont signé

Le Président-rapporteur, Le greffier,

J. O. ASSOGBA G. GBEDO



Origine de la décision
Formation : Chambre administrative
Date de la décision : 23/02/2006
Date de l'import : 14/10/2011

Numérotation
Numéro d'arrêt : 15
Numéro NOR : 173437 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;bj;cour.supreme;arret;2006-02-23;15 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.