Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Centrafrique, Cour de cassation, Chambre criminelle, 04 octobre 2011, 016

Imprimer

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 016
Identifiant URN:LEX : urn:lex;cf;cour.cassation;arret;2011-10-04;016 ?

Analyses :

FAUX ET USAGE DE FAUX ; RELAXE AU BENEFICE DU DOUTE ; ARRET CONFIRMATIF COUR D’APPEL ; DECES ACQUEREUR AVANT INSTANCE ; SEULE PERSONNE POUVANT CONFIRMER OU INFIRMER LE FAUX ; REJET POURVOI

Le décès de l’acquéreur dans un acte de vente argué de faux n’est pas de nature à permettre d’établir la culpabilité des prévenus et dès lors, est justifiée, leur relaxe au bénéfice du doute.


Parties :

Demandeurs : YAYA ADOUM (Me TABANGUE)
Défendeurs : ADOUM ASSAN et autres (Me KUEGUEMBA)

Texte :

ARRET N° 016 DU 04 OCTOBRE 2011

AU NOM DU PEUPLE CENTRAFRICAIN

La Cour de Cassation, Chambre Criminelle, en son audience publique tenue au Palais de Justice le 04 octobre 2011, a rendu l’Arrêt suivant :

Sur le rapport de Monsieur OUABOUI Pamphile, Conseiller à la Chambre Criminelle de la Cour de Cassation et les conclusions de Monsieur DINCPI Léon, 1er Avocat Général près ladite Cour ;

Statuant sur le pourvoi formé le 24 mars 2010 par YAYA-ADOUM contre l’arrêt confirmait de la Cour d’Appel de Bangui du 24 mars 2010 ;
SUR LA RECEVABILITE

Attendu que le pourvoi élevé le même jour du prononcé de l’arrêt critiqué, est légal donc recevable en la forme ;

SUR LE FOND

Vu la loi organique n° 95.011 du 23 décembre 1995 portant organisation et fonctionnement de la Cour de Cassation et le pourvoi formé le 24 mars 2010 ;

Vu le mémoire ampliatif du 21 juin 2010 qui développe deux moyens de cassation ;

1- SUR LE PREMIER MOYEN DE CASSATION, TIRE DE LA VIOLATION DE LA LOI, notamment de l’article 106 de l’ancien code pénal sur le faux et usage de faux, fausse application, défaut de motifs :

En ce que la Cour d’Appel de Bangui a confirmé le jugement qui a relaxé ASSAN-ADOUM et autres au bénéfice du doute alors que le délit qui leur est reproché, semble établi, du fait que l’attestation de vente détenue par ADOUM-ASSAN porte le nom de TOUADERA comme vendeur alors que le véritable propriétaire est ANDJAPOUNDJI David et l’acquéreur, sa défunte mère ;

Mais attendu que l’article 106 du Code Pénal ancien définit le faux comme l’acte qui consiste a établir sciemment une attestation ou un certificat de nature publique ou privée faisant état des faits matériellement inexacts……alors que la jurisprudence estime que le faux doit absolument altérer la vérité ; qu’ainsi un véritable propriétaire, même s’il fait un faux document portant sur son bien propre, n’influe pas sur sa propriété réelle sur ce bien ;

Attendu qu’en l’espèce il est difficile d’établir l’identité du véritable propriétaire des lieux, car la personne qui aurait pu répondre à cette question est la défunte mère de YAYA-ADOUM, d’où le doute retenu par le Juge du fond ; qu’il y’a lieu de rejeter ce moyen comme mal fondé ;

2- SUR LE DEUXIEME MOYEN DE CASSATION PORTANT SUR LA CONSTITUTION DE PARTIE CIVILE D’ADOUM-YAYA DEVANT LA COUR DE CASSATION ;
Attendu que la Cour de Cassation, juge de la légalité ne peut examiner la constitution de partie civile de ADOUM-YAYA, que ce moyen est inopérant ;

PAR CES MOTIFS En la forme : Reçoit le

pourvoi de YAYA-ADOUM ;

Au fond : Le rejette comme non fondé, dit que l’arrêt querellé sort ses pleins et entier effet ;

Ainsi fait, jugé et prononcé par la Cour de Cassation, Chambre Criminelle, en son audience publique les jours, mois et an que dessus où siégeaient :
- Monsieur : Paul-Tony MOROMBAYE, Président ;
- Monsieur Joseph BINDOUMI, Conseiller ;
- Jean Claude MBOMI-SIOPATHIS, Conseiller ;
En présence de Monsieur Sylvain N’ZAS, Avocat Général près la Cour de Cassation ;
Avec l’assistance de Maitre Jean-Gilbert MABA, Greffier ;

En foi de quoi, le présent arrêt a été signé après lecture faite par le Président, les Conseillers et le Greffier.-

Origine de la décision

Formation : Chambre criminelle
Date de la décision : 04/10/2011
Date de l'import : 18/03/2018
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.