La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

31/10/1991 | BéNIN | N°23/91

§ | Bénin, Cour d'appel de cotonou, 31 octobre 1991, 23/91


Texte (pseudonymisé)
Arrêt no 23/91 du 31 Octobre 1991Source : SIJIP - Système d'informations juridiques, institutionnelles et politiques (A.I.F.)

F. B. c. Monsieur A. A. A.RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL - 1 - LICENCIEMENT ABUSIF ET IRREGULIER (OUI) - LICENCIEMENT SUITE A UNE REVENDICATION (OUI) - NON RESPECT DE L'ARTICLE 10 DE LA LOI 83-002 (OUI) - ABSENCE DE MOTIF REEL ET SERIEUX (OUI) - FAUTE LOURDE (NON) - INTENTION DE NUIRE (OUI) - VIOLATION DE L'ARTICLE 101 DU CODE DU TRAVAIL (OUI) - AUGMENTATION DU QUANTUM DES DOMMAGES-INTERETS (NON)- 3 - LICENCIEMENT ABUSIF EN VERTU DE L'ART. 32 AL 3 DU CODE DU TRA

VAIL (OUI) - FAUTES LOURDES (NON) - RUPTURE PENDANT LA ...

Arrêt no 23/91 du 31 Octobre 1991Source : SIJIP - Système d'informations juridiques, institutionnelles et politiques (A.I.F.)

F. B. c. Monsieur A. A. A.RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL - 1 - LICENCIEMENT ABUSIF ET IRREGULIER (OUI) - LICENCIEMENT SUITE A UNE REVENDICATION (OUI) - NON RESPECT DE L'ARTICLE 10 DE LA LOI 83-002 (OUI) - ABSENCE DE MOTIF REEL ET SERIEUX (OUI) - FAUTE LOURDE (NON) - INTENTION DE NUIRE (OUI) - VIOLATION DE L'ARTICLE 101 DU CODE DU TRAVAIL (OUI) - AUGMENTATION DU QUANTUM DES DOMMAGES-INTERETS (NON)- 3 - LICENCIEMENT ABUSIF EN VERTU DE L'ART. 32 AL 3 DU CODE DU TRAVAIL (OUI) - FAUTES LOURDES (NON) - RUPTURE PENDANT LA PERIODE D'ESSAI CONFORMEMENT À L'ART. 12 DE LA CONVENTION COLLECTIVE GENERALE DU TRAVAIL (NON) - DEMANDE D'AUGMENTATION DES DOMMAGES-INTERETS DE L'EMPLOYEE (FONDEE)LE TRIBUNAL DU TRAVAIL SAISI PAR L'EMPLOYÉ POUR LICENCIEMENT IRRÉGULIER ET ABUSIF A FAIT DROIT AUX DEMANDES DE L'EMPLOYÉ ET A CONDAMNÉ L'EMPLOYEUR AU PAIEMENT DES DROITS.

APPEL A ÉTÉ INTERJETÉ PAR LEDIT EMPLOYEUR DU JUGEMENT SOCIAL.

LA COUR A REJETÉ TOUS LES MOYENS DE L'EMPLOYEUR ET A CONFIRMÉ LE JUGEMENT QUERELLÉ.

Président :Conseillers :Avocat Général :Avocats : DOSSOU-COVI ; ZINZINDOHOUE

La Cour

Attendu que le 25 Avril 1991 la F. B. a interjeté appel du jugement social No 16/91 du 22 Avril 1991 intervenu en la cause qui l'oppose au sieur A. A. A. ; que le même jour ce dernier releva appel incident du même jugement ;

Attendu que les actes d'appel sont intervenus dans les forme et délai de la loi ;

Qu'il échet de les déclarer recevables ;

Attendu que par Procès-Verbal de non conciliation no 147/MTAS/DT/SRI en date du 17 Juillet 1990 de la Direction du Travail du Ministère du Travail et des Affaires Sociales le sieur A. A. A. a introduit devant le Tribunal de Première Instance de Cotonou statuant en matière sociale une action en réclamation de divers droits contre la F. B. son employeur pour licenciement abusif ;

Attendu que statuant en la cause, le Tribunal a dit et jugé que le licienciement est abusif et condamne en conséquence la F. B. prise en la personne de son Directeur Général à payer au sieur A. A. A. les sommes suivantes :

- 341.696 F au titre d'indemnités d'heures supplémentaires

- 2.000.000 F à titre de dommages-intérêts ;

Attendu que la F. B. ayant pour conseil Me DOSSOU-COVI releva appel de cette décision par acte en date du 25 Avril 1991 ; que n'ayant pas produit ses conclusions il a exposé devant la Cour qu'il n'était pas régulièrement constitué par la F. B. ;

Attendu qu'invitée par lettre recommandée avec accusé de reception à exposer devant la Cour de céans ses moyens et à présenter ses observations, la F. B. ne s'est ni présentée ni fait représenter, qu'il échet de donner défaut réputé contradictoire contre elle ;

Que Me ZINZINDOHOUE conseil de l'employé relève appel incident de la décision le 25 Avril 1991 également et sollicite que les dommages-intérêts soient révisés et portés à la somme de 6.000.000 F ;

Attendu que le sieur A. A. A. expose qu'engagé en qualité de comptable à la F. B. le 28 Décembre 1988 il a été licencié le 25 Avril 1990 pour émission de chèque sans provision, qu'il effectuait au préalable des heures supplémentaires qui n'étaient pas payées par l'employeur ;

Que responsable d'un groupe d'employés il avait écrit au Ministère du Travail et des Affaires Sociales pour dénoncer les irrégularités flagrantes dont ils étaient victimes à la F. B. ; que dès lors il a été mis à l'index par la Direction de l'Etablissement et qu'il était devenu gênant ; que l'émission de chèque à une collègue était un prétexte tout trouvé pour justifier son licenciement dont le motif réel était la revendication légitime de ses droits ; que son licenciement est abusif pour n'avoir pas respecté les règles de forme à savoir l'avis préalable du comité de Direction et l'autorisation du Ministère du Travail d'une part et d'autre part le motif est fallacieux et résulte d'une animosité ;

Attendu en effet que conformément aux dispostions en vigueur le droit de résiliation unilatérale du contrat de travail à durée indéterminée reconnu par l'article 32 du code de travail est subordonné à l'article 10 de la loi 83-002 qui stipule : ;

Attendu que la preuve du respect de cette condition n'apparaît nulle part au dossier ;

Que par ailleurs, le caractère sérieux du licenciement ne peut s'analyser que sur la base d'un motif sérieux ; que si la preuve en était rapportée, l'émission de chèque sans provision pour un agent de banque serait caractéristique d'une faute lourde eu égard à la Note de service no 14/89 du 17 Octobre 1989 dont il est fait état dans la lettre de licenciement ; que non seulement le chèque incriminé n'a pas été produit par l'employeur mais en outre il n'a pas été appliqué à l'employé les sanctions prévues par la Note de service susvisée et ainsi libellé ; ....., on peut lire l'avertissement suivant : "Tout manquement à la présente prescription fera l'objet de sanctions qui, selon les cas, peuvent conduire à la radiation pure et simple de leur auteur î ;

Que partant, la gravité de la faute commise n'est pas démontrée ; que cette gène justifie le fait que l'employeur lui-même face à l'échec de la tentative de conciliation devant l'inspecteur du travail a offert de payer à son employé la somme de un million de francs (1.000.000) ; qu'il y a lieu de faire observer que la faute lourde est exclusive de toute possibilité d'allocation de dommage-intérêts conformément aux dispostions des articles 36 et 37 du Code de Travail ;

Qu'il s'ensuit que le motif allégué est fallacieux et révèle une intention de nuire au regard des menées revendicatives dont fait état l'employé ;

Attendu qu'il a été jugé lt}}intérêt de l'entreprise, que le licenciement du sieur O... a été abusif (C.J.D : 8 Mai 1988 - TP.O.M." no 725 du 16 Novembre 1989 page 425) ;

Qu'il échet de dire face à ce motif fantaisiste que le licenciement de A. A. A. est abusif ;

Attendu que l'employé relève appel incident de la décision et sollicite que le quantum du préjudicier subi soit relevé à six millions de francs (6.000.000) ;

Attendu qu'il ne fait aucun doute que tout licenciement abusif donne droit à des dommages-intérêts ;

Qu'en tout état de cause la Cour dispose d'éléments d'appréciation suffisants au dossier pour fixer comme l'a fait le premier juge le quantum du préjudice réellement subi à deux millions (2.000.000) de francs :

Qu'il échet de confirmer la décision sur ce point ;

Attendu en outre que l'employé expose qu'il faisait des heures supplémentaires tous les jours ouvrables et même les samedis et dimanches afin de mettre à jour les comptes des clients ; que ces heures ne lui étaient pas payées ;

Attendu que cette demande est également fondée que conformément à l'article 101 du code du travail, les heures effectuées au-delà d'une durée légale de travail donnent lieu à une majoration de salaire ;

Qu'il échet de confirmer la décision du premier juge sur ce point en condamnant la F. B. à payer à l'employé la somme de 341.696 F aux titres d'heures supplémentaires impayées ;

Par ces motifs : Statuant publiquement par défaut réputé contradictoire en matière sociale et en dernier ressort ;

Reçoit la F. B. en son appel et le sieur A. A. A. Avenir en son appel incident ;

- Confirme le jugement entrepris en toutes ses dispositions.



Origine de la décision
Date de la décision : 31/10/1991
Date de l'import : 15/02/2021

Numérotation
Numéro d'arrêt : 23/91
Identifiant URN:LEX : urn:lex;bj;cour.appel.cotonou;arret;1991-10-31;23.91 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.