Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Togo, Cour suprême, 17 novembre 2016, 105

Imprimer

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 105
Identifiant URN:LEX : urn:lex;tg;cour.supreme;arret;2016-11-17;105 ?

Texte (pseudonymisé) :

COUR SUPREME DU TOGO

CHAMBRE JUDICIAIRE

ARRET N°105/16 DU 17 NOVEMBRE 2016

Audience publique ordinaire du jeudi 17 novembre 2016

Pourvoi :n°058/RS/15 du 24 avril 2015

Affaire C B Ad

contre

A Ae

X Aa

Déclaration d’incompétence de la Cour suprême en vertu de l’article 14 du traité OHADA, qui donne compétence à la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage ( CCJA), pour connaître des moyens de cassation relatifs à l’application des actes uniformes ou des règlements prévus au traité à l’exception des décisions appliquant des sanctions pénales.

A l’audience de la chambre judiciaire de la Cour suprême, tenue au siège de ladite Cour, le jeudi dix-sept novembre deux mille seize, est intervenu l’arrêt suivant :

Etaient présents :

Messieurs

BASSAH

PRESIDENT

KODA

SAMTA

MEMBRES

EDORH

LOXOGA

AZANLEDJI-AHADJI

M. P.

Et Maître

AGBEMADON

GREFFIER

LA COUR

Sur le rapport de monsieur Kuma LOXOGA, conseiller à la chambre judiciaire de la Cour suprême ;

Vu l’arrêt n°326/14 du 10 décembre 2014 rendu par la chambre civile de la Cour d’appel de Lomé ;

Vu la requête à fin de pourvoi de maître AMAZOHOUN, conseil du demandeur au pourvoi ;

Vu le mémoire en réponse de maître AMEGANKPOE, conseil des défendeurs au pourvoi ;

Vu les conclusions écrites de monsieur le procureur général près la Cour suprême ;

Vu les autres pièces de la procédure ;

Vu la loi organique n°97-05 du 06 mars 1997 portant organisation et fonctionnement de la Cour suprême et le décret n°82-50 du 15 mars 1982 portant code de procédure civile ;

Ouï le conseiller LOXOGA en son rapport ;

Ouï Maître AMAZOHOUN, Conseil du demandeur au pourvoi ;

Ouï Y AMEGANKPOE, conseil des défendeurs au pourvoi ;

Le Ministère public entendu ;

Et après en avoir délibéré conformément à la loi ;

Statuant en matière civile et en état de cassation sur le pourvoi formé le 24 avril 2015 par maître Ferdinand Ekouévi AMAZOHOUN, avocat à la Cour à Lomé, agissant au nom et pour le compte du sieur B Ad, demeurant et domicilié à Lomé, contre l’arrêt n°326/14 rendu le 10 décembre 2014 par la chambre civile de la Cour d’appel de Lomé qui a infirmé partiellement le jugement n°3364/11 du 30 septembre 2011 rendu par le tribunal de première instance de Lomé, en ce qu’il a confirmé le droit de propriété du sieur A Ae uniquement sur les cinq sixièmes (5/6) de l’immeuble litigieux et fixé le montant des dommages-intérêts à huit millions (8.000.000) de francs CFA seulement, et, statuant à nouveau, a déclaré bonne et valable la cession dudit immeuble, y a confirmé le droit de propriété du sieur A Ae sur sa totalité et condamné le sieur B Ad à payer à ce dernier, la somme de vingt millions (20.000.000) de francs CFA à titre de dommages-intérêts ;

EN LA FORME

Attendu que tous les actes de la procédure ont été faits et produits dans les forme et délai de la loi ; qu’il suit que le pourvoi est recevable ;

AU FOND

Attendu qu’il ressort des pièces du dossier que la présente affaire soulève des questions relatives à l’application des actes uniformes de l’OHADA, notamment les articles 203 et 205 de l’acte uniforme organisant les sûretés, ainsi que des questions relatives à l’application des règles du droit national togolais ;

Attendu que conformément aux dispositions de l’article 14 du traité OHADA, la Cour Commune de justice et d’Arbitrage (CCJA) est compétente à connaître en cassation des décisions soulevant des questions relatives à l’application des actes uniformes ou des règlements prévus au traité, à l’exception des décisions appliquant des sanctions pénales et ceci, peu importe que le requérant invoque soit uniquement des moyens portant sur des dispositions de droit interne, soit à la fois aussi bien sur des actes uniformes et des règlements prévus au traité que sur des dispositions de droit interne ;

Attendu qu’en application de ces dispositions de l’article 14 du traité OHADA, la CCJA a, suivant arrêt n°044/2012 du 07 juin 2012, retenu sa compétence dans l’affaire : Société MERCIEL CORPORATION WEST AFRICA contre Agence Centrale des Techniques Maritimes (ACTM), JURIDATA n°5044-06/2012, affaire dans laquelle il a été invoqué des moyens soulevant à la fois les questions de droit interne et des Actes Uniformes de l’OHADA ;

Attendu en l’espèce qu’étant donné que le pourvoi en cassation formé contre l’arrêt entrepris devant la juridiction suprême nationale, invoque des moyens soulevant à la fois des questions de droit interne et des actes uniformes OHADA, il convient, eu égard aux dispositions de l’article 14 susvisés et la jurisprudence supranationale, de se déclarer incompétent à statuer sur le fond du litige et renvoyer sauce et partie devant la Cour Commune de justice et d’arbitrage (CCJA) ;

PAR CES MOTIFS

Statuant contradictoirement, publiquement, en matière civile et en état de cassation ;

En la forme

Reçoit le pourvoi ;

Au fond

Se déclare incompétente ;

Renvoie cause et parties devant la Cour Commune de Justice et d’arbitrage (CCJA) ;

Prononce la confiscation de la taxe de pourvoi ;

Ordonne que mention du présent arrêt soit faite en marge ou au pied de la décision critiquée ;

Ainsi fait, jugé et prononcé par la chambre judiciaire de la Cour suprême, en son audience publique ordinaire du jeudi dix-sept novembre deux mille seize et à laquelle siégeaient :

Monsieur Koffi Agbenyo BASSAH, conseiller à la chambre judiciaire de la Cour suprême, PRESIDENT ;

Messieurs Koffi KODA, Badjona SAMTA, Gbéboumey EDORH et Kuma LOXOGA, tous quatre conseillers à la chambre judiciaire de la Cour suprême, MEMBRES ;

En présence de madame Ac Ab Z, premier avocat général près la Cour suprême ;

Et avec l’assistance de maître Sassougan AGBEMADON-SEKPLA, greffier à la Cour suprême, GREFFIER ;

En foi de quoi, le présent arrêt a été signé par le président et le greffier./.

Origine de la décision

Date de la décision : 17/11/2016
Date de l'import : 24/03/2020
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.